leral.net | S'informer en temps réel

Non, monsieur le ministre, la justice sénégalaise ne marche pas bien !

Invité, hier, de l’émission ‘’Entretien avec…’’ de la RTS, reprise par "Les Echos", le nouveau ministre de la Justice, Me Malick Sall a soutenu que « globalement, la justice sénégalaise marche bien, il y a cependant quelques scories, des lenteurs qu’on nous reproche ».


Rédigé par leral.net le Jeudi 16 Mai 2019 à 16:08 | | 0 commentaire(s)|

Ils doivent être bien rares, les Sénégalais qui partagent cette assertion du garde des Sceaux. Puisqu’à propos de notre justice, il y a vraiment à manger et à boire.

Et ils sont nombreux nos compatriotes à penser que Dame justice est très malade. Elle mérite même des soins intensifs. Sinon, comment comprendre qu’un gredin de la trempe de Mamadou Oury Diallo, grand trafiquant de faux médicaments, puisse bénéficier d’une grâce présidentielle.

De surcroit, le détenu ne remplissait même les conditions requises. La procédure judiciaire était en cours, après l’appel qu’il a interjeté, suite à sa condamnation de 5 ans pour trafic de faux médicaments. Last, but not least, Mamadou Oury Diallo n’avait même pas fait un an de prison. Ce qui veut dire qu’il n’était nullement en position de bénéficier d’une telle faveur.
Y a-t-il eu tromperie ou manipulation pour exfiltrer Mamadou Oury Diallo de sa geôle ? La balle est dans le camp de la justice.

L’on découvre, en tout cas, « qu’il y a une grosse magouille » dans l’octroi des grâces présidentielles, selon Me Ousmane Sèye, célèbre avocat à la Cour. Des dossiers « tripatouillés » seraient donc présentés au chef de l’Etat, qui accorde sa grâce, comme le lui confère la loi, à des personnes qui n’en ont, malheureusement, nullement le droit.

A l’opposé, des laissés-pour-compte croupissent dans des prisons surpeuplées et insalubres, pendant de longues années de détention provisoire.

Il aura fallu que le jeune Saër Kébé prenne son destin en main, entame une grève de la faim pour sortir de prison quelques jours plus tard. Après avoir perdu 4 ans en taule, pour un post Facebook jugé terroriste. L’on ne saura certainement jamais, combien sont-ils enfermés dans nos prisons, en détention provisoire de très longue durée. La plupart, pour des faits mineurs, pour ne dire, des peccadilles.

Pendant ce temps, des tueurs gantés et à col blanc, exécutent en silence, en toute quiétude. Comme ces nombreux vendeurs de faux médicaments, localisés et connus, qui continuent d’empoisonner les Sénégalais sous le couvert de l’anonymat. « Ces lobbies et cette mafia » dénoncés par l’ordre des pharmaciens sont-ils puissants que la justice ? Les Sénégalais attendent une réponse.

Et puis, il y a ces questions de fond que les professionnels de la Justice ressassent comme une ritournelle. Notamment la superpuissance du Procureur de la République dans la délivrance des mandats de dépôt. N’entend-on pas souvent ces mêmes professionnels évoquer la question de l’indépendance de la Justice ?

Non, monsieur le ministre, la justice sénégalaise ne marche pas bien ! Sinon, c’est à cadence variable.







Bachir Seck



Cliquez-ici pour regarder plus de videos