leral.net | S'informer en temps réel

Mutisme, léthargie, silence de beaucoup de leaders, affaires fausses commissions... : Delta infecte les partis politiques

Peu avant l’apparition du nouveau variant dénommé Delta qui est en train de causer des ravages en termes de contamination, de personnes admises en réanimation et de décès, quelques rares formations politiques pour ne pas dire de rares leaders politiques, occupaient la scène à travers des prises de position liées à la gestion du pays par le régime du Président Macky Sall, aux questions d’ordre économique, ou encore relatives aux prochaines élections locales prévues en janvier 2022. "Tribune"


Rédigé par leral.net le Vendredi 13 Août 2021 à 09:23 | | 0 commentaire(s)|

Mutisme, léthargie, silence de beaucoup de leaders, affaires fausses commissions... : Delta infecte les partis politiques
Du côté du pouvoir, ils sont également devenus rares à prendre la parole, préférant se terrer. Une démarche imposée par la présence du variant Delta qui a fini d’infecter les partis politiques, même s’il faut retenir que des personnalités politiques ont compris qu’il est possible de le contourner par les réseaux sociaux ou à travers des communiqués périodiques.

Peu avant le déclenchement de la troisième vague de la pandémie à Coronavirus, force est de reconnaître que le terrain politique était dans une réelle ébullition. Cela s’est mieux senti suite à la publication de la date retenue pour les élections locales, désormais fixées en janvier 2022 (sauf énième report).

Dans ce cadre, beaucoup de chapelles politiques commençaient à donner sens à leurs différents projets politiques afin de se donner les moyens de gagner le maximum de collectivités territoriales.

D’autres, avec en poche un agenda politique caché, ne rataient aucune occasion pour rappeler l’impérieuse nécessité de respecter la Constitution, élément clé d’une démocratie stable et durable.

C’est d’ailleurs le cas du Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D), devenu un moment ‘’maître’’ de la rue sur la place de la contestation. Seulement, tout est rangé depuis quelques semaines suite à l’apparition du variant Delta, qui a fini d’infecter les partis et coalitions de partis. Il est vrai que l’attitude la plus responsable est d’éviter toute forme de rassemblement, mais il faut surtout reconnaître qu'un mutisme gangrène les formations politiques, qui vivent une réelle léthargie pour ne pas dire, qu’ils sont emmurés dans un silence détonant.

Pourtant, il y a bel et bien un moyen de contourner le virus Delta. Ce que des personnalités politiques ont compris en utilisant, en ces périodes de fortes contaminations et de décès, les réseaux sociaux comme voie de contournement pour continuer d’exister politiquement.

Mieux, de poursuivre leurs échanges avec leurs militants et sympathisants. Non sans prendre position sur des sujets de nature politique, économique, sanitaire et sociétal.

Dans le même ordre d’idées, ils donnent leurs points de vue largement partagés sur la question de la gestion de la pandémie comme c’est le cas avec Ousmane Sonko de Pastef, Bougane Guèye du mouvement Gueum sa bopp, Barthélemy Dias de Taxawu Senegaal, le Parti démocratique sénégalais (Pds) qui multiplie les échanges avec les médias, le Fds/Les Guelwaars du Dr Babacar Diop, sans oublier le Congrès pour la renaissance démocratique (Crd), la Ligue démocratique (Ld-Debout), qui ne ratent pas certaines occasions pour afficher leurs positions sur quelques sujets qui intéressent la vie des Sénégalais.

Sur la route qui mène aux prochaines joutes électorales de janvier 2022, le combat ne sera pas de tout repos pour l’opposition, face à une coalition présidentielle qui se fixe l’objectif de gagner partout.





Tribune



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page