Leral.net - S'informer en temps réel

Nafi Amar, co-auteure du « Pacte parlementaire » de BBY- France: « Ce Pacte revêt un caractère de contrat moral pour les futurs députés qui doivent se l'approprier »

Rédigé par leral.net le Samedi 22 Juillet 2017 à 13:26 | | 0 commentaire(s)|


Google+

Le Pacte parlementaire, c'est le grain de sel de la CCR- France dans la marmite de campagne pour les Législatives du 30 juillet prochain. Ce projet de législature a été remis aux candidats de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) France le 10 juillet dernier, qui devront le défendre à l'Assemblée nationale si toutefois ils étaient élus en fin de semaine prochaine.

Il a aussi été présenté samedi dernier, au grand public par un de ses co-auteurs, Amadou Barry, lors de la conférence- meeting organisée par les cadres du BBY au REX de Paris, à l'initiative de Nafi Amar, également co- auteure du Pacte. Les six autres co-auteurs du texte sont : Fatimata BATHILY, Ben Yahya SY, Moussa BA, Mbayang NDOYE,Caroline CONTEYE et Bamba THIOYE.

Pour pénétrer dans les coulisses de l'élaboration de ce projet, Afrique Connection a posé quatre questions à Nafi Amar, qui a répondu au nom du groupe d'auteurs qui ont amendé ses réponses.

 

Vous faîtes partie des cadres de la CCR qui ont produit le Pacte parlementaire remis aux candidats de BBY. Comment est née cette idée ? 

En tant que membres de la Convergence des Cadres de L’APR et au-delà, en tant que Sénégalais conscients de l’opportunité offerte par un des points référendaires de 2016 portant sur la représentativité de la diaspora à l’assemblée, et approuvé par un oui massif dans notre circonscription, nous avons jugé que nous ne pouvions pas être en marge de la matérialisation du processus inédit, de faire demain de la Diaspora la 15e région du Sénégal, une promesse de campagne du candidat d’alors, Macky SALL, aujourd’hui Président de la République.

« Ce travail est une forme d’auto-saisine afin d’apporter une pierre à l’édifice des élections législatives de 2017 et de modéliser une offre viable de projet de législature »

Forts de cet état d’esprit, il s’est agi évidemment pour nous au sortir d’une rencontre cadre avec le chef de file du parti ici à Paris, en avril dernier, d’être dans notre rôle, c'est-à-dire celui de la réflexion, du travail et de l’action de terrain.

C’est donc via notre outil interactif sur proposition de 2 d’entre nous (Nafi AMAR et Caroline CONTEYE), que nous avions décidé et suggéré au secrétariat à la vie politiqu,e la mise en place d’un groupe de travail et les premiers volontaires deviendront les 8 co- auteurs de ce pacte parlementaire, après de longues séances de conférence call, d’investigations, de débats, de rencontres et d’entrevues.

Ce travail est une forme d’auto-saisine afin d’apporter une pierre à l’édifice des élections législatives de 2017 et de modéliser une offre viable de projet de législature. Il a pu être réalisé après des échanges sur des sujets clefs avec alliés, représentants de la société civile et associatifs.

Qu'est ce qui est proposé dans ce Pacte parlementaire par ses auteurs?

Ce pacte parlementaire fait office de « programme de législature » pour les députés issus de la diaspora, car en effet, au-delà de notre circonscription, sans prétention aucune, il a été question de faire une analyse prospective portant sur les questions inhérentes à la résidence à l’étranger de nos compatriotes, que ce soit du point de vue administratif, social, économique, financier.

Nous savions que nous n’étions pas en terrain neutre, car depuis l’avènement de la seconde alternance, on constate un réel volontarisme réaffirmé des pouvoirs publics, grâce aux différents dispositifs d’accompagnement mis en place en faveur de la diaspora.

Ce pacte, après une analyse des mesures existantes, selon des critères jugeant de la pertinence, de l’efficacité, de l’efficience, de la durabilité et de l’impact sur les cibles, ferait office communément sous d’autres auspices, de Manuel de Procédures pour une Gestion Accès Sur le Résultat GAR.

Le pacte préconise par la voix des prochains députés qui en deviennent les porteurs et les garants, une mutualisation des « process d’administration », une centralisation des données pour plus d’opérationnalité et la capitalisation de l’investissement productif des Sénégalais de l’extérieur.

Le pacte que nous proposons s’articule autour de 5 axes:

  • Définir un cadre de travail avec l’administration en place

  • Participer à l’optimisation de la gestion administrative et à l’amélioration de la protection sociale des SENEX

  • Assurer le suivi des politiques mises en place et l’accompagnement des primo-arrivants

  • Soutenir l’investissement des SENEX

  • Proposer le renforcement de la représentation des SENEX

L’objectif a été de préconiser des actions structurelles concrètes et pérennes qui devront être défendues, actées et entrées en vigueur au cours de cette 13 ème législature, parmi lesquels entre autres:

-la proposition de la mise en place d’une inscription consulaire obligatoire pour l’établissement d’une CNI et la perception d’une bourse scolaire,

- la Proposition de la mise en place d’un bureau de l’Habitat au sein des consulats et l’instauration d’une assurance habitat pour les immigrés,

-la défense de la mise en place d’une nouvelle convention qui intégrera les régimes complémentaires et mettra fin à la contrainte résidentielle,

« Nous espérons que le comité électoral de BBY fera rapidement aboutir cette requête incontournable dans la communication de campagne »

-l’appui à la création d’un dispositif qui se veut être une offre d’accès centralisé aux procédures que nous avons dénommé BODI (Bureau Opérationnel de la Diaspora et de l’investissement), avec l’objectif majeur de travailler avec une banque dépositaire à l’opérationnalisation d’un Fonds Commun de Placement (FCP). Ce, en faveur du développement de l’initiative économique afin d’accroître l’accès aux financements à nos compatriotes de la diaspora, à l’investissement productif, et l’attractivité économique selon les potentialités territoriales. In fine, à la création d’emplois pour les potentiels candidats à l’immigration clandestine.

-Il s’agit aussi à travers ce bureau, d’uniformaliser les mesures incitatives douanières et fiscales relatives à l'entrepreneuriat des Sénégalais de l’extérieur, de centraliser l’offre de garanties en matière d’assurance et prévoyance (assurance vie décès…)

- la proposition pour un quota de représentativité des SENEX au sein des chambres consultatives (HCCT, CESE..)

-La proposition d’un quota d’appels d’offres publics alloué aux entités économiques constitutives des membres de la diaspora et de prise de participations en actions….

Et çà n’est pas exhaustif, autrement il s’agirait de faire l’inventaire de tout le livret alors qu’il serait plus opportun de procéder à son ample diffusion, comme nous n’avons pas manqué de le suggérer au comité électoral de Benoo Bokk Yakarr qui, nous l’espérons, fera rapidement aboutir cette requête incontournable dans la communication de campagne. 

Les candidats de votre coalition ont-ils obligation d'endosser ces propositions si toutefois ils sont élus demain ?

Comme son nom l’indique, bien entendu le pacte revêt un caractère de contrat moral pour lequel les dépositaires, en l’occurrence les futurs députés à qui il a été formellement et officiellement remis, doivent se l’approprier. Ce, afin d’œuvrer avec détermination à la mise en œuvre des préconisations qui y sont dressées, au bénéfice de nos compatriotes de la diaspora, dont ils seront les éminents représentants à l’hémicycle.

«  Nous ne sommes pas hors délai pour cette remise en bonne et due forme (au Président Sall) selon les canaux conventionnels »

Les propositions contenues dans ce livret ont-elles également été transmises au Président Macky Sall, au gouvernement, ou la CCR a t-elle prévu de le faire ?

Bien entendu c’est une chose qui sera faite sous peu. Le président, à qui il revient le mérite d’une ferme volonté de donner à la diaspora pleinement sa place sur l’échiquier politique et la cartographie socio-économique de notre cher Sénégal, recevra de nos mains Inchallah, cette contribution programmatique, ce, au cours d’un format à sa convenance. Nous ne sommes pas hors délai pour cette remise en bonne et due forme selon les canaux conventionnels, car la périodicité de ce pacte, qui certes, abrite des mesures prioritaires, porte sur la durée de la législature, qui rappelons-le s’étale sur 5 ans de, 2017 à 2022.
 

Propos recueillis par Thierno DIALLO, Afrique Connection



Leral Titre de votre page