leral.net | S'informer en temps réel

Ponts de Gangué Soulé et de Wendou Bosséabé : Une nouvelle génération d’ouvrages


Rédigé par leral.net le Vendredi 10 Mars 2017 à 21:55 | | 0 commentaire(s)|

 
La nouvelle option prise par l’État pour désenclaver les zones éloignées, c’est la construction d’ouvrages de franchissement. L’annonce a été faite par le chef de l’État, hier, au cours de la visite des travaux du pont de Gangué Soulé et de Wendou Bosséabé.
 
« Le Sénégal va connaître une nouvelle génération d’ouvrages de franchissement. C’est une autre réalité et il est heureux que nos services soient non seulement assez compétents pour la conception de ces projets, mais ont toutes les capacités pour en assurer le suivi et l’exécution », a indiqué Macky Sall. Il a ajouté que ces deux ponts réalisés entrent dans le programme « zéro bac » qui a pour objectif de renforcer le désenclavement des régions éloignées, en particulier celles qui sont sur le lit du fleuve Sénégal.
 
L’image contient peut-être : 3 personnes, plein air
D’un linéaire de 160 m, le pont de Gangué Soulé est réalisé à 45 %, selon les responsables du projet. Les deux ouvrages vont coûter 5 milliards de FCfa. Conçus selon les normes de la Cedeao, ces deux ponts ont une durée de vie de 200 ans. L’objectif global à travers la construction de ces ponts est le désenclavement et l’interconnexion des réseaux routiers nationaux et régionaux. « Les aménagements devront permettre d’assurer, de manière pérenne et sécuritaire, le franchissement de cet affluent du fleuve Sénégal et de faciliter la commercialisation des produits agricoles et pastorales dans la zone », a expliqué le directeur général de l’Ageroute, Ibrahima Ndiaye.
 
Parallèlement à la visite des travaux du pont de Gangué Soulé, le chef de l’État a procédé à l’inauguration de la dorsale électrique du «Dandé Maayo», longue de 50 km et polarisant 18 localités. Financée dans le Budget consolidé d’investissement (Bci), cette dorsale a coûté 2,637 milliards de FCfa. « C’est toute la zone qui va être désenclavée et électrifiée. Ct’est dire que nous apportons le développement dans ces contrées lointaines », a dit le chef de l’État.
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air...« Le Pse a fait ses preuves »
 
Quiconque veut aider le Sénégal, doit s’inspirer du Programme Sénégal émergent. Ce rappel a été fait par Macky Sall qui estime que le Pse reste « le seul programme économique, social qui tienne dans ce pays ». Pour lui, en seulement deux années d’application, le Pse a fait ses preuves et a permis de montrer ce dont le Sénégal était capable. « On a habitué les Africains à leur donner des programmes conçus ailleurs et on leur imposait à suivre ce chemin. Nous avons fait la rupture avec le Pse », a souligné le président sénégalais. Pour lui, conformément à la stratégie définie dans le Pse, notamment dans son axe 1, concernant la transformation de l’économie, le Sénégal va poursuivre ses efforts d’autosuffisance alimentaire, en particulier en riz.
 
« Changer la structure de notre économie, c’est mettre les infrastructures de développement qui permettent véritablement la production, qu’elles soient de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche ou de l’aquaculture », a dit le président de la République.
 
« Le Sénégal vit un nouveau paradigme »
 
C’est parce que les Partenaires techniques et financiers (Ptf) ont foi à la politique du gouvernement et que celui-ci fait une gestion rigoureuse de ses deniers publics qu’il peut lancer des projets comme le tronçon Ndioum-Bakel.
 
C’est la conviction du chef de l’État, Macky Sall, qui voit en cette marque de confiance une voie tracée pour le Sénégal afin d’atteindre son émergence. « Si le Sénégal est capable de lancer tous ces projets, c’est parce qu’il y a une gestion rigoureuse des deniers publics de l’État. Si cela n’était pas le cas, nous ne serions pas capables de donner la contrepartie de ces projets. Ce serait impossible. Nous serions restés dans l’infiniment petit qui ne permet pas d’avoir des ambitions d’émergence. Ce pays est en train de changer, nous vivons un nouveau paradigme et cela appelle des ruptures », a expliqué Macky Sall.
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus, ciel, plein air et nature
L’humilité du président magnifiée à Aéré Lao
 
L’arrêt à Aéré Lao a été l’un des faits les plus marquants de cette tournée du chef de l’État. Il a présenté ses condoléances à la famille du jeune militant Amadou Sy.
Ce dernier, âgé de 34 ans, est décédé brutalement, la veille de l’arrivée du chef de l’État. C’est pourquoi, la mobilisation qui était prévue par le maire, Mountaga Sy, n’a pu se faire. Une fois informé de cette disparition, le président Macky Sall qui faisait cap sur Matam, s’est rendu au domicile du jeune homme. Il en a profité pour formuler des prières.
 
Source LeSoleil.sn
 



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page