leral.net | S'informer en temps réel

Médicaments contrefaits saisis à Touba: Le cerveau de la mafia, un ancien candidat à la députation, écroué

Le propriétaire des médicaments contrefaits d’une valeur de 1,3 milliard de FCfa saisis à Touba Belel, est sous les verrous. Bara Sylla, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été arrêté avant-hier, après une longue filature qui a débuté depuis Touba. Jusque-là, les gendarmes n’avaient mis la main que sur Woury Diallo, un ressortissant guinéen qui conduisait une des deux camions qui transportaient les marchandises prohibées. L’autre chauffeur était en fuite.


Rédigé par leral.net le Lundi 20 Novembre 2017 à 09:07 | | 0 commentaire(s)|



Bara Sylla avait trouvé refuse chez son marabout, un grand dignitaire de la cité religieuse. Les gendarmes qui étaient à ses trousses avaient mis la maison sous surveillance. Une patience qui a été payante avant-hier, puisque le marabout a exfiltré son talibé vers les coups de 6 heures du matin. Ainsi, ce dernier a pris la route direction Dakar. Vers 9 heures il a été coincé dans la circulation sur l’avenue Ponty. Il a été menotté et envoyé à brigade de gendarmerie de Thiong sise au Centre-ville, le temps de le conduire à Diourbel.

Il ressort des premières éléments de l’enquête, que Bara Sylla avait, avec la complicité d’autres personnalités, investi 500 millions F Cfa dans l’opération qui devait rapporter le double. Des sources autorisées renseignent qu’il s’agit de 4 tonnes de médicaments impropres à la consommation, qui avaient quitté la Guinée Conakry avec de faux papiers. En effet, la marchandise était cachée sous des sacs de son de blé qui étaient destinés à un « Adiya » pour le Magal. Le plus cocasse dans cette affire, est que Bara Sylla, responsable politique, était candidat aux dernières élection,s législatives

Les mêmes sources révèlent que le Procureur de Diourbel et le Doyen des juges, en charge de l’instruction, ont effectué une descente sur lieux pour constater de visu la cargaison. Ils ont étaient accompagnés par deux docteurs en Pharmacie, requis à cet effet. Par ailleurs, le Parquet a requis trois mandats d’arrêt internationaux contre les complices de Bara Sylla.



Source : Libération










Hebergeur d'image