Leral.net - S'informer en temps réel

Traqué par le Mfdc et poursuivi par l’Armée sénégalaise : Un soldat entre deux feux - Le sergent Mané : «Les rebelles voulaient que je rejoigne le maquis»

Rédigé par leral.net le Vendredi 4 Octobre 2013 à 20:00 | | 19 commentaire(s)|

Il s’agit d’une histoire qui ramène l’homme à la fragilité de son destin. Il a fait 17 ans dans l’Armée sénégalaise avant de fuir son pays comme un prisonnier de guerre qui traverse les frontières pour trouver un refuge dans un territoire plus clément. Boubacar Mané (promotion 1996 /1), ex-sergent, est allé sécuriser sa vie quelque part en Europe (on a préféré taire le nom du pays pour une raison de sécurité) pour échapper à la furie de quelques éléments rebelles. Natif de Faoune, village situé dans la région de Sédhiou, il a intégré la Grande muette pour avoir son pain et servir aussi son pays. Mais, cet engagement sera contrarié par des pressions venues de l’extérieur. A l’en croire, plusieurs éléments rebelles lui ont demandé de quitter l’Armée pour rejoindre la rébellion ou exécuter d’autres sales besognes pour garder sa vie sauve. C’est une histoire personnelle qu’il assimile à un drame. Il la conte avec une voix nouée par le tremolo et chargée d’incompréhensions. Il a sorti sa famille du périmètre de la menace pour l’envoyer à Thiès. Marié et père de trois enfants, il a opté pour «l’exil» pour rester en vie et décliner l’invite d’une bande d’égarés qui veulent continuer à propager le mal dans une région meurtrie par plusieurs décennies d’irrédentisme. A 39 ans, il vit dans le…noir.


Traqué par le Mfdc et poursuivi par l’Armée sénégalaise : Un soldat entre deux feux - Le sergent Mané : «Les rebelles voulaient que je rejoigne le maquis»
«Je m’appelle Boubacar Mané. J’étais sous-officier (sergent) dans l’Armée sénégalaise. J’ai été incorporé dans l’Armée en 1996. Depuis 2010, je vis un véritable drame qui m’a contraint à fuir mon pays et l’Armée sénégalaise. A l’époque, j’étais en mission en Côte d’Ivoire dans le contingent des forces électorales. Ma tante m’a appelé en me disant qu’un de mes camarades de promo était passé chez moi. Il a dit qu’il est de passage à Faoune (département de Bounkiling, région de Sédhiou). Il a prétexté qu’il était venu me rendre visite parce qu’il est resté un long moment sans me voir. Je lui ai demandé son nom. Elle m’a répondu qu’il s’appelle sergent Bodian. Il a dit à ma tante qu’il sert dans le détachement de Bounghary et qu’on a été ensemble au Congo et au Darfour lors d’une mission des Nations unies. En vérité, il n’est même pas militaire. Alors que les gens l’appelaient sergent. Il est resté chez moi pendant une semaine.
J’ai immédiatement appelé un camarade de promotion qui sert à Wandifa. J’ai saisi Moustapha Diédhiou pour qu’il vérifie l’identité de ce visiteur. Il m’a dit qu’il ne le connaissait pas et qu’il allait se renseigner pour savoir les tenants et les aboutissants de cette affaire. Je lui ai demandé d’appeler à Bounghary où sert un autre frère d’armes qui s’appelle Mbagnick Diouf. Il lui a répondu qu’il ne le connaissait pas et qu’il est inconnu du détachement de Bounghary. Je lui ai suggéré d’appeler directement à Kolda où se trouve le commandement de cette zone militaire. Ce qui nous permettrait d’avoir toutes les informations sur Bodian. On nous a servi la même réponse : il ne fait pas partie du bataillon. Il a expliqué toute l’histoire au commandant Alex Vasse (chef du camp de Wandifa) qui a activé la brigade de gendarmerie de Bounkiling pour tirer cette affaire au clair. C’était un vendredi. J’ai appelé ma famille pour l’informer que les militaires et les gendarmes allaient faire une descente à la maison. Ils sont partis chez moi pour le cueillir. Il a subi un interrogatoire avant d’avouer qu’il n’est pas militaire. Il a été transporté à la brigade de gendarmerie de Wandifa avant d’être libéré. Après cet incident, je suis rentré de la Côte d’Ivoire vers décembre 2010. J’ai rejoint le 26ème Bra (Bataillon de renforcement et d’appui) de Kolda où je servais.
Après mon retour, j’ai évacué toute ma famille à Thiès pour des raisons de sécurité. Je croyais que l’affaire était close. Ma tante m’a appelé une nouvelle fois en me disant que 7 autres individus sont à la maison et veulent me rencontrer. Elle leur a demandé de décliner leur identité. Ils lui ont répondu juste qu’ils étaient mes amis militaires. Ils lui ont posé des questions sur mes jours de repos et la fréquence de mes visites à Faoune. Elle leur a juste dit que je n’avertis pas quand je reviens au village. C’était en 2012. Ils m’ont appelé pour me demander clairement de quitter l’Armée. Je suis issu d’une zone où il y a une rébellion. En vérité, il s’agit de rebelles qui voulaient que je rejoigne le maquis ou que je devienne leur taupe.
Ils m’ont clairement demandé de quitter l’Armée parce que ma place était dans la rébellion. Sinon ils allaient me chercher pour me tuer. C’était compliqué pour moi, car ils étaient avec ma famille. Je leur ai dit que je suis dans l’Armée pour nourrir ma famille. Le gars insiste et me dit qu’il n’allait plus me répéter ça. Ils m’ont clairement dit : soit j’intègre la rébellion ou je suis un homme mort. Incrédule, je lui ai demandé de décliner son identité. «Ce n’est pas ton problème», m’a-t-il répondu sur un ton ferme. Il m’a raccroché au nez. En tant Casamançais, ils ne voulaient pas que je sois dans l’Armée. Je n’ai jamais pensé dans ma vie à le faire. J’ai été contraint de déserter l’Armée car ces hommes ne badinent pas. Et je sais de quoi ils sont capables. J’ai trop peur. Mais, je ne peux pas accepter ce qu’ils me demandaient de faire. D’ailleurs, si je n’avais pas quitté un jour ils allaient me capturer. Parce qu’ils me traquaient pour que je rejoigne le maquis.
Je suis issu du secteur et très connu dans toute la zone parce que j’étais un excellent joueur de navetane. Ce qui fait que je ne peux pas savoir leur identité. Je ne peux plus revenir chez moi parce que ma vie est en danger. Je suis exposé dans cette zone. Je suis issu de Faoune à 2 km de Médina Wandifa où je sers. Quand je pars en mission, les gens m’épient. Par conséquent, je ne peux plus rester dans cette situation.

«J’ai peur...»
Après, je n’osais plus venir chez moi à cause de l’insécurité. J’ai saisi ma sœur qui est à l’étranger pour lui exposer la situation en disant que ma vie est en danger. Je lui ai demandé de me faire une invitation pour que je quitte le pays le plus rapidement possible. J’ai compris que je ne pouvais plus continuer à servir l’Armée. J’ai déposé une permission pour aller à l’étranger.
Aujourd’hui, l’Armée sait que j’ai quitté le Sénégal parce qu’il me fallait une permission avant de voyager. Depuis que je suis ici, je n’ai pas remis les pieds au Sénégal. Je n’envisage pas de revenir au Sénégal tant que la situation perdure.
J’ai l’impression que l’Armée a pris mon histoire à la légère. On aurait dû peut-être m’affecter ailleurs ou traiter ce problème convenablement. Je ne fais plus partie du contrôle de l’Armée. Les responsables de l’Armée ont sans doute déposé une plainte contre moi pour désertion en temps de paix. Cela ne me préoccupe pas parce que je pense plus à ma sécurité.
Depuis janvier 2013, je vis dans ce pays. J’ai pris un risque en désertant l’Armée mais ma sécurité et celle de ma famille priment sur tout. Je vis présentement auprès de ma sœur et je resterai à l’étranger le temps qu’il faut. Je fais le travail au noir. Le salaire me nourrit mais ne me permet pas de satisfaire tous mes besoins. Alors que j’avais une belle carrière dans l’Armée.

«J’ai fui ...»

Aujourd’hui, une partie de ma famille est toujours au village. Mais ma femme et mes enfants sont à Thiès par mesure de prudence. Je pense à mes enfants et ma femme que je n’arrive pas à voir. En 2012, quand le problème s’est accentué, tous les membres de ma famille étaient à Thiès. A cette époque, je ne voulais même pas qu’on m’appelle au téléphone. Ils continuent de venir chez moi pour essayer de me localiser. J’ai dit à ma famille de taire ma destination. J’ai peur qu’on prenne en otage ma famille. Ils veulent mettre la main sur moi.»

Le Quotidien



1.Posté par korsiga le 04/10/2013 19:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ya trois belles ocassions de mourir
1- en devant sa patrie
2- en defendant sa famille
3-en défendant ses biens
et mr mané , si son istoire vrai , a perdu l'occasion de mourir d'une belle mort en s'exilant,en s'en fuyant comme une gordjigén

2.Posté par korsiga le 04/10/2013 19:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

a trois belles ocassions de mourir
1- en devant sa patrie
2- en defendant sa famille
3-en défendant ses biens
et mr mané , si son istoire vrai , en s'exilant,en s'en fuyant comme une gordjigén
a perdu l'occasion de mourir d'une belle mort

3.Posté par Diva le 04/10/2013 21:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Facile de dénigrer hein korsiga. A sa place j aurais fait EXACTEMENT la même chose! Déjà il a bien précisé q l armée a pris son cas à la légère; alors...

4.Posté par eim le 06/10/2013 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il a fait parfaitement raison.et la seule chose qui peut arrêter une rébellion c'est l'extermination de ses membres en commençant par leurs chefs.on a un exple en Angola avec l'élimination de sawimbi.

5.Posté par Sagna le 07/10/2013 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est trop facile de dénigrer ce sergent qui a simplement voulu avoir la vie sauve. A sa place, je ferai la même chose car l'armée sénégalaise est devenue une pourriture, ou un instrument ^pour régler des compte. Souvenez des 26 militaires qui sont tombés très facilement à Mandina Mancagne à quelques mètres de Ziguinchor pour ne pas dire à la périphérie. Aucune enquête sérieuse n'a été diligentée à l'image de cette autre enquête après l'attaque meurtrière de Kafountine des années 2000, où le sous officier du nom de GOUDIABY et originaire de Baïla a été arrêté et radié de l'armée. La mort des 26 soldats à Mandina Mancagne est très suspecte, car ils sont tous des officiers et appartiennent à un corps d'élite spéciale. Le ratissage par l'armée de la zone du Nord Sindian de 2011 a révélé beaucoup de choses graves. Car, les militaires étaient non seulement en court de munitions, mais aussi certaines indiscrétions ont révélées que ces mêmes militaires constituaient le contingent qui étaient en Côte d'Ivoire et qu'il y avait des protestations au sujet de la prise en charge salariale. Ces mêmes militaires débarquent au Sénégal et tout de suite, ont les envoie en opération sans aucune préparation. Est-ce donc là une volonté manifeste d'envoyer ces soldats au mouroir? Je ne suis pas un militaire, mais plutôt un observateur de la crise en Casamance, et j'ai beaucoup d'informations sur les différents protagonistes. Sans oublier la mort suspecte du soldat El Hadji Malick N'DONGO au cantonnement militaire de Diagnon en Novembre 2011. Tout cela ,c'est pour dire qu'être dans l’armée à ce moment ce n'est pas du chocolat, et que si une occasion se présente, eh bien on s'en va. Soyons sérieux car tout le monde met en avant sa vie avant la patrie. Salut

6.Posté par ESPAGNE le 08/10/2013 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il est en espagne.
IL DEVAIT PA SEN ALLER. ILAURAIT DU DEMISSIONNER AU LIEU DE KITER . C PA SORCIER.

7.Posté par le Diola le 08/10/2013 19:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous casaçais nous avons marre de cette rébellion qui n'a aucun sens ,uniquement des gens qui s'activent que pour leurs propres intérêts.Ce sont des bandits de grand chemins ;nous devons nous éveiller nous autres Diola,Manjak,Manding etc...
Vive la PAIX au Sénégal et plus particulièrement dans la région de Casa

8.Posté par !!!!!!!!!!!!!!! le 08/10/2013 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce n'est pas normale qu'ils soient venu chez vous et que l'armée n'a pas fait d'enquetes et qu'ils ne soient pas traqués.c'est dangereux ce qui ce passe cela veux dire qu'il n'y a aucun suivi s'il y'a des pistes qui mènent à resoudre certains énigment genre ou ils se cachent quelles sont leurs methodes et autre

9.Posté par !!!!!!!!!!!!!!! le 08/10/2013 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce n'est pas normale qu'ils soient venu chez vous et que l'armée n'a pas fait d'enquetes et qu'ils ne soient pas traqués.c'est dangereux ce qui ce passe cela veux dire qu'il n'y a aucun suivi s'il y'a des pistes qui mènent à resoudre certains énigment genre ou ils se cachent quelles sont leurs methodes et autre

10.Posté par Soldatbi le 10/10/2013 04:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IL FALLAIT DEMANDER A TES CAMARADES D'ARMES DE T'AIDER A LES CAPTURER ET LES DESCENDRE DANS LA FORET. SI C'ETAIT MOI JE N;AURAI PAS HESITE A LEUR FAIRE LA PEAU. LES RENSEIGNEMENTS DOIVENT FAIRE LEUR BOULOT ET CREER UNE UNITE SPECIALE POUR FAIRE FACE A CES GENRES DE SITUATION. ON DIRAIT QUE LE LAXISME PREVAUT AU NIVEAU DE L'ARMEE. IL FAUT FRAPPER FORT. PAS DE NEGOCIATIONS AVEC LES BANDITS DE GRAND CHEMIN.

11.Posté par Un soldat le 18/10/2013 12:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"IL FALLAIT DEMANDER A TES CAMARADES D'ARMES DE T'AIDER A LES CAPTURER ET LES DESCENDRE DANS LA FORET" !!! "LES RENSEIGNEMENTS DOIVENT FAIRE LEUR BOULOT ET CREER UNE UNITE SPECIALE POUR FAIRE FACE A CES GENRES DE SITUATION" !!! Mon Cher "Soldatbi", ça montre que tu ignores ce que c'est notre Armée ou bien tu en fais pas parti du tout. C'est une pourriture d'où les supérieurs ne s'engagent que s'ils y voient leur compte (tel que les primes de risque bloqués pour problème de Catégorisation = NDEYSAAANE !).
Quant au SGT MANE, COURAGE, tu vis actuelment ton destin.

12.Posté par soldat de la Vérité le 22/10/2013 18:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A mon avis Mané n'est pas le seul dans le monde à ne pas fuir quand une situation critique est en face de soi. C'est facile de critiquer. Il est certain que ces personnes qui qualifie le Sergent de fuyard auraient fait comme ce militaire et n'auraient fait état de leur désertion à aucun journal. Il serait évaporé dans la nature et resté dans dans l'anonymat total. Osons croire que sa sortie est une sorte d'alerte car dans cette Grande Muette il y a des non dits que des histoires de ce genre révèlent au grand jour. Un internaute a témoigné ci-dessous des choses qui se sont déroulées, passées ou produites avec mort sur la base de règlement de compte au sein des soldats... Sachons critiquer.

13.Posté par Zigvérité le 25/10/2013 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je crois à ton histoire M Mané car je connais trois soldats qui ont vécu la même chose je suis natif de la Casamance mon village est à 10 km de ziguinchor le premier a été abattu froidement le dossier a été classé sans suite pour sa famille zéro soutient le deuxième capturé et disparu jusqu'a nos jour le troisième traqué et il a réussi à s'échapper c'était un 31 décembre alors qu'il était venu voire sa famille et depuis lors il n'ose plus repartir dans son village. Optez pour la belle mort comme le dit korsiga et vous mettez votre famille dans le pétrin. D'ailleurs tous les soldats de mon village n'osait même pas y aller. de tout façon même dans la grande muettte on traite les soldats originaire de la casamance comme des rebelle alors qu'ils y sont pour servir dignement leur nation. Du courage mon Sergent vous avez fait le bon choix Merci pour le service rendu à la nation à la nation 17 ans Bravo sa serait un suicide si tu étais resté au pays. Merci Mes respect Chez Bon Courage et Bonne chance

14.Posté par Maréchal le 25/10/2013 21:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mes respects sergent et la nation est fier de vous franchement je suis de tout coeur avec vous je suis désolé de le dire mais l'armée ne fait plus la fierté et j'ai un proche qui a servi l'armée mais il s'est découragé et l'a quitté c'est triste mais si je serai président de tout ces enfoirés de tout bord je réglerai le compte de ces enfoirés

15.Posté par sinkiling le 09/11/2013 08:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je coné bien mr mané il est de ma promotion la 16/1 c'est un vré militaire ce kil a fait c'est pa une fuite mais plutot un act de bravoure et de reconnaissance envers sa famille.Nous savons tous la politique de l'armée sénégalaise c'est de prendre des militaires originaire du sud pour lutter contre leur frere rebelle du sud .mané etant un homme integre et intelligent,comprenant la manupulation des deux front ,préféra s'eclipcé malgré tout les risques .
vous autres ptits rebelles caché d'arriere votre ordi arreté vos conerie et sachez nous habitant de lacasamance nous disons non a la violence.ki v me contacter laisse mo ton mail je ne me cache pas

16.Posté par sinkiling le 09/11/2013 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

oui c encore mo je voudrais dire a monsieur mané de faire une demande d'asile politique car c'est son droit le plus absolut

17.Posté par anonyme le 13/11/2013 23:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon cher ami sergent Mane je tiens vraiment a te feliciter. Mes chers amis d'arme , soyons serieux. Si ce jeune sergent n,aimait pas son pays il n'allait rester dans l'armee pendant 17 ans. Si vous voulez des preuves c'est tres facile il suffit juste de demander a la brigade de gendarmerie de Bounkiling. Pourquoi la brigade a relache ce suspect du nom de Bodiang? Ce Bodiang a fait un tres grand delit d'usurpation de fonction. pourquoi il n'a pas ete traduit devant les tibunaux? C'est du vrai laxisme au Senegal. Il est temps de mettre fin a cette impunite.

18.Posté par anonyme le 13/11/2013 23:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je te souhaite beaucoup de chance dans ta nouvelle aventure. Le debut a l'etranger c'est tres difficile mais ca changera avec le temps. Je te souhaite beaucoup de courage sergent. Il ne faut jamais baisser les bras. Continue a te battre partout ou tu es pour amrliorer tes conditions de vie. Tu as pris la bonne decision et au bon moment. Tampis pour les mecontents. Il faut faire une demande d'asile politique et regulariser ton statut le plus tot possible. Bonne chance mon frere.

19.Posté par Pape le 17/01/2014 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je connais bien ce gars. Il est patriote. Un vrai soldat. Il a formé bcp de jeunes soldats à Bango. Il leur a inculqué les valeurs de l'armée. Un vrai dur. Avec un grand coeur. Il m'a émerveillé par son courage, sa rigueur et son humanité. S'il est parti, c'est cela le choix qu'il pouvait faire. Bon courage

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site
Titre de votre page