leral.net | S'informer en temps réel

Rebeuss, une prison qui n’est plus adaptée


Rédigé par leral.net le Vendredi 10 Décembre 2021 à 11:27 | | 0 commentaire(s)|

Va-t-on assister à la disparition de la célèbre prison de Rebeuss ? Si le ministre de la Justice ne s’est pas prononcé ouvertement sur une telle éventualité, il a carrément montré que Rebeuss ne doit plus exister. "Nous avons parfois certaines prisons comme Rebeuss qui ne sont plus adaptées. C'est de centres de dernière génération que nous avons besoin. Nous voulons que ce qui se passe à Rebeuss, s'arrête", a dit le Garde des Sceaux à Mbao, où il inaugurait le Centre pénitentiaire de formation industrielle (CPFI) situé dans à la Zone industrielle.

Certainement, en parlant de Rebeuss, le ministre pensait aussi à la « mutinerie » qui s’est déroulée la semaine dernière au niveau de la Maison d’arrêt et de correction de Liberté 6. "Des prisons dans certaines régions qui sont en zinc avec des températures de 40°. Je vous demande de vous mettre à la place de ces prisonniers. Les nerfs sont à fleur de peau. Il y a une certaine surpopulation", s’offusque Me Malick Sall.

Il poursuit qu' "avec ce que nous venons d'inaugurer, avec le bracelet électronique, avec d'autres systèmes d'aménagement, nous aurons bientôt des prisons où il fera mieux vivre. Nous allons construire 9 centres pénitentiaires à travers tout le pays", promet le Garde des sceaux. Le Centre pénitentiaire de formation industrielle de Mbao va permettre aux détenus d'avoir une insertion sociale.

Réinsertion des détenus : les annonces de Me Malick Sall

Un plan de réinsertion des détenus dans la société a été décliné hier à Mbao, par le ministre de la Justice. Ce qui semble être une priorité a été élaborée par l’administration pénitentiaire avec le soutien de l’Etat et de ses partenaires. "Il faut noter que les démarches sont entreprises avec des institutions financières pour l'accompagnement de micro projets au profit des détenus après leur élargissement. Les aspects juridiques seront étudiés par l'administration pénitentiaire en rapport avec le juge de l'application des peines, afin d'autoriser l'ouverture d'un compte bancaire pour domicilier une partie des revenus auprès de ces institutions", a indiqué le Garde des Sceaux.

S'adressant aux détenus employés dans le centre, le ministre assure qu'ils vont garder leurs emplois. "Ces initiatives cadrent avec l'esprit de la Constitution qui garantit le droit du travail à tous les citoyens, parce que le centre emploie des détenus qui purgent une peine. Je tiens à vous rassurer que les dispositions adéquates sont déjà prises pour un suivi post-carcéral pour tous les détenus employés dans ce centre. Ils continueront à garder leur travail à l'expiration de leur peine, grâce à l'installation sur l'ensemble du territoire national, de boutiques témoins qui leur seront confiées", a expliqué Me Malick Sall.






Le Témoin

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page