Vente de migrants en Libye: Cette pratique barbare doit immédiatement arrêter, selon Seydi Gassama

Le président d’Amnesty International/ Sénégal, Seydi Gassama est en colère face à l’esclavage qui a cours en territoire libyen. Selon lui, cette pratique barbare doit immédiatement, arrêter. M. Gassama s’est prononcé ce vendredi lors d’une manifestation contre l’esclavagisme à la place de la Nation, ex-place de l’Obélisque.


Rédigé par leral.net le Vendredi 24 Novembre 2017 à 19:16 | | 0 commentaire(s)|

Par rapport aux images esclavagistes en territoire libyen qu’on a vues à la télé, le président d’Amnesty Sénégal, Seydi Gassama est en colère. Il dit en ces termes : « je suis en colère face à cette pratique barbare, criminelle dont nos frères et sœurs d’Afrique Sub Sarahienne sont en train de vivre. Nous voulons dire à ces criminels que l’Afrique est au courant, l’Afrique les observe et qu’ils ne resteront pas impunis ». Il ajoute qu’« un appel à la Cour pénale international va être lancé dans les plus brefs délais. Nous ne croyons pas en la justice libyenne. En Libye, il n’a pas d’Etat en dehors de Tripoli, nous voulons que la Cour enquête sur ces crimes et les poursuivent jusqu’à les envoyer en prison. Ils doivent payer ».

Le président d’Amnesty Sénégal, demande au chef de l’Etat, d’engager les Nations-Unies à utiliser tous les moyens comme les moyens militaires, pour sortir nos frères et sœurs qui souffrent en Libye.

« Il ne faut pas faire l’amalgame entre Arabes et esclavagistes. Il y a des arabes qui sont contre l’esclavagisme. N’utilisons pas la violence. Evitons de tomber dans les mêmes travers de ceux qui sont en Libye. Réunissons nos moyens pour faire face à cette situation et éradiquer ces criminels », conseille M. Gassama.



Thierno Malick Ndiaye