leral.net | S'informer en temps réel

RAPPORT OFNAC - L’ex-Dg de l’Aser, Antou Guèye Samba rattrapé par les 60 milliards du marché de Myna Distribution

Antou Guèye Samba doit se faire du souci. Il est encore rattrapé par sa gestion nébuleuse de l’Agence sénégalaise d’électrification rurale (ASER). Notamment à propos du marché de 60 milliards octroyé à l’entreprise Myna Distribution Technologies pour des projets d’électrification rurale. Antou Guèye Samba a été épinglé dans le rapport 2018 de l’OFNAC, pour de graves fautes de gestion.


Rédigé par leral.net le Mercredi 4 Mars 2020 à 11:11 | | 0 commentaire(s)|

RAPPORT OFNAC - L’ex-Dg de l’Aser,  Antou Guèye Samba rattrapé par les 60 milliards du marché de Myna Distribution
Débarqué en juin 2016 de son moelleux fauteuil de Dg de l’ASER, Antou Guèye Samba est rattrapé par sa gestion opaque. Commissaire membre de la Commission de régulation du secteur de l’électricité, il devra s’expliquer sur les fautes de gestion constatées par l’OFNAC au titre du marché de 60 milliards de francs attribué au sulfureux Pape Aly Guèye.

Les services de la présidente Seynabou Ndiaye Diakhaté rappellent dans leur rapport que « le 24 février 2017, le Président du Mouvement citoyen « JUBANTI SENEGAL » Monsieur Mamadou Mouth BANE a saisi l’OFNAC pour dénoncer des faits supposés de corruption sur un marché pub lic, de non-exécution de travaux prévus, de gaspillage de derniers publics contre l’ancien Directeur général de l’Agence Sénégalaise d’Electrification rurale (ASER) et l’Entreprise Myna Distribution.

Selon les termes de la plainte, l’Agence Sénégalaise d’Electrification rurale (ASER) aurait octroyé un marché dans le cadre d’une procédure d’offre spontanée à l’Entreprise Myna Distribution en violation des procédures prévues à cet effet
».

Poursuivant, l’OFNAC rappelle que « le dénonciateur soutient également que l’ASER a signé avec Myna Distribution un avenant de 60 milliards de FCFA devant générer douze (12) milliards FCFA d’intérêts à la Bank Of Africa (BOA), soit un taux d’intérêt exorbitant de 12% sur une période de cinq (5) ans, alors que des institutions financières concurrentes auraient fait des propositions plus intéressantes, avec des taux d’intérêt compris entre 2 et 2,5 %. De surcroît, à la date du 31 décembre 2016, les travaux prévus pour une durée de seize (16) mois concernant des centaines de villages, n’auraient pas été réalisés. Enfin, il conclut que l’ASER aurait fait une avance de vingt-quatre (24) milliards de FCFA au profit de Myna Distribution, sans justificatifs ».

Partant de cette plainte, l’OFNAC a mené des investigations qui ont permis effectivement d’imputer des « fautes de gestion » (seulement !) graves de Antou Guèye Samba. « Il ressort des investigations effectuées que le Directeur Général de l’ASER a violé les dispositions de la clause 15.1 du Cahier des Clauses administratives et générales (CCAG), relatives à la méthode et aux
conditions de règlement du titulaire du marché, en ordonnant le paiement d’une troisième avance de trois milliards deux cent vingt huit millions cinq quarante quatre mille cinq soixante huit 3 228 544 568 FCFA en date du 15 décembre 2016, dépassant le plafond des 40 % d’avance autorisés sur le montant initial du marché. S’agissant de l’Agent comptable de l’Agence Sénégalaise de l’Electrification rurale (ASER), il a accepté de payer l’avance tout en sachant que les conditions ne sont pas régulières.

En procédant de la sorte, l’agent comptable de l’Agence a violé les dispositions des articles 34 et 38 du Décret n° 2011-1880 du 24 novembre 2011 portant Règlement général sur la Comptabilité publique. En ce qui concerne le Ministre duBudget, il a ordonné par lettre N°0013598 MEFP/MDB/CAB/SP en date du 31 décembre 2015, le paiement simultané d’une avance de démarrage de douze (12) milliards et d’une autre avance sur approvisionnement de douze (12) milliards, au mépris des dispositions contractuelles, notamment la clause 15.1.

A ce stade de l’enquête, des fautes de gestion sont relevées
» conclut l’OFNAC. Des fautes de gestion seulement ? Ils sont bien polis, les enquêteurs de l’OFNAC !




Le Témoin



Cliquez-ici pour regarder plus de videos