leral.net | S'informer en temps réel

Programme Triennal d’Investissements Publics (PTIP) 2016-2018 : principal jalon de concrétisation du Plan d’Actions Prioritaires (PAP) du PSE


Rédigé par leral.net le Mardi 12 Septembre 2017 à 09:35 | | 0 commentaire(s)|

Le Programme Triennal d’Investissements Publics (PTIP) 2016-2018 est la véritable matérialisation de la volonté du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Macky SALL, de consacrer le maximum de ressources à l’investissement.
 
 D’un coût global de 3 866,244 milliards de francs CFA, le PTIP 2016-2018 est le principal jalon de concrétisation du Plan d’Actions Prioritaires (PAP) du Plan Sénégal Emergent (PSE). Car, 97% du coût global du PTIP sont alloués au PAP du PSE, soit 3 765,944 milliards de francs CFA. Les 100,3 milliards de francs CFA restant, soit 3%, représentent la provision constituée pour faire face à des dépenses d’investissements imprévues.
 

Comparativement au PTIP précédent, les investissements publics programmés dans le PTIP 2016-2018 connaissent une hausse de 522,576 milliards de francs CFA en valeur absolue, soit 15,6% en valeur relative. Cette hausse s’explique principalement par la programmation de projets d’envergure dans six (6) secteurs prioritaires que sont : les infrastructures et services de Transports, les infrastructures et services de l’Energie, l’Agriculture, l’Education et la Formation, l’Hydraulique et l’Assainissement, et la Santé et la Protection Sociale. Ces projets majeurs du Président Macky SALL sont notamment : - la desserte ferroviaire Dakar-AIBD (TER) ; - l’aménagement du Pôle urbain de Diamniadio ; - la réhabilitation de l’axe ferroviaire DakarBamako ; - la construction de l’autoroute Thiès-Touba ; - le prolongement de l’autoroute à péage Diamniadio-AIBD-Mbour-Thiès ; - la construction de la route Ndioum-Ourossogui-Bakel ; - le programme prioritaire de désenclavement ; - les opérations pour la production, le transport et la distribution d’énergie ; - le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) ; - le Programme Présidentiel de Promotion des Villes (PROMOVIL) ; - le programme de construction des universités El Hadji Ibrahima Niass du Sine Saloum et Amadou Makhtar Mbow ; - le projet de construction de la troisième usine de traitement des eaux à Keur Momar Sarr (KMS 3) ; - le relèvement des Plateaux Techniques des hôpitaux.
 

Ainsi, le PTIP 2016-2018 tient compte d’un certain nombre de facteurs : - La place dans l’économie nationale, les contraintes et les politiques menées par les différents ministères ; - les principaux projets et programmes, avec l’état de leurs financements ; - les réalisations physiques obtenues et projetées dans les différents secteurs; - le changement de paradigme dans les stratégies mondiales de financement du développement, avec le passage des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) aux Objectifs de Développement Durable (ODD) ; - la systématisation de l’évaluation exanté des projets, par la méthode coûts/avantages. La répartition des investissements par axe stratégique du PSE.
 

 La répartition du PTIP 2016-2018 par axe stratégique du PSE, se présente comme suit : Axe 1 : Transformation structurelle de l’économie et croissance  : 2  473,244 milliards FCFA, soit 66% ; Axe 2 : Capital humain, Protection sociale et Développement durable : 936,225 milliards de FCFA, soit 25% ; Axe 3 : Gouvernance, Institutions, Paix et Sé- curité : 356,179 milliards de FCFA, soit 9%. L’axe 1 « transformation structurelle de l’économie et croissance » concentre 66% des investissements programmés durant la période 2016-2018 et s’appuie sur les infrastructures et services de transports routiers et ferroviaires et de l’énergie ; le développement de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de l’aquaculture ; le développement de l’habitat social ; l’émergence de plateformes industrielles intégrées et l’aménagement de pôles touristiques intégrés.
 

 En matière d’infrastructures et services de transports, la politique de réalisation d’infrastructures routières, ferroviaires et de pistes rurales sera renforcée pour assurer le désenclavement interne et externe du pays, à travers : - Les travaux d’achèvement de l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) ; - le prolongement de la VDN ; - la réalisation de pistes rurales ; - la construction des autoroutes Thiès-Touba et AIBD-Mbour-Thiès ; - l’aménagement du Pôle urbain de Diamniadio ; - la réhabilitation de l’axe ferroviaire DakarBamako ; - la construction du Train Express Régional Dakar-AIBD. Les infrastructures et services de transports représentent 43,27% des investissements programmés au niveau de l’axe 1, pour un montant de 1070,243 milliards de francs CFA.
 

S’agissant du sous-secteur de l’énergie, l’amélioration de la fourniture d’électricité sera poursuivie à travers le renforcement des capacités de production de SENELEC, par : - la mise en service en 2016 de la centrale de Contour Global (ex GTI), de 53 MW ; - la mise en service en 2016 de la centrale Duale fioul de 70 MW, à Taïba Ndiaye ; - la mise en service en 2016 d’une centrale solaire de 15 MW, à Diass ; - la densification du réseau ; - la poursuite du programme d’électrification rurale, qui vise un objectif de 60% de villages électrifiés, d’ici à l’horizon 2017. Les prévisions d’investissements dans le secteur de l’énergie sont d’un montant de 322,570 milliards de francs CFA, soit 13,04% des investissements de l’axe 1.
 

En matière d’agriculture, d’agroalimentaire, d’élevage, de pêche et d’aquaculture, les actions programmées visent à mettre en œuvre une approche intégrée favorisant le développement de chaines de valeur et de structuration des filières. Elles permettront de valoriser le potentiel de l’agriculture commerciale, de développer l’agriculture familiale et de relancer les filières de production laitières et les industries animales. Il s’agira essentiellement de promouvoir l’agriculture commerciale à travers : - la mise en place des Domaines Agricoles Communautaires (DAC) ; - la création de corridors céréaliers ; - la création de pôles de transformation agroalimentaires ; - la relance de la production nationale d’arachide. Par ailleurs, la modernisation de l’agriculture familiale sera poursuivie et amplifiée en vue de la réalisation de la souveraineté alimentaire.
 

Il en sera de même de la relance durable de la pêche et du développement de l’aquaculture par la création de véritables pôles piscicoles. En outre, un accent particulier sera mis sur la gestion rationnelle et durable des ressources naturelles pour la préservation des écosystèmes et la satisfaction des besoins en eau agricole et pastorale.
 

 Les investissements programmés dans ce cadre sont d’un montant de 629,442 milliards de FCFA, soit 25,43% des investissements de l’axe 1 du PSE. Dans le domaine de l’industrie, du commerce et du tourisme, l’objectif de faire du Sénégal un hub multiservices et industriel sera poursuivi. L’ambition du Chef de l’Etat est de faire du Sénégal le point de dispatching des produits et services industriels en Afrique de l’Ouest, et un carrefour industriel indispensable au rééquilibrage durable de la balance commerciale, par la mise en place de plateformes industrielles intégrées et de parcs industriels intégrés.
 
 S’agissant du hub multiservices, l’accent sera mis sur le développement de zones touristiques intégrées, la mutation de Dakar en Campus régional de référence et en Medical City. Pour l’axe 2 « capital humain, protection sociale et développement durable », qui représente une proportion de 24% des investissements publics programmés, l’accent sera mis essentiellement sur le renforcement de l’offre d’infrastructures et de services sociaux, la protection sociale et l’autonomisation des groupes vulnérables, pour un développement inclusif et durable.


En matière d’éducation et de formation, il s’agira principalement de : - promouvoir la formation professionnelle orientée vers le marché de l’emploi, avec la création d’un réseau d’Instituts Supérieurs d’Enseignement Professionnels (ISEP) et de Centres de Recherches et d’Essai dans les régions ; - améliorer la qualité des enseignements et apprentissages et intégrer l’apprentissage dans la formation professionnelle ; - développer une offre d’enseignement supé- rieur diversifié et de qualité, grâce à la construction de nouvelles universités, au renforcement de l’utilisation des TIC dans les enseignements et au développement de l’Université virtuelle.
 

Les investissements programmés à cet effet dans le présent PTIP sont d’un montant de 281,497 milliards de francs CFA, soit 30,7% des investissements de l’axe 2. S’agissant de la santé et de la nutrition, les efforts réalisés dans le cadre du Plan national de Développement sanitaire (PNDS) seront poursuivis afin d’améliorer l’offre et la qualité des services de santé, les performances en matière de prévention et de lutte contre les maladies, et la gouvernance sanitaire.
 
Les investissements programmés à cet effet sont d’un montant de 200,255 milliards de FCFA, soit 21,4% des investissements de l’axe 2. Pour la protection sociale, le Programme National de Bourses de Sécurité familiale devra toucher 350 000 ménages. Pour l’eau potable et l’assainissement, l’ambition du Chef de l’Etat est de mettre à niveau les ouvrages hydrauliques en milieu rural, d’associer davantage le secteur privé dans la gestion et l’exploitation des infrastructures, et d’arriver à un meilleur équilibre entre le milieu rural et le milieu urbain.
 

Ainsi, en matière d’alimentation en eau potable de l’agglomération dakaroise et de la petite côte, il s’agira dans le court terme de renforcer le dispositif par la création d’une batterie de forages et l’extension du réseau d’alimentation. Dans le moyen terme, l’objectif est la mise en œuvre du projet de construction de la troisième usine de traitement des eaux à Keur Momar Sarr (KMS 3).
 
Des investissements d’un montant de 272,047 milliards de francs CFA, soit 29,06% de l’axe II, sont prévus durant la période triennale. Dans le domaine de l’habitat et du cadre de vie, les projets qui seront mis en œuvre portent sur la construction de logements sociaux sur l’ensemble du territoire national, la lutte contre les inondations, la meilleure planification et la gestion de l’espace des villes et des agglomérations.

 
L’axe 3 « la gouvernance, les institutions, la paix et la sécurité » reçoit 9% des prévisions d’investissements du PTIP 2016-2018, pour la consolidation de la paix et la sécurité, la promotion de l’Etat de droit, des droits humains et de la justice, la promotion de l’équité et de l’égalité de genre, la réforme de l’Etat et le renforcement de l’Administration publique, l’aménagement du territoire, le développement local et la territorialisation des politiques publiques. 



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page