Leral.net - S'informer en temps réel

Sathie bi yeggë na niveau yi dé. Trop fort, ce gars-là !

Rédigé par leral.net le Lundi 5 Février 2018 à 15:35 | | 0 commentaire(s)|

Ce type a volé presque 40 bouteille de cognac et il a pu mettre tout ce vin entre deux manteaux comme comme personne ! Terrible, la technique de ce voleur à l'étalage !


Ce syndrome, d'origine génétique ou venant d'une mutation spontanée, se manifeste par des personnes de taille plus élevée que la moyenne, avec des membres ou des doigts spécialement longs.

Ces anomalies sont dues à un souci au niveau de la
 fibrilline, une protéine essentielle des fibres élastiques trouvées, entre autres, dans les vaisseaux sanguins. Et du coup, les personnes atteintes sont particulièrement menacées au niveau de leur aorte, où un anévrisme synonyme de mort certaine peut se développer à tout moment.

 


Le souci, c'est qu'en l'occurrence, Golesworthy n'a appris que très tard grâce aux progrès de la médecine, les implications au niveau de son aorte, qui s'était déjà bien élargie. On lui a alors indiqué l'opération classique proposée dans ce genre de cas : on retire le coeur, puis on remplace l'aorte par un tube, et les valves par des valves mécaniques. Le souci, c'est que ces valves peuvent favoriser l'arrivée de caillots sanguins. On donne donc un traitement à base d'anticoagulant, qui lui-même est assez risqué et risque de provoquer des saignements.



L'ingénieur n'était donc pas très chaud pour cette opération, et a fait une contre-offre : il a fait scanner son aorte, et plutôt que de penser comme un docteur, il a pensé comme un ingénieur. Plutôt que de changer le tuyau fautif, il a observé les images, et a conçu un système où une sorte de tuyau en tissu flexible et poreux maintient son aorte en place. Après avoir contacté les bonnes personnes, son système a été testé : le PEARS est désormais en place, et réduit effectivement le grossissement de l'aorte.

 


Titre de votre page Titre de votre page