Projet du train Express régional (TER) : Les impactés crachent sur les indemnités de l’Etat


Rédigé par leral.net le Mardi 10 Octobre 2017 à 23:02 | | 0 commentaire(s)|


Les impactés du train express régional (TER) ne veulent pas des sommes avancées par l’Etat du Sénégal, à travers l’Apix, en guise d’indemnisation. Dans l’émission Balance qui sera diffusée ce soir dans Walf Tv, ils disent s’opposer à ce qu’ils considèrent comme une forfaiture de l’Etat qui, selon eux, vise à les réduire en de pauvres mendiants.

Frustrés par les sommes allouées pour leurs indemnisations, les impactés du Train express régional Pikine, Thiaroye, Rufisque élèvent la voix pour réclamer à l’Etat du Sénégal un remboursement juste et équitable. «Nous déplorons le mode d’indemnisation qui a pour objectif de disloquer nos familles et de nous réduire en de pauvres mendiants. Raisons pour laquelle dès que l’Etat a annoncé les barèmes d’indemnisation, nous nous sommes levés comme un seul homme pour nous constituer en collectif dans chaque localité », martèle Ibrahima Cissé, coordinateur national des impactés dans l’émission Balance sur Walf Tv, qui sera diffusée ce soir.

Selon Cissé, l’Apix a violé toutes les règles et normes dans le cadre de l’élaboration de ce projet. Parce que soutient-il, l’agence n’a fait aucune étude approfondie pour mesurer les dégâts collatéraux que ce projet pourrait causer aux populations. Ce qu’il dénonce avec la dernière énergie.

A l’en croire le gouvernement veut prendre 250 000 personnes pour les mettre dans le cercle vicieux de la pauvreté. Contestant d’ailleurs, le nombre de personnes impactées avancées par l’Etat, Cissé affirme que c’est faux de dire que 12 000 maisons qui ont été touchées. «Si vous empêchez un père de famille d'avoir la dépense quotidienne, c’est toute sa famille que vous allez priver de nourriture. Ils veulent donner à certains 8 millions et d’autres 10 millions de FCFA, alors que certaines maisons coûte environ 15 millions de FCFA » peste-t-il.

« Tout le monde sait que les maisons de Thiaroye datent des années 80. Les gens s’y sont installés depuis longtemps avec leurs familles. On se lève un bon jour pour leur demander de quitter ces maisons sans indemnisations. C’est inadmissible », ajoute Macodou Fall vice-coordinateur du collectif des impactés. Pour lui, ce n’est pas normal qu’au moment où l’Etat déguerpit les populations de Thiaroye Gare, qu’il octroie 7 hectares au camp de Thiaroye pour les logements.

« Ce projet est un échec total, Apix est passée à côté de la plaque. Le DG de l’Apix, Mountaga Sy a échoué lamentablement. Il y a aujourd’hui des pères de familles qui ne dorment plus du sommeil juste, à cause de ce projet », fustige-t-il.

D’après Babacar Fall représentant du département de Rufisque et coordonnateur, l’Etat a proposé des prix dérisoires qui s’établissent comme suit : un terrain précaire de 10 sur 15 mètres, 150 m2 donc, pour 1 million 520 mille FCFA. Et pour le titre foncier, 4 millions 50 mille FCFA. Et c’est ce que les populations jugent inacceptable.

« Pikine aussi a les mêmes problèmes que les autres localités. 19 mille 200F CFA le m2. Si vous regardez au niveau de Pikine les 10 mètres sur 15 mètres nous reviennent à 2 millions 800 mille F CFA. C’est à la limite insultant même pour les gens », dénonce Pape Abdoulaye Ly, représentant de Pikine.


Walf