leral.net | S'informer en temps réel

Meurtre de Fallou Sène : L’IGE à Saint-Louis depuis jeudi

Le compte à rebours a commencé dans l’enquête pour démasquer l’auteur du tireur fatal à Fallou Sene, mais aussi identifier formellement les responsables des lenteurs dans le paiement des bourses qui ont débouché sur la mort de l’étudiant en Lettres modernes à l’université Gaston Berger. Si le procureur de la République de Dakar a hérité du dossier, il n’a pas encore l’ordre de déclencher des poursuites émanant de la justice militaire pour ordonner des arrestations. En attendant, l’Inspecteur général d’Etat (Ige) a effectué une descente à Sanar depuis Jeudi dernier.


Rédigé par leral.net le Mardi 22 Mai 2018 à 08:47 | | 0 commentaire(s)|

Meurtre de fallou Sene : L’IGE à Saint-Louis depuis jeudi

Le Président Macky Sall imprime son tempo sur le dossier. Lentement, il est en train de poser des actes après le deuxième meurtre d’étudiant sous son magistère. Sans surprise, le recteur et le directeur du Crous sont passés à la trappe à cause de leurs responsabilités « directes » dans les affrontements qui ont débouché sur la mort de l’étudiant Fallou Sène. Parallèlement, la procédure judiciaire se poursuit. Le procureur de Saint-Louis qui n’a pas la qualité pour instruire un dossier militaire, l’a transmis à son homologue de Dakar, seul habilité en l’espèce. Il se trouve que les éléments de l’enquête sont unanimes à indexer un gendarme comme l’auteur du tir mortel. Seulement, Serigne Bassirou Guèye ne peut pas, non plus, poursuivre un suspect militaire sans l’aval de la justice militaire. D’après des sources de « L’As », la hiérarchie militaire n’avait pas encore reçu la demande de Serigne Bassirou Guèye qui pourrait sans doute la lui adresser aujourd’hui, jour ouvrable.

L’Ige installe son QG à Sanar

Sitôt après l’annonce du chef de l’Etat de l’envoi de vérificateurs à Saint-Louis pour faire la lumière sur les retards récurrents de paiements de bourses, les redoutables enquêteurs de l’Inspection général d’Etat (Ige) ont déposé leurs baluchons à Saint-Louis. Leur mission : identifier les goulots d’étranglement, mais aussi et surtout, remonter la chaîné de responsabilité en vue d’identifier le ou les auteurs entre le département des Finances et celui de l’Enseignement supérieur, surtout qu’il est avéré que le ministre Mary Teuw Niane a fait les états depuis le 13 avril, mais n’a émis son dernier chèque que le 4 mai.

L’Ige devra à ce propos dire pourquoi en lieu et place d’un seul chèque de 6 milliards Fcfa, il y a eu trois chèques (de 3, 2 et 1milliards). Les enquêteurs devront également faire la lumière sur le contrat d’exclusivité octroyé à Ecobank. A préciser que ce contrat date de 2008 et qu’il concernait 37 000 étudiants. A présent qu’il y a actuellement 117 000 étudiants bénéficiaires, l’Etat promet d’éclater ledit contrat cette semaine au niveau des différentes institutions bancaires.

En dépit de la levée de boucliers, l’Etat est loin de résoudre l’équation des bourses. Bien au contraire. Car, pour un total annuel de 39 milliards Fcfa, 24 milliards Fcfa ont déjà été payés seulement avant la mi- année. A ce rythme, le problème se fera jour dans le mois à venir puisqu’il ne reste pas plus de 15 milliards dans ce budget.






L’As



Cliquez-ici pour regarder plus de videos