leral.net | S'informer en temps réel

Vagues de départs au sein de la coalition Benno Ak Tanor: Tanor Dieng "saigné"

La coalition Benno Ak Tanor dirigée par le président du Haut conseil des collectivités territoriales Ousmane Tanor Dieng, fait l'objet de départs en cascade des formations politiques qui la composent. En effet, 23 des 35 partis de cette coalition lancée à la veille de l'élection présidentielle de 2012, ont claqué la porte pour la bonne et simple raison qu'ils sont laissés à l'écart des retombées de ce compagnonnage entre Tanor Dieng et le Président Macky Sall


Rédigé par leral.net le Jeudi 30 Novembre 2017 à 13:22 | | 0 commentaire(s)|

Vagues de départs au sein de la coalition Benno Ak Tanor: Tanor Dieng "saigné"
Pris en otage entre le marteau de l'implosion du Parti socialiste (Ps) suite à la mise à sac de la Maison du Parti le 5 mars 2016 et la procédure enclenchée contre le maire de Dakar, Khalifa Sall dans le cadre de la caisse d'avance de la Ville de Dakar et l'enclume de la levée de boucliers de certains hauts conseillers qui réclamaient leur dotation en carburant, le président du Haut Conseil des collectivités territoriales (Hcct) et secrétaire général du Ps, Ousmane Tanor Dieng, fait face, aujourd'hui, à un autre front. Celui-ci est ouvert cette fois-ci par ses alliés de la coalition Benno Ak Tanor.

Cette large coalition composée de 35 formations politiques lancée à la veille de la présidentielle de 2012 est en eaux troubles, traversée par une crise à l'origine d'une cascade de départs. Au total, 23 partis politiques et mouvements sur 35 ont claqué la porte de la coalition Benno Ak Tanor qui ne compte plus que 11 souteneurs en plus du Ps.

A l'origine de cette crise, une vague d'indignation des responsables politiques de Benno Ak Tanor contre le patron de ladite coalition, en l'occurrence Ousmane Tanor Dieng qui, à les en croire, a relégué en seconde zone, les activités de la coalition. Ainsi l'absence de réunions ou de cadre de discussion a fini de plonger la coalition dans la léthargie.

Par conséquent, certains collaborateurs de Tanor Dieng, frustrés par ce manque de considération, ont tout décidé de claquer la porte. Autre grief fait au patron des socialistes, c'est sa gestion clanique des retombées finnacières du compagnonnage avec le pouvoir qui ne profite pas aux partis de Benno Ak Tanor. Ce sont toujours des proches du secrétaire général du Ps qui sont promus au détriment des alliés. Un constat qui a été fait lors de la nomination de Tanor à la tête du Hcct et lors des dernières élections législatives, où les socialistes se sont taillés la part du lion. Même s'il y a toujours 12 partis et mouvements restés fidèles au patron du Ps.

En effet, la dizaine des souteneurs qui reste, a prévu une rencontre au mois de décembre prochain pour réfléchir sur l'avenir de cette coalition afin de savoir sur quel pied danser. Cette rencontre retardée par la situation politique du pays verra, sans doute, de nouveaux départs à moins que le patron du Ps ne parvienne à désamorcer la bombe qui menace d'éclater au sein du reste de la coalition .




L'As