leral.net | S'informer en temps réel

Sénégal: les importations se sont allégées de 3,9% en 2016

En 2016, les importations du Sénégal sont évaluées à 2983,2 milliards Fcfa alors qu'elles étaient de 3103,7 milliards Fcfa en 2015. Une baisse significative de 120,6 milliards de Fcfa, soit près de 3,9%, que la direction de la prévision et des études économiques(DPEE) explique par « l'évolution des achats à l'étranger de produits pétroliers (moins 128,9 milliards), de machines, appareils et moteurs (moins 21,3 milliards) ».


Rédigé par leral.net le Samedi 4 Mars 2017 à 16:21 | | 0 commentaire(s)|

Les achats à l'étranger de produits alimentaires ont connu une contraction. Cette diminution est imputable, selon la même source, principalement aux importations de riz soit une baisse de 24,1 milliards. D'autres achats concernant d'autres produits aussi bien les huiles, (graisses animales et végétales) que les fruits et légumes comestibles ont fait chuter les importations respectivement de 4,8 milliards et 2,4 milliards.

« Cette diminution reflète, notamment, le repli de la valeur des importations de produits alimentaires, de machines, appareils et moteurs, de véhicules, matériels de transport et pièces détachées automobiles et de produits pharmaceutiques ».

Biens importés et exportés

Néanmoins, cette baisse n'est pas générale puisque « les importations de produits pétroliers ont enregistré une progression de 12 milliards Fcfa en liaison avec l'accroissement de la valeur des importations d'huiles brutes de pétrole (plus 6,4 milliards) conjugué à celui des importations de produits pétroliers raffinés (plus 5,6 milliards) ».

600 milliards Fcfa de baisse de déficit depuis 2014

Cette tendance baissière a été déclenchée, depuis 2014 avec la création de l'Asepex, agence sénégalais de promotion des exportations, elle veille, comme son nom l'indique, à la promotion des exportations.

« Nous avons un déficit assez conséquent de la balance et aujourd'hui nous avons constaté une baisse de 600 milliards de ce déficit. Nous allons donc mettre en place une exécution d'emprunt stratégique lié à l'augmentation de la qualité de l'offre exportable, parce que nous avons un marché très concurrentiel à l'extérieur. Il nous faut donc améliorer la qualité de nos produits pour qu'ils soient conformes aux normes internationales », avait indiqué le directeur général de l'agence, Malick Diop en 2014, avant de préciser toutefois que « le Sénégal est excédentaire au niveau sous régional car occupant 40% de son marché, et il faut peaufiner des stratégies pour aller au-delà de la sous-région ».

Il consiste, pour atteindre cette objectif, à miser sur le développement des petites et moyennes entreprises. D'ailleurs pour promouvoir le « Made In Sénégal » : l'Asepex et l'Union nationale des chambres de commerce d'industrie et d'agriculture du Sénégal (UNNCIAS) ont scellé samedi dernier un accord de partenariat en marge du Salon internationale de l'agriculture (SIA) pour une synergie dans l'organisation de manifestations commerciales au Sénégal et à l'étranger.




Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page