leral.net | S'informer en temps réel

Réponse à Antoine Félix Diome sur la campagne du PASTEF: Le communiqué conjoint de RND-MRDS-YOONU ASKAN WI

Comme publié sur Leral.net, le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Abdoulaye Diome, réagissant à la campagne du Pastef pour un financement, avait adressé une mise en garde aux partis politiques et particulièrement le parti de Sonko, brandissant même une menace de radiation. Répondant à cette position, le communiqué conjoint de RND-MRDS-YOONU ASKAN WI vient de tomber. En voici l’intégralité…


Rédigé par leral.net le Dimanche 3 Janvier 2021 à 20:44 | | 0 commentaire(s)|

Réponse à Antoine Félix Diome sur la campagne du PASTEF: Le communiqué conjoint de RND-MRDS-YOONU ASKAN WI
Par ses meilleurs vœux de recul démocratique, le ministre Antoine Diome inaugure bien mal et son magistère et la nouvelle année !

Pour toucher au plus près les difficultés et préoccupations des masses populaires sénégalaises à la base, dans les villes comme dans les campagnes, à l’intérieur du pays comme dans la diaspora, le parti PASTEF dirigé par le député Ousmane Sonko, vient de procéder au lancement officiel d’une « campagne internationale de levée de fonds », baptisée « Nemmeeku Tour ».

Pour toute réaction, le Ministre de l’Intérieur M. Antoine Félix Diome, dans un communiqué daté du 02 janvier 2021, n’a pas trouvé mieux que de brandir une menace de dissolution à l’encontre du parti PASTEF ! Motif : collecter « des subsides de l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal » ! Brandissant les dispositions des Articles 3 et 4 de la loi 81-17 du 6 mai 1981 relative aux partis politiques, modifiée, le ministre de l’intérieur du Président Sall inaugure bien mal et son magistère l’année 2021 qui commence : depuis combien d’années, en effet, les Sénégalais n’avaient plus entendu les autorités agiter le spectre de la dissolution de partis politiques, tirant ainsi de plusieurs dizaines d’années en arrière la construction de la démocratie dans notre pays ?

Au lieu de jouer au Don Quichotte, Monsieur Diome aurait mieux fait de chercher à identifier les prédateurs qui pillent nos richesses nationales, y compris nos diverses ressources naturelles. Depuis quand les partis politiques du Sénégal n’ont plus le droit de solliciter leurs compatriotes pour des levées de fonds ? Depuis quand les Sénégalais de l’extérieur seraient des étrangers au Sénégal ? Depuis quand la diaspora a cessé d’être considérée comme la 6e région du continent africain ?

A dire vrai, la panique a commencé à s’installer dans le camp du pouvoir, au point de lui faire perdre la lucidité : il appartient alors au peuple sénégalais, dans ses différents compartiments, de mieux s’organiser et de se mobiliser plus fortement encore, sur tous les terrains du combat démocratique, pour débarrasser notre pays du virus des autocrates prédateurs qui le font sombrer chaque jour davantage dans les affres de la maladie, de l'alphabétisme, de la corruption, de la pauvreté, du chômage, de l’émigration meurtrière, de la perte des valeurs et de la dislocation des familles.

Halte aux menaces contre PASTEF ! Non au piétinement des droits et libertés démocratiques acquis de haute lutte par le peuple sénégalais !

Ont signé :

MRDS
RND YOONU ASKAN WI



Mohamet Sall
Dialo Diop Madièye Mbodj

Secrétaire général Secrétaire général honoraire Délégué général



Cliquez-ici pour regarder plus de videos