leral.net | S'informer en temps réel

Victor Tendeng, le prête-nom de Karim Wade à Canal Info News

Dans la jungle des sociétés écrans de Karim Wade, au-delà de Ahs, Istar Immobilier, Istar Capital, Adge-Malabo, Cd média groupe, Terra Vision, Daport Sa, Dubaï Limited etc., les enquêteurs de la Section de recherche( Sr) ont pu formellement établir que l’ancien super ministre est aussi propriétaire de la An Média, selon Libération.


Rédigé par leral.net le Mardi 19 Mars 2013 à 11:44 | | 7 commentaire(s)|

Victor Tendeng, le prête-nom de Karim Wade à Canal Info News
Différente de Cd Média qui édite "Le Pays au Quotidien" et met en ligne "Lesenegalais.net", cette société, d’après le journal, exploite entre autres la chaîne de télévision Canal Infos News dirigée par Vieux Aïdara. En remontant à sa création les enquêteurs sont tombés sur Victor Tendeng, son chauffeur. Le nom de ce dernier est déjà apparu dans le montage d’autres sociétés écrans pilotées par le fils de l’ancien président de la République. Dans son rapport transmis au Procureur spécial près la Cour de répression de l’enrichissement illicite( Crei), Alioune Ndao, le chef de la Sr mentionne que les 10 millions de francs Cfa, ayant servi à la création, devant notaire, de la An Média, ont été versés par Victor Tendeng. Ce dernier interrogé a reconnu avoir été mandaté par Karim Wade.



1.Posté par alfonso le 19/03/2013 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La seule chose que je dénonce c’est que la traque des biens supposés mal acquis ne peut pas constituer un programme de gouvernement. Parce que, jusque-là, personne n’a prouvé que des milliards ont été volés. Pour le moment, les preuves exposées publiquement ne concernent que les directeurs généraux qui sont emprisonnés. Pour les anciens ministres, nous attendons les preuves. En tout cas, nous invitons le gouvernement à aller jusqu’au bout de ces enquêtes. Mais dans le respect des droits des personnes concernées. Maintenant, il faut reconnaitre que les choses ne seront pas faciles pour le pouvoir. Car, comme l’a dit le premier Vice-président de la Banque mondiale, Kaushik Basu, cette traque peut nuire à l’économie du pays. En plus, s’il y a effectivement vols, les banques européennes ne vont plus accepter de vider leurs caisses pour envoyer des milliards à un pays africain comme le Sénégal dans ce contexte marqué par une crise économique aigue. Mais, je déplore, par-dessus tout, la précipitation inutile et les cafouillages manifestes notés dans la conduite des enquêtes. C’est ce qui explique le camouflet de l’Etat devant la Cour de Justice de la Cedeao. En somme, avec cette traque, le Président Macky Sall est en train de rehausser l’image de Karim Wade. Mieux, il en a fait un leader politique redoutable, pour ne pas dire le leader de l’opposition sénégalaise. Parce que vous n’êtes pas sans savoir que les Sénégalais se rangent toujours, dans une bataille, du côté du plus faible. Si Karim Wade draine les foules quand il sort des auditions de la gendarmerie, c’est parce que les Sénégalais ne croient plus en Macky Sall et ont commencé à lui chercher un remplaçant.

2.Posté par alfonso le 19/03/2013 15:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LISEZ ATTENTIVENENT CET ARTICLE

Abdou Latif Coulibaly et Amath Dansokho ont été démasqués pour avoir vendu un bouquet d’illusions au Président Macky Sall.

Dans leur ruse, ils avaient fait croire au chef de l’Etat et à l’opinion que les dignitaires de l’ancien régime avaient planqué des milliers de milliards de francs CFA dans leurs comptes à l’étranger.

Ces conseillers du Président avaient juré la main sur le cœur avoir débusqué des milliers de milliards planqués dans des comptes bancaires à l’étranger dont plus de 2 000 milliards en France afin d’emballer le Président Macky Sall et d’en tirer le maximum de profits à titre personnel.

Puis, face « au retour bredouille des enquêteurs envoyés à l’étranger par l’Etat du Sénégal », ils ont embarqué, par un tour de passe-passe, Macky Sall dans la médiation pénale avant que ce dernier ne se ressaisisse

Aujourd’hui, après l’échec de cette dernière proposition, ils orientent subrepticement les enquêtes et l’opinion sur des « biens immobiliers et placements dans des sociétés offshore » tout en criant tout haut que les biens détournés sont portés par des prêtes-noms afin de masquer leurs échecs. Il s’agit là d’une véritable escroquerie au plus haut niveau.

Dans la traque des biens supposés mal acquis, Abdou Latif Coulibaly et Amath Dansokho, Ministres Conseillers, sont entrain de manœuvrer pour dissimuler l’escroquerie politique. Ils ont voulu abuser le Chef de l’Etat en lui faisant croire que des dignitaires du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) auraient planqué plusieurs milliers de milliards de F CFA dans des banques à l’étranger dont plus de 2 000 milliards de francs CFA en France.

En effet, selon Leral.net du 23 juin 2012, Abdou Latif Coulibaly, Ministre conseiller auprès du Président de la République, chargé de la Bonne Gouvernance a révélé que : « il y a des travaux encore sommaires qui évaluent les différents scandales connus et publiquement exposés. Les montants qui ont été répertoriés et qui ont fait l’objet de scandales sont évalués à 2 000 milliards 900 millions de francs CFA, plus que le budget du Sénégal. C’est un énorme scandale et il faut que ça soit clarifié ». Il a tenu ces propos au moment où les gendarmes de la section de recherche avait déjà initié les enquêtes sur les présumés biens mal acquis. Il a ainsi annoncé au Chef de l’Etat des milliers de milliards de francs CFA et lui a fait miroiter la possibilité de les récupérer très rapidement.

Il a été appuyé par Amath Dansokho qui a affirmé selon le journal l’AS du 17 décembre dernier que « 2 200 milliards de francs CFA ont été identifiés par les services français ». Dansokho ajoute qu’il a « été informé en 2008 que deux pontes de l’ancien régime avaient déjà planqué de l’argent, l’un pour une valeur de 1 500 milliards de francs CFA et l’autre 700 milliards de francs CFA ».Où en France et par qui, se demande l’opinion ?

Pourquoi les enquêteurs de l’Etat du Sénégal ne demanderaient-ils pas la déposition de Amath Dansokho sur ces questions précises ?

Ce serait un acte juste, démocratique et porteur de transparence.

En tout état de cause, malgré l’assistance des services français compétents en la matière, aucun des milliers de milliards de F CFA dénoncés par Amath Dansokho n’y a été encore trouvé ou porté à la connaissance de l’opinion française ou internationale.

Les autres investigations menées aux Etats-Unis, en Angleterre, en Italie soit par les Etats saisis, soit par des organisations internationales telles que Transparency international n’ont pas abouti à localiser ces supposés milliers de milliards de francs CFA planqués dans des comptes bancaires à l’étranger ou à identifier formellement les délinquants.

Latif Coulibaly se rendant compte qu’il est entrain de tromper Macky Sall a voulu réaliser un tour de passe-passe pour s’en sortir et il invente que « l’issue d’un procès peut être incertaine ».Ce qui est faut car, en dernier lieu , le mensonge ne résiste pas à la vérité.

C’est ainsi que le conseiller du Président en bonne gouvernance imagina « la fameuse médiation pénale, 80% à l’Etat et 20% au voleur ».

Latif Coulibaly ne pouvait faire autrement puisqu’il est allé trop loin avec le Président à qui il a fait miroiter des milliers de milliards de francs CFA à portée de main dans la traque des biens mal acquis. Il réalise qu’il est facile de faire avouer les délinquants présumés que de trouver des preuves qui les accablent. Par conséquent, la médiation pénale apparait pour lui, la voie la plus facile et la plus fructueuse.Ainsi, il pourrait se faire bonne conscience.

En effet, dans les ondes d’une radio locale, Abdou Latif Coulibaly a déclaré récemment que « dans toute procédure pénale, il y a au moins la possibilité de procéder à une médiation pénale ». Pour lui « si l’Etat a la possibilité de récupérer 800 à 850 millions de francs CFA dans un patrimoine spolié à hauteur d’un milliard de francs CFA, rationnellement, c’est plus logique, plus cohérent que « de s’engager dans les perspectives d’un procès dont l’issue peut être incertaine ».En réalité, Latif ne croit plus que l’Etat puisse gagner les procès et en tirer les milliers de milliards de francs CFA attendus .Il cherche une porte de sortie honorable pour lui-même.

La traque des biens mal acquis n’est pas de tout repos pour lui car devant le tollé suscité par sa toute dernière trouvaille rejetée par l’opinion, il a « orienté » à nouveau la traque sur des biens immobiliers et des placements à l’étranger dans des sociétés offshore. Manifestement, les enquêtes se sont orientées en dernier lieu vers le patrimoine immobilier et le matériel roulant de Karim Wade. Et ce sera le cas pour ceux qui seront entendus prochainement.

Il sera ainsi plus facile de servir à l’opinion que l’argent planqué à l’ étranger dont ont parlé Amath Dansokho et Latif Coulibaly est porté par des prête-noms.

En réalité, ces conseillers ont simplement trompé le Président Macky Sall pour sécuriser leur poste et leurs privilèges (voyages, voitures, hôtels, soins médicaux à l’étranger ou autres). En tout état de cause, ils ont porté un discrédit sur l’action du Chef de l’Etat auprès des institutions financières internationales et des Etats amis qui ont été chargés de traquer les présumés biens mal acquis. Au finish, ils seront ridicules face au peuple. Ces deux là ne sont que des escrocs !

Sur ce même registre, Monsieur Kaushik Basu, Vice Président de la Banque mondiale, lors de sa visite du 07 mars dernier à Dakar a exprimé ses critiques en langage diplomatique clair sur les procédures engagées par le Sénégal dans le cadre de la traque des biens présumés mal acquis. Il s’est adressé aux autorités de notre pays en ces termes « si vous traquez toutes les richesses que vous pensez être illicites à l’étranger vous risquez de causer beaucoup de dommages à votre économie ».

Il s’agit là d’une sérieuse mise en garde et d’un message que la Banque mondiale a délivré aux autorités sénégalaises. Manifestement, le vice président de la banque mondiale met en doute l’existence de tous ces milliers de milliards de F CFA dont on dit être détournés du Sénégal et planqués à l’étranger. Il connait bien l’état des recherches sur les fonds supposés volés au Sénégal. A cet effet, il convient de préciser que les services de la Banque mondiale en particulier l’initiative star ont été sollicités au même titre que d’autres institutions financières.

Les escrocs sont ainsi démasqués.

Maintenant, il revient au Président Macky Sall et à son parti d’en tirer les conséquences puisque Latif Coulibaly et Amath Dansokho ne sont pas à la hauteur «matu niu mbuss yax mbuss ».Ils sont insignifiants politiquement et n’ont aucun crédit auprès des bailleurs de fonds du Sénégal.


3.Posté par cool le 19/03/2013 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mais alfonso wa légui nak kesk tu veux boulniou sonal waaaay ou bien tu fais parti des voleurs

4.Posté par sathiéeee le 19/03/2013 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

va te faire foutre Alfonso renégat de merde

5.Posté par Birima le 19/03/2013 17:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Sénégal ne traque que ses sous volés par les gouvernants de l'ancien régime! En quoi cela peut nuire à notre économie? Les sous des autres ne nous regardent pas. Seuls nos maigres deniers publics volés nous intéressent n'en déplaisent aux autres. Ben oui ceux-là ne cherchent pas la queue du diable pour penser la tirer. Ici certains se le représentent en songe!!! Wala bok!?

6.Posté par diouf le 19/03/2013 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est farba qui ecrit...donc alphone = farba

7.Posté par samir diop le 19/03/2013 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Messieurs de l'ARMP,
Nous portons à votre connaissance les informations ci après à propos de l'appel d'offres phase 2 du programme indien de l'ASER en contentieux.
En décembre 2011 ARMP avait cassé le marché de Lucky Exports.Ce dernier avait déjà exécuté une partie du projet relancé par la suite.Ce qui veut dire que Lucky Exports soit moins chere que tous ne doit surprendre personne lorque l'appel d'offres a été relancé.
Pour ce qui concerne Angelique Internationanal Limited, il s'agit là d'une première.On ne termine pas des travaux et ta soi disante attestation validée.D'ailleurs en lisant bien le document,on peut dire que ce qui est dit dedans porte à confusion.Comment quelqu'un qui exécute un marché verse le montant de ce meme marché!Nous aurions bien souhaité que les PV de réunions évoqués dans la décision 77 de l'ARMP soient étudiés.Comment peut on tolérer un tel PV de réunion du 7 mai 2012 sept jours après l'ouverture de plis du 30 avril 2012! Il est dit dans le PV que le soumissionnaire maintient sa position comme quoi c'est lui qui doit exécuter le marché dont la procédure d'appel d'offres est en cours ce qui est curieux.Comment peut on mettre de telles choses dans le PV d'une agence nationale!
Il y'a aussi le PV de réunion ASER=ENCO=ANGELIQUE du 13 juillet 2011 qui révèle aussi des surprises.
Il ya collusion car le président de la commission des marchés actuel de l'ASER était signataire de ces PV.
Nous demandons à ce que ces deux PV soient bien étudiés car ils révèlent bien des surprises.
Le bruit qui court est que ces deux société indiennes polluent l'environnement de ce dossier suite à des pots de vins.
Ce dossier dure maintenant 2ans et les vrais responsables de cette situation sont ceux qui faisaient parti de la première commission non conforme qui a attribuée le marché à Lucky Exports et Amadou sow l'actuel président de la commission des marchés ainsi que d'autres personnes se situant dans la périphérie.Ils doivent tous etre sanctionnés sévèrement pour avoir fait trainé la mise en oeuvre du projet d'électrification

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Cliquez-ici pour regarder plus de videos