leral.net | S'informer en temps réel

Souvenir: Senghor, un catholique adoubé par des Khalifes musulmans

Le président de la République du Sénégal après les indépendances, avait une relation particulière avec les chefs religieux musulmans de son époque. Dans une vidéo datant de 1965, le président Leopold Sédar Senghor faisant un témoignage sur le premier Khalife de Tivaouane, Serigne Babacar Sy, se réjouissant de sa présence au Gamou de Tivaouane, qu’il assimilait à un pèlerinage.


Rédigé par leral.net le Lundi 20 Décembre 2021 à 13:47 | | 1 commentaire(s)|

Souvenir: Senghor, un catholique adoubé par des Khalifes musulmans
«Je suis revenu dans une ville que j’ai visitée à mes débuts en politique tout comme ce fut le cas de Touba. Serigne Babacar Sy a prié pour moi et m’a réaffirmé son soutien constant dans mon combat en 1945, alors que nous étions encore sous la domination coloniale», avait déclaré le président-poète.

Leopold Sédar Senghor dit aussi dans la vidéo, que Serigne Babacar Sy lui a donné des conseils qui lui ont été utiles dans sa carrière politique. L’ancien président soutient devant la famille d’El Hadji Malick Sy, qu’à sa maladie, Serigne Babacar Sy lui a demandé de veiller sur ses enfants, plus particulièrement sur Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Maktoum, c’est pourquoi il ne trahira pas le pacte signé avec le guide religieux en 1945.

Entre Senghor et Serigne Fallou Mbacké, c’est aussi une complicité en atteste le discours prononcé lors de l’inauguration de la Grande mosquée de Touba le 7 juin 1963. Outre sa contribution à la construction de l’édifice, Leopold Sédar Senghor s’est adressé à son «père».

Pour lui, Serigne Fallou Mbacké l’avait adopté comme son fils. Senghor rappelle aussi le respect qu’il vouait au guide. Senghor et Serigne Fallou Mbacké ne se sont jamais séparés jusqu’à la disparition de ce dernier le 6 août 1968. Le soutien de Serigne Fallou Mbacké a été déterminent dans la carrière politique de Senghor, avec la victoire (67,8%) de Senghor devant Lamine Guèye aux Législatives de juin 1951.

Le président-poète avait aussi des d’excellentes relations avec Thierno Seydou Nourou Tall, khalife de la famille omarienne, qui lui servait presque de «parapluie».

Toutefois, les relations entre Senghor et Baye Niass, guide des niassénes ont contenu des moments tumultueux. Des raisons sont données comme le soutien du guide des Niassénes à Lamine Guèye. Léopold Sédar Senghor était catholique et président d’une République nouvellement indépendante du Sénégal et composée majoritairement de musulmans.





Sud Quotidien


Titre de votre page Titre de votre page