leral.net | S'informer en temps réel

Pour lutter contre la malnutrition au Sénégal, les ménages invités à changer leurs habitudes alimentaires


Rédigé par leral.net le Mercredi 29 Mars 2017 à 15:10 | | 0 commentaire(s)|

La malnutrition continue de sévir dans la population en général et chez les enfants en particulier. Ainsi, la responsable exécutive du bureau régional de la Cellule de lutte contre la malnutrition (CLM), Néné Hawa Sy, qui s‘exprimait hier, lors de la revue annuelle conjointe du secteur de la nutrition, invite les ménages à changer leurs habitudes alimentaires pour faire face à ce fléau. De l’avis de la coordonnatrice régionale, ceux-ci doivent faire de la malnutrition un ‘’combat’’ de tous les jours.

« Les ménages doivent revaloriser les produits locaux et diversifier leur alimentation. Il n’y a pas que le ‘’thiéré’’ couscous et le ‘’thiébou dieune’’ riz au poisson. Dans la région de Thiès, par exemple, il y a beaucoup de feuilles vertes. Mais malheureusement, elles sont laissées en rade. Les populations doivent changer leurs habitudes alimentaires. Elles doivent également considérer la nutrition comme un facteur essentiel dans le développement humain », souligne Mme Sy.

Donnant les grandes lignes de leur feuille de route 2017, Néné Hawa Sy a indiqué que son équipe souhaite avoir des sites de nutrition partout et, au moins, un site de promotion de croissance dans chaque quartier ou village. Cependant, avec un budget global de près de 219 millions de FCFA, la cellule de lutte contre la malnutrition rencontre, selon Hawa, des difficultés pour couvrir toutes les zones du pays en nutrition.

Aussi, estime-t-elle, que les collectivités locales doivent s’impliquer davantage, en « votant et en mettant en place des montants financiers suffisants » pour la prise en charge de la malnutrition au niveau communautaire.

« Il faut que tous les secteurs membres de la CLM, que ce soit les ministères techniques et leurs démembrements, la société civile, les organisations communautaires de base…se donnent les moyens allant dans le sens de l’amélioration de la situation nutritionnelle des populations. Si on a les moyens, on étendra nos activités en augmentant le nombre de sites », a recommandé Mme Sy.

En outre, elle a tenu à préciser que dans le cadre de la prévention de la malnutrition, 178 630 enfants (0-59 mois) ont été dépistés dans la région en 2016, avec un taux de couverture de 70,67%. 

Il est à noter que le taux de prévalence de la malnutrition est élevé dans certaines régions. Il s’agit, entre autres, de Louga 16,1%, Saint-Louis 15%, Tambacounda 12,5%... par contre celle de Thiès a connu un bond en matière de nutrition durant les deux dernières années, avec un taux 9%.

Enquête
 


Titre de votre page Titre de votre page