leral.net | S'informer en temps réel

Procès fraude Baccalauréat 2017 : les terribles aveux de Mamadou Djibril Dia, proviseur du lycée de Kahone


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Juin 2018 à 15:11 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Renvoyé deux fois pour divers motifs, le procès de l’affaire des fuites des épreuves du Baccalauréat de 2017 s’est finalement tenu ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Dakar. Au nombre de 39, les prévenus sont poursuivis pour association de malfaiteurs, fraude aux examens et concours, obtention frauduleuse d’avantages matériels indus, escroquerie, blanchiment de capitaux et complicité. Mais dans cette affaire qui avait défrayé la chronique, le cerveau en l’occurrence le proviseur du Lycée de Kahone, Mamadou Djibril Dia n’est pas passé par quatre chemins pour reconnaître les faits. Même s’il a tout mis sur le dos d’un agent de l’Office de Bac du nom de Mamadou Thiam.

Né en 1965, monsieur Dia qui est au crépuscule de sa carrière, a révélé être au cœur de cette fraude depuis 2016. Il a expliqué que c’est depuis cette année, qu’il a eu recevoir l’épreuve d’Hist-géo des mains de Mamadou Thiam, agent de l’Office du Bac. C’est ainsi qu’il s’était rapproché de sa co-prévenue Fatou Bakhoum, le jour de la composition de l’épreuve de philosophie dans son lycée à Kahone. Intéressée par sa proposition, celle-ci lui a remis 30 mille francs Cfa avant qu’il ne lui remette le sujet sur support papier. « C’était dans le seul but de l’aider. Parce qu’elle avait échoué à deux reprises aux Baccalauréats de 2014 et 2015. Et les 30 mille francs, je les avais envoyés à monsieur Thiam via Orange Money », a soutenu le sieur Dia.

Pour ce qui est des épreuves de français, d’anglais et d’Histo-Géo du Baccalauréat de 2017, M. Dia a déclaré les avoir remis à sa complice en contrepartie de la somme de 100 mille francs. « Cette année-là, c’est Fatou Bakhoum qui s’était approchée de moi, en me disant qu’une de ses cousines, établie à Matam avait besoin des épreuves. J’ai recontacté Mamadou Thiam. Et celui-ci m’a envoyé les sujets sur support électronique. Ainsi, je les ai tirés avant de les remettre à Fatou Bakhoum au Garage de Nioro. Elle était accompagnée ce jour-là de Diatta Diakhaté. Mais, lorsque l’affaire s’est ébruitée j’ai eu très mal. Parce que j’étais loin de douter qu’elle allait disperser les sujets à son tour en contrepartie d’une somme d’argent. Personnellement, j’ai remis les 30 mille et 100 mille francs à Mamadou Thiam», se défend-il.





Kady FATY, leral.net