leral.net | S'informer en temps réel

Organisation des élections, les libéraux récusent toujours Abdoulaye Daouda Diallo

Le PDS (Parti démocratique sénégalais) continue de réclamer le départ d'Abdoulaye Daouda Diallo de la tête du ministère de l'Intérieur. Cette fois, ce sont les Libéraux de Rufisque qui sont montés au créneau.


Rédigé par leral.net le Mardi 25 Avril 2017 à 11:03 | | 0 commentaire(s)|

Les libéraux de Rufisque ne veulent pas d'Abdoulaye Daouda Diallo comme organisateur des prochaines élections. "Nous n'accepterons pas que le ministre Abdoulaye Daouda Diallo, un homme complètement coloré, probable candidat aux Législatives, organise les élections. Nous ne lui faisons pas du tout confiance", a asséné le porte-parole de la formation libérale à Rufisque, Ahmed Ndir.

Il est d'avis que le Président Macky Sall devrait s'inspirer de son prédécesseur en confiant l'organisation des élections à une personnalité neutre et indépendante. Une option qui, selon les partisans de Me Abdoulaye Wade dans la vieille ville, est gage d'équité et de transparence pour des lendemains électoraux sans contestation. " Nous demandons à Macky Sall d'enlever son maire dans l'organisation de ces élections afin de mettre tous les partis et coalitions sur un pied d'égalité. Les élections n'appartiennent pas à l'APR", a pesté M.Ndir, prenant à témoin le peuple sénégalais.

Pour les libéraux de Rufisque, "l'entêtement du pouvoir à vouloir maintenir en place l'actuel ministre de l'Intérieur, démontre sa volonté de vouloir truquer les élections". Une situation qui d'après Ahmed Ndir, augure des lendemains de contestation électorale à l'issue des législatives du 30 juillet prochain.

Dans la même veine, le responsable libéral à Yenne a invité le Président de la République à prolonger les inscriptions sur les listes électorales. Une requête justifiée selon ce membre du Comité Directeur du PDS, par la forte affluence des populations. "Il y a un nombre important de personnes qui ont le droit de voter et qui, malheureusement, ont été laissées en rade. Nous demandons à l'Etat de prendre en compte ces électeurs laissés sur la touche".

source: vox populli