leral.net | S'informer en temps réel

Soupçons de blanchiment et financement du terrorisme: La Centif accable les Etablissements Abdel Kader

"Libération" révèle que Abdel Kader Khaled, patron des magasins Ets Abdel Kader Khaled dans la vente de pièces détachées, a été mis en examen pour blanchiment et financement du terrorisme. Ce, à la suite d’un rapport de Cellule nationale de traitement des informations financières.


Rédigé par leral.net le Samedi 23 Juin 2018 à 09:45 | | 0 commentaire(s)|

Soupçons de blanchiment et financement du terrorisme: La Centif accable les Etablissements Abdel Kader

Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Sur son site internet, Ets Abdel Kader Khaled Ets est un magasin spécialisé dans les pièces détachées auto moto poids lourds, batteries coupelles, liquide huile, joints de culasse, turbos, ballons, bougies, entre autres.

Mais pour la cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) et la justice sénégalaise, cette société et son propriétaire sont au cœur d’une entreprise de blanchiment et de financement présumé du terrorisme.
Selon "Libération", Abdel Kader Khaled a été mis en examen il y a de cela quelques jours par le doyen des juges qui lui a accordé la liberté provisoire.

Le parquet qui avait requis sa détention provisoire, a fait appel à l’ordonnance du magistrat-instructeur. Dans son rapport transmis au parquet, la Centif signale que le mis en cause présumé a ouvert le 25 novembre 2011 au nom de son entreprise, le compte courant numéro 006209486212 dans les livrets de la Sgbs.

Depuis l’ouverture dudit compte, plusieurs opérations principales des versements en espèces très fréquents impliquant de gros montants y sont effectuées. Ces versements sont effectués par le mis en cause présumé lui-même ou par un certain Mouhamad Lamarana. Selon la Centif, l’analyse du compte a révélé qu’en l’espace d’un mois de versements et des remises de chèques d’un total de 198,8 millions de fcfa ont été effectués dans le compte avant qu’il ne soit clôturé le 26 février 2015.

Face au juge, Khaled a nié la totalité des faits qui lui sont reprochés. Mieux, il assure n’avoir jamais été en contact avec le milieu du terrorisme présumé et que toutes ses opérations financières sont légales. Il aura l’occasion de s’expliquer d’avantage lors de son audition dans le fond.





Libération