leral.net | S'informer en temps réel

Ramadan 2021: La nostalgie des grandes surfaces des consommateurs

L’impact de la fermeture de certaines boutiques des différentes stations Total, mais surtout le grand centre commercial Auchan, fait ses effets chez les clients. Le désordre dans les marchés et le manque d’hygiène, sont décriés par nos braves dames.


Rédigé par leral.net le Mardi 13 Avril 2021 à 18:34 | | 0 commentaire(s)|

Ramadan 2021: La nostalgie des grandes surfaces des consommateurs
Les étroits couloirs du marché central de la commune de Keur Massar, anarchiquement occupés, ne facilitent pas la tâche aux clients qui sont venus se ravitailler en denrées. Les sachets plastiques, sous l’effet du vent, survolent les lieux, créant le désordre au niveau du marché. Une vendeuse de citrons est assise sur un banc. Le foulard lui couvre une bonne partie des épaules et la tête. Elle est abordée par une cliente qui trouve son produit très cher. Cinq citrons à cinq cents CFfa soit 100 FCfa l’unité.

La cliente, Awa Diagne, venue faire ses emplettes, trouve les produits en hausse. De larges lunettes teintées lui barrent le visage, laissant apparaitre un nez pointu. « J’ai garé mon véhicule juste au niveau de la station. Je suis vraiment impactée par la fermeture du centre commercial. Il m’était plus facile de me ravitailler sans me fatiguer. Là, je suis obligée de parcourir les dédales du marché », renseigne notre interlocutrice.

A l’intérieur du marché, les vendeurs de poulets se frottent les mains, car très sollicités. Le jeune Ibou Sy a la tenue tachée de sang. Les poulets sont cédés à 2500 francs Cfa l’unité. Les mouches survolent l’emplacement. « Depuis qu’Auchan ne fonctionne plus, franchement notre commerce se porte mieux. Surtout dans cette semaine qui coïncide avec le début du ramadan s’approche », dit Ibou Sy, qui ne boude pas son plaisir de voir le magasin Auchan d’à côté sans activités.

Si notre interlocuteur apprécie la situation, ce n’est pas le cas pour une cliente qui déplore le manque d’hygiène. « Auchan nous proposait des prix de qualité dans un cadre hygiénique. Ce, en plus de la qualité du service », explique Mame Astou, qui ne tient plus avec le poids de son panier qui lui font regretter les chariots du magasin, Auchan. Au marché jumbo de Keur Massar, le constat reste le même. Mais à la différence du grand marché, les couloirs sont plus grands et plus propres. Les clients décrient la cherté du poisson.

Debout devant sa table, le tablier bien attaché, Fatou Badji surveille son produit bien rangé en fonction des prix et des tailles. « Le poisson est devenu rare. C’est ce qui explique sa cherté. D’habitude, j’ai des clients qui font la commande pour le mois. Mais avec les évènements qui avaient secoué le pays, notre chiffre d’affaires avait drastiquement diminué. Mais depuis lors, les clients reviennent », explique Fatou Badji.

Ce sentiment de réjouissance n’est pas partagé chez les clients qui jugent le poisson inaccessible. « Au moins chez Auchan, les prix étaient fixes. Mais ici, c’est tout à fait le contraire. Il y a une inflation des prix », se désole la demoiselle Sophie.

L’union Nationale des consommateurs du Sénégal sonne l’alerte

Cette situation inquiète l’union des consommateurs. Elle renseigne et alerte l’opinion. « La fermeture des surfaces Auchan et Total peuvent engendrer une fluctuation des prix au détail. Déjà, le pouvoir d’achat du consommateur Sénégalais est fortement impacté par la pandémie du coronavirus », fait savoir Ibrahima Dramé, le Président de l’union Nationale des consommateurs du Sénégal, qui redoute que les prix prennent l’ascenseur les jours à venir.







Le Témoin



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page