Leral.net | S'informer en temps réel

Ouganda: 6 morts et des dizaines de disparus à la suite de glissements de terrain

Rédigé par La rédaction de leral.net le 6 Juin 2019 à 13:23

À la suite de glissements de terrain, 50 personnes pourraient être portées disparues dans le district de Bududa, dans l'est de l'Ouganda, selon la Croix Rouge. Les recherches continuent.


Ouganda: 6 morts et des dizaines de disparus à la suite de glissements de terrain
Des glissements de terrain provoqués par de fortes pluies ont fait six morts et au moins 27 blessés dans le district de Bududa, une zone à haut risque dans l'est de l'Ouganda. 50 personnes pourraient être portées disparues, selon la Croix-Rouge ougandaise.

Six personnes sont décédées et des dizaines portées disparues dans le district de Bududa, dans l'est de l'Ouganda, à la suite de glissements de terrain provoqués par de fortes pluies, ont annoncé mercredi les autorités et la Croix-Rouge locale.

Dans cette région vallonnée située au pied du Mont Elgon, le glissement de terrain le plus important « a tué six personnes », a déclaré le ministre chargé de la Gestion des catastrophes, Hillary Onek, lors d'une conférence de presse à Kampala. « Il y a eu plusieurs autres petits glissements de terrain ».

La Croix-Rouge ougandaise, selon laquelle environ 50 personnes pourraient être portées disparues, a indiqué que les six personnes décédées avaient été identifiées, notamment une femme de 73 ans, trois enfants et deux adolescents. Les recherches continuent.

Une menace de nouvelles pluies bien présente

Au moins 27 personnes ont par ailleurs été blessées, a précisé la Croix-Rouge, selon laquelle environ 350 personnes ont été obligées de fuir leur foyer en raison des glissements de terrain.

« La région (de Bududa) a connu de fortes pluies qui ont provoqué les glissements de terrain » et de nombreuses destructions, a détaillé dans un communiqué la porte-parole de la Croix-Rouge, Irene Nakasiita.

« Pour l'heure, la Croix-Rouge se concentre sur les zones les plus affectées. Des volontaires de la branche locale de la Croix-Rouge et la police locale ont combiné leurs efforts et ont retrouvé les corps », a-t-elle souligné. « Les zones affectées présentent de fortes pentes. La menace de nouvelles pluies est bien présente et l'accessibilité reste un défi ».

La Croix-Rouge s'est par ailleurs inquiétée de « probables nouveaux décès » en raison de nouvelles chutes de pluie et de la « probabilité » de la propagation de maladies comme le choléra ou la pneumonie.

Des villages touchés très difficiles d'accès

L'organisation a insisté sur la nécessité de l'assistance humanitaire pour les populations touchées, et plus particulièrement de nourriture, d'eau potable, de latrines, de vêtements et couvertures chauds.

Le député local Godfrey Watenga a déclaré à l'AFP que les glissements de terrain avaient eu lieu tard mardi soir. « C'est un événement tragique. Beaucoup de personnes seraient mortes et beaucoup seraient portées disparues, mais nous essayons d'obtenir des détails car les villages touchés sont très difficiles d'accès ».

Le district de Bududa, au pied du Mont Elgon, à la frontière entre l'Ouganda et le Kenya, est une zone à haut risque de glissement de terrain, notamment en raison de la déforestation de la région au profit de zones cultivables, sur fond de croissance démographique.

100 000 personnes en grand danger

Des efforts du gouvernement en vue de déplacer des habitants de zones vulnérables aux glissements de terrain ont jusqu'à présent rencontré la résistance des populations.

En 2018, au moins 41 personnes ont été tuées à la suite du débordement d'un fleuve dans la région et en 2010 une centaine de personnes avaient été tuées lors d'un glissement de terrain. Des catastrophes similaires avaient eu lieu en 2011, 2012 et 2016.

Le cabinet du Premier ministre ougandais, Ruhakana Rugunda, a de son côté fait état de « glissements de terrain et de destructions de biens, ainsi que de personnes disparues ».

« Au total, on estime que plus de 100 000 personnes vivant en précarité sur les pentes du mont Elgon sont en grand danger et doivent être relogées pour éviter le risque de glissements de terrain », a ajouté le cabinet du Premier ministre.







Ouest France