leral.net | S'informer en temps réel

S’unir ou périr : contre Macky Sall, l’opposition face au choc des égos ?

Dans le collimateur du président de la République qui caresse le rêve de la réduire à sa plus simple expression, l’opposition, pour ne pas être condamnée à jouer les seconds rôles durablement, se doit de dépasser les alliances sans consistance et le choc des ambitions. Décryptage du journal « Tribune ».


Rédigé par leral.net le Vendredi 18 Décembre 2020 à 08:40 | | 0 commentaire(s)|

S’unir ou périr : contre Macky Sall, l’opposition face au choc des égos ?
La réélection de Macky Sall rime avec une réorganisation de l’espace politique dont le dernier acte a pour toile de fond la nomination d’Idrissa Seck à la présidence du Conseil économique, social et environnemental - en lieu et place d’Aminata Touré.

Cette main tendue du président de la République au rewmiste en chef, et à d’autres membres de ce qu’il est convenu d’appeler la grande "famille libérale", participe d’un objectif assumé : réduire l’opposition à sa plus simple expression. Cela se traduit d’ailleurs dans les dires de Macky Sall himself.

Évaluant les forces en présence, il dit sans ciller, être en mesure de réunir pas moins de 85% de l’électorat, avec l’appui d’Idrissa Seck et d’autres candidats malheureux à la dernière élection présidentielle. Au-delà de l’effet d’annonce, les observateurs s’accordent sur la force de frappe, pour ne pas dire la capacité de nuisance, de la nouvelle majorité présidentielle. Les membres de l’opposition, pour y faire face, sont confrontés à un double dilemme.

Les leaders charismatiques sont partagés entre l’impérieuse nécessité d’exister individuellement et la logique objective des grands ensembles qui voudrait qu’ils soient en mesure de diluer les égos dans une convergence de vue supra partisane, pour ne pas dire nationale, au nom des intérêts supérieurs du Sénégal. En l’état actuel des choses, le pouvoir serait ravi de voir l’opposition cheminer en rangs dispersés.

Il n’est pas dit, d’ailleurs, que les différents responsables concernés arrivent à taire la voix des ambitions personnelles. Ousmane Sonko, Bougane Guèye Dany, Khalifa Sall, Abdoul Mbaye, Mamadou Lamine Diallo, Thierno Alassane Sall, Hamidou Dème, Barthélemy Dias, Pape Diop, pour ne citer que ceux-là, nourrissent la volonté affichée de succéder à Macky Sall en 2024.

Le Front de l’opposition en gestation, pour être pérenne et productif, devra donc mettre en avant le souci patriote de l’intérêt général et au-dessus des manœuvres de coterie. Il devra aussi, au-delà des alliances de circonstance, trouver les voies et moyens de peser sur l’échiquier politique en marquant des points lors des élections municipales et législatives à venir. Au demeurant, des défections et autres actes de transhumance ne sont pas à exclure, étant donné que Macky Sall est toujours dans les dispositions de pêcher des militants et responsables de premier rang.

Tribune



Cliquez-ici pour regarder plus de videos