leral.net | S'informer en temps réel

Patrice Sané: «Les choses pourront s'arranger à Ziguinchor à une seule condition, que Benoît Sambou et ses partisans aient un esprit inclusif et fédérateur »


Rédigé par leral.net le Mardi 21 Février 2017 à 11:27 | | 0 commentaire(s)|


 
Patrice Sané, membre de la Convergence des Cadres Républicains se prononce aussi sur les violences qui gangrènent l’APR, notamment à Kaolack, à Kanel, à Fatick et à Ziguinchor.
 
Quelle analyse faites-vous des violences physiques qui rythment ces derniers temps l’Apr à Kaolack, à Kanel, à Fatick et à Ziguinchor, entre autres ? 
 
Comme disait l'autre "la violence n'engendre que la violence" pour commencer, je vous dirais que je condamne avec la dernière énergie toutes formes de violence. L'approche des élections et les investitures favorisent la violence. C'est la teneur d'un certain discours partisan des responsables qui provoque la violence. Certains sont en train d'organiser des investitures non conformes aux statuts et règlement du Parti.
 
Pour en revenir à votre question: il faut placer chaque situation dans son contexte pour une meilleure compréhension. Concernant  Ziguinchor et Kaolack pour ne citer que ces deux cas, il est question de violences verbales et physiques. Il est inadmissible que des responsables de notre parti se donnent en spectacle de la manière la plus abjecte pour des questions de positionnement en vue des joutes électorales qui s'annoncent. Le leadership  ne se décrète pas, c'est un travail de longue haleine au niveau de la base, surtout quand on fait face à un politicien chevronné de la trempe de M. Abdoulaye BALDE.
 
Quant aux événements de Kanel, il urge de faire comprendre à nos partisans que l'autorité d'un préfet (qui représente l'état dans la localité) ne doit jamais être mise en cause si ce dernier n'a pas commis de faute qui mériterait des sanctions. Ce qui est inacceptable, c'est que cela s'est passé durant des moments de douleur et de tristesse pour une famille, une localité pour ne pas dire toute une communauté.
NB: je profite de votre tribune pour présenter mes sincères condoléances à la famille du regretté disparu qui est une grande perte pour l'APR et le Sénégal.
 
Les choses peuvent-elles s’arranger à Ziguinchor où l’exclusion de Benoît est réclamée par certains responsables?
 
Les choses pourront s'arranger à Ziguinchor à une seule condition, que Benoit et ses partisans aient un esprit inclusif et fédérateur.
Ces gens oublient qu'ils sont là pour trouver des solutions aux problèmes des populations à la base qui sont laissées à elles-mêmes sans ressources, ni richesse. S’ils pensent que c'est en étant divisés qu'ils gagneront les législatives, ils se foutent le doigt dans l’œil car ils ont affaire à un homme politique aguerri et qui n'est pas un "nain" dans ce domaine par rapport à certains qui se glorifiaient d'avoir débauché des partisans de ce dernier dont on ne connaît pas le poids politique. L’APR a intérêt à s'unir sinon notre coalition subira une cuisante défaite.
 
N’y a-t-il pas lieu de craindre, avec ces comportements, pour un parti qui veut rester au pouvoir ?
 
Le comportement et l'attitude de certains hommes politiques et ceux de notre parti l’APR en particulier, est dégoûtant et révulsant pour ne pas dire "répugnant". Ils ont fini par jeter l’opprobre et le discrédit sur l'ensemble de la classe politique avec des discours de bas étage qui montrent clairement la personnalité de ses responsables.

Il est temps pour ses derniers de se ressaisir et aller à l'essentiel à savoir trouver des solutions aux souffrances des populations. Sinon le réveil sera brutal pour ces politiciens de métier. Le peuple sénégalais n'est pas dupe et très mature. On peut tromper le peuple un instant mais pas tout le temps.
 
Que doit faire le président du Parti pour mettre fin à ces comportements ?
 
Il doit sévir et sanctionner, mais nous constatons avec amertume sa passivité qui ne facilite point les choses. Apparemment,cette situation l'arrange car qui ne dit rien, consent. Un vrai leader doit savoir taper sur la table et ramener dans les rangs les brebis égarées et faire respecter la discipline de parti.
 
Par ailleurs, comment expliquez-vous le faible taux des inscriptions sur les listes électorales ?
 
Le taux d’enregistrement au niveau des 45 départements du Sénégal à la date du 10 février est simplement scandaleux et inquiétant la moyenne est de 16,75% (région de Dakar 32,12% avec comme locomotive les départements de Pikine et Dakar et région de Kédougou 1,38%). Nous autres politiques devrons en déduire plein de choses mais plus particulièrement que les populations ne sont plus séduites par la chose politique, revoyons nos comportements sinon le 30 juillet, la déception sera grande.
 
Comprenez-vous les réserves formulées par Mankoo wattu Senegaal sur la date du 30 juillet fixant les élections législatives ?
 
La classe politique doit à l'évidence reconnaître les difficultés pour tenir les élections législatives le 30 juillet et reporter avec une date consensuelle: le taux d'inscription est faible, la date du 30 juillet coïncide avec la saison des pluies et la tenue du Bac.
 
A votre avis, doit-il avoir un quote-part sur la représentativité des chrétiens au Sénégal et comment devrait se faire le choix des hommes ?
 
La formation d'un gouvernement et la représentation à l'Assemblée Nationale obéissent dans tout pays à des équilibres régionaux, religieux, ethniques... La Communauté chrétienne n'a jamais rien réclamé; mais il appartient aux appareils politiques d'être justes. L'APR n'a envoyé que l'honorable Aime Assine à cette Assemblée.

La communauté catholique du Sénégal n'a jamais été demandeuse d'un quelconque poste nominatif ou électif. Notre éducation religieuse nous l'interdit nous ne versons pas dans l'invective, le chantage et les combines. Par contre, comme tout militant qui respecte les directives du parti, nous exigeons un minimum de reconnaissance de la part de l'APR, car nous sommes fidèles et conséquents dans notre accompagnement politique.








Hebergeur d'image