leral.net | S'informer en temps réel

Pikine : Ama Baldé et Boy Niang votent Benno Bokk Yakaar


Rédigé par leral.net le Lundi 24 Juillet 2017 à 14:38 | | 0 commentaire(s)|

Pikine : Ama Baldé et Boy Niang votent Benno Bokk Yakaar

Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Les lutteurs Ama Balde et Boy Niang «luttent » pour la Coalition Benno Bokk Yaakaar. Ils ont été enrôlés par Thierno Ndome Bâ, le président du mouvement « Pikine thi la bokk » pour renfocer la coalition présidentielle. « Thierno est un citoyen utile à sa patrie. Il s’emploie, autant faire se peut, à mener des actions aussi bien sur des personnes physiques que pour les organisations de développement.

Le soutien politique que j’ai décidé de lui apporter, n’est pas surprenant, du moins pour ce qui connaissent les qualités humaines dont il est imbu et le soutien constant qu’il apporte aux populations de Pikine
», explique Boy Niang 2, pour justifier sa position.

«Le développement de Pikine nous préoccupe au plus haut point. Le président de Pikine ci la bokk aurait pu se contenter de mener sa vie tranquillement, sans avoir à subir les aléas et les contrecoups de la politique. Mais il s’est toujours préoccupé du sort des pikinois. Son engagement politique est essentiellement motivé par le souhait de réaliser les nobles ambitions qu’il nourrit pour la localité. D’où le soutient que j’ai décidé de lui apporter », ajoute pour sa part, Ama Baldé.

Thierno Ndome Bâ quant à lui, a fait la promesse de œuvrer pour le développement de Pikine. « Si ce n’était que les relations amicales que j’ai avec le président de la République, Macky Sall, je ne serais pas engagé pour le soutenir, mais ses réalisions ont fini par changer l’image de la localité. Indépendamment des considérations politiques, je fais le serment de soutenir davantage tous les initiatives qui militent en faveur du développement de Pikine », a-t-il promis.

Ainsi, pour démontrer la sincérité de leur engagement, les 2 lutteurs rendent hommage à l’époux de Aminata Tall, présidente du Cese, à travers un grand « sargal », cet après-midi.



L’observateur