leral.net | S'informer en temps réel

Pour le respect des accords signés avec l’Etat: Le Saems dans la rue le 12 janvier 2022 à Thiès

Le Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire du Sénégal (SAEMS) est en ordre de bataille pour exiger le respect des accords signés par le gouvernement. En réunion d’évaluation des précédents plans d’actions, hier mercredi à Rufisque, le Bureau exécutif a annoncé la tenue d’une marche générale le 12 janvier prochain à Thièsn suivie d’un mouvement d’humeur national. "Le Témoin"


Rédigé par leral.net le Vendredi 31 Décembre 2021 à 10:21 | | 0 commentaire(s)|

Pour le respect des accords signés avec l’Etat: Le Saems dans la rue le 12 janvier 2022 à Thiès
Deux ans après la signature des accords en 2018, les enseignants du moyen secondaire enfourchent à nouveau la tunique de combat. Face au mutisme du gouvernement, le SAEMS annonce un nouveau plan d’actions pour exiger de la part du gouvernement, l’apurement du protocole signé le 30 avril 2018. Une nouvelle stratégie en ce début d’année qu’ils comptent mettre en œuvre, avec à la clé, une série d’actions dont une marche générale ce 12 janvier 2022 à Thiès.

« Nous allons vers l’organisation de marches nationales à travers toute l’étendue du territoire national. Il est obligatoire que le gouvernement apporte des réponses concrètes aux revendications des travailleurs, notamment à la matérialisation de ces accords. Nous donnons rendez-vous à tous les enseignants dès la reprise des cours, à la date du 12 janvier, à la grande marche qui sera organisée à Thiès et qui sera la première étape d’une série de marches que nous allons organiser à travers toute l’étendue du territoire national », a annoncé El Hadji Malick Youm, le secrétaire général national adjoint du Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire du Sénégal (SAEMS).

A l’issue de ces travaux d’évaluation, ils comptent dérouler l’agenda proposé par le Bureau exécutif national du SAEMS. Il est question concrètement de mettre fin aux lenteurs administratives et d’apporter une solution définitive à la gestion des carrières. Il s’agit selon le second du secrétaire général Saourou Sène, d’élever d’un cran la lutte syndicale pour amener le gouvernement à respecter les engagements qu'il a souscrits.

« Le niveau de matérialisation reste extrêmement faible. Ce qui est dommage, c’est que le gouvernement n’a pas fait de propositions concrètes sur les revendications nodales. C’est un point de revendication indispensable mais qui jusque-là, tous les ministères concernés ont annoncé leur incompétence et aucune réponse n’a été donnée par la Présidence de la République », a-t-il renseigné, interpellant à ce propos le président de la République, à qui tous les rapports ont été transmis

En effet, depuis la signature des accords le 30 avril 2018, les enseignants disent avoir constaté un certain « immobilisme total » de la part du gouvernement. Un « silence coupable » qui démontre selon eux, un manque de volonté de prendre en compte les préoccupations des enseignants du Sénégal.

« Nous allons nous inscrire dans une logique de lutte syndicale et nous allons y rester jusqu’à obtenir gain de cause », a-t-il dit pour dénoncer l’attitude du gouvernement. Las d’attendre la matérialisation, les enseignements n’excluent pas de mettre en place d’autres stratégies de lutte. Outre la série de marches, ils comptent poursuivre le boycott des évaluations de fin d’année.





Le Témoin


Titre de votre page Titre de votre page