leral.net | S'informer en temps réel

Questions d'actualité au Gouvernement: l’opposition parlementaire dénonce un "simulacre de débat" et boycotte


Rédigé par leral.net le Mercredi 28 Mars 2018 à 18:50 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
L’opposition parlementaire annonce qu’elle va boycotter la plénière prévue ce jeudi, avec le Premier ministre et son gouvernement portant sur les questions d’actualité. Les députés du groupe parlementaire "Liberté et Démocratie" et les non-inscrits qui tiennent une conférence de presse au moment où ces lignes sont écrites, qualifient cette rencontre de "simulacre" où tout a été préparé à l’avance.

« Nous avons décidé de ne pas participer à la rencontre de demain parce que l’Assemblée nationale ne joue pas son rôle de contrôle de l’action gouvernementale et de l’évaluation des politiques publiques. Nous avons aussi décidé de ne pas participer à ce simulacre de débat démocratique. Vous ne verrez dans un aucun pays au monde, cette forme de dictée préparée où on nous demande d’envoyer au préalable au Premier ministre, nos questions vingt-quatre heures avant », a déclaré Me Madické Niang, entouré entre autres de Mamadou Diop Decroix,(Aj), El Hadji Issa Sall (Pur), Aïda Mbodj, Déthé Fall (Rewmi).

Ce qui irrite les parlementaires de l’opposition, c’est le partage du temps de parole. Selon Me Madické Niang, toute l’opposition réunie ne dispose que 12 minutes sur les 122 minutes que vont durer la séance.

«Notre groupe parlementaire dispose 9 minutes et les non-inscrits 3 minutes. Eux (Ndlr, les députés de la majorité), ils auront 112 minutes pour faire leur propagande", a ajouté le responsable du Pds. Et de renchérir : "Aucune séance n’a été organisée depuis notre installation. Comment pouvons-nous contrôler l'action du gouvernement si le gouvernement ne se présente pas devant l'Assemblée nationale ? De septembre à nos jours le Premier ministre aurait dû venir 7 fois à l'Assemblée nationale. Mais, il attend le mois de mars pour revenir, dans des conditions qui ne permettent pas à l'opposition de s'exprimer. Nous ne pouvons pas être des faire-valoir".