leral.net | S'informer en temps réel

Visite d’Emmanuel Macron au Sénégal : Le torchon brûle entre Kemi Séba et Claudy Siar

Le torchon brûle entre Kemi Seba, président de l’ONG Urgences Panafricanistes et Claudy Siar, un des célèbres animateurs à Rfi. Le premier accuse l'animateur d'avoir trahi leur combat, en se rendant à Dakar aux côtés de Macky Sall et Emmanuel Macron, l'autre de racisite. Depuis ce week-end, ils se mènent une guerre des mots sans précédent sur les réseaux sociaux.


Rédigé par leral.net le Lundi 5 Février 2018 à 08:46 | | 0 commentaire(s)|

Claudy Siar : « Que voulons-nous vraiment ?!?!

Je suis à Dakar au partenariat mondial pour l’éducation. J’y rencontre des femmes et des hommes brillants. Ce sont des personnes de la société civile ! Des personnes dont la réussite force le respect. Tous ont décidé de s’investir pour et sur leur Continent ! Et tous seraient des traîtres ?! Certains s’interrogent sur ma présence ici. Ils ne devraient pas. Vous ne pouvez pas penser qu’il y a trahison lorsqu’une action est mal comprise ?!

Vous ne pouvez pas insulter une personne alors que vous connaissez ses convictions profondes!!? Ai-je fait une déclaration contredisant mes combats..? NON.

Merci à ceux qui en comprennent les enjeux. D’autres ne les saisissent peut-être pas encore. Il faut donc que je dialogue avec vous sur cette page. Les spécialistes des insultes seront immédiatement bannis.

Nous pouvons ne pas être d’accord et nous respecter. Là, est aussi un combat contre nous-mêmes… les mentalités doivent évoluer. Je n’insulte jamais un individu qui n’a pas la même vision que moi. Mon désir ardent est toujours de comprendre son positionnement.

Mandela disait ;

« Ce qui est fait pour nous, que d’autres ont décidé sans nous est en réalité contre nous. Soyons des êtres actifs. »

Moi, contre vents et marées, j’agis et ne reste pas dans mon coin sans chercher des solutions. Il ne faut pas réécrire l’histoire. Sankara n’a jamais cessé de dialoguer avec ses adversaires. Il a partagé le repas avec Mitterand, en lui rappelant les principes de la France qu’elle bafoue !

Sankara a toujours eu un objectif: le développement de son pays et du continent. Cela passe par le respect que l’on nous doit et le dialogue avec toutes les parties prenantes à un débat désormais international.

Il n’y a aucune issue dans le refus de dialoguer, négocier et s’opposer pour trouver des solutions avec l’autre. Si vous dénoncez, éructez et vous enfermez dans votre certitude, elle devient vite une servitude…une vérité stérile. Pour faire la guerre, il faut être deux. Pour faire la paix, aussi …

Que préférez-vous ; que nous ayons une voix au sein de ces instances qui nous semblent ne pas prendre en compte les aspirations des peuples ou de rester en marge de ce qui se joue et se fait encore sans nous ???

Nous devons apprendre à ne pas être ceux qui boycottent des élections qui, de toute façon, auront lieu. Nous devons apprendre à changer les règles. Pour cela, il faut assister, faire entendre son propos aussi virulent soit-il et agir là se concentre encore les pouvoirs !! Je veux savoir, comprendre et agir pour l’intérêt commun.

Si je suis là c’est qu’en Libye, rien n’est terminé (on discute avec qui pour les sauver..?!). Et que nous avons deux projets majeurs pour la jeunesse (éducation, formation et sensibilisation) et je me dois de les défendre là où des décisions se prennent.

Certains disent l’Afrique n’a besoin de personne ? Êtes-vous certain de cela ? Au regard des réalités du monde et de la situation de nos pays, l’Afrique a besoin des autres comme la Chine de la fin des années 70 a eu besoin de l’Occident, pour opérer sa révolution industrielle. Voyez le résultat aujourd’hui. Nous devons nous pencher sur nos réactions passionnelles destructrices pour l’avenir. Quand allons-nous faire preuve de pragmatisme, avoir une vue à long terme et être capable de comprendre que ;

Nous appartenons à des générations sacrifiées et que nous avons le devoir de préparer un autre monde pour nos enfants et les générations futures. Arrêtons de croire que nous verrons le résultat de nos luttes pour la dignité.

Ne laissez personne vous diriger vers une impasse qui sera le piège dans lequel nous précipiterons nos enfants. Je suis certain que parmi vous, beaucoup vivent et travaillent en Occident, d’autres en Afrique pour des sociétés européennes ou l’état dans son pays. Cela fait-ils d’eux des traîtres à la cause qu’ils défendent ? D’ailleurs combien sont-ils à affirmer haut et fort, comme je le fais, de la nécessité d’un autre monde ? Je ne m’interdirai aucun dialogue, aucune rencontre mais je ne fermerai jamais ma bouche. »
 

Kemi Seba:

Pour tuer son chien, on l'accuse d'avoir la rage. Pour (tenter de) faire taire ton frère qui pose trop de questions dérangeantes et veut discuter pacifiquement et publiquement avec toi (car cela engage notre peuple) sur le choix de travailler ou pas avec Macron et le gouvernement français , tu veux me faire passer SOUDAINEMENT pour l'apôtre de la haine, de la violence et de la division (ce n'est pas le discours que tu tenais il n'y a pas si longtemps). Tu es un scientifique de l'entourloupe mon frère. Mais tu ne peux malheureusement duper que les fragiles.

Toi, l'ancien delegué interministeriel de Sarkozy à l'époque même de l'assassinat de Kadhafi, à qui j'ai dit "avancons même si je désapprouve ton lien passé avec Sarkozy, les erreurs du passé sont le passé", tu veux me faire passer aujourd'hui pour un raciste excité, comme TF1 ou BFM ont toujours tenté de me présenter, afin d’essayer (en vain) de me décrédibiliser.

Je serai devenu un méchant anti BLANC (https://www.youtube.com/watch?v=4244Jz2EzeI&t=12s). Pire, je serai jaloux que Macron t'ai invité (c'est bien connu, je rêve d'un dîner au chandelle romantique en tête à tête avec Manu). Tu fais semblant de ne pas comprendre que l'on trouve indécent que tu exprimes ta joie de travailler avec Macron pour soi-disant promouvoir "l'éducation" au moment même où nos sœurs et frères se faisaient tabasser par la police sénégalaise pour avoir osé protester contre la venue de ce même Macron. Au moment même où la jeunesse africaine de la zone Franc crie en majorité sa volonté de rompre avec le gouvernement français et de réinventer une nouvelle géopolitique africaine, comme nous essayons au quotidien de le faire (www.urpanaf.com). Plutôt que de nous montrer toutes tes dents et de dire fièrement (dans l'un des innombrables posts que tu as effacé hier car tu es de ceux qui n'assument rien) que Macron a de bonnes idées et qu'il faut travailler avec lui, tu pouvais comme le président ghanéen l'a fait ( http://www.lesoleil.sn/…/75309-nana-akufo-addo-president-du…) être à Dakar et dire à Macron que l'Afrique a toutes les ressources pour financer elle-même son éducation.

Non, tu préfères nous dire que c'est une bonne chose que Macron et la banque mondiale financent ce qui va être enseigné a nos enfants, en oubliant bien sûr de dire qu'ils ne feront jamais rentrer dans le cerveau de nos enfants des enseignements qui les pousseront à aller vers une voie d'autodétermination. Et tu oses nous citer Sankara, le même qui est mort pour avoir refusé de payer la dette à ces gens là. Quelle toupet.

Tu as tellement peur de parler posément et publiquement avec moi, peur d'assumer l'irrationalité de ta stratégie de travail commun avec le gouvernement français (qui ne sert pas les intérêts du peuple, et tu le sais pertinemment) que tu préfères transformer cela en une querelle de soi-disants leaders (j'ai toujours dit que ces histoires RIDICULES de leaders ne m'intéressent pas) et noyer le poisson, car tu sais pertinemment que le gouvernement ne fera jamais rien pour nous. Tu parles avec le gouvernement français, mais tu as peur de parler avec ton frère.

Quand le colon t'invite à sa table, c'est pour y faire le service, au mieux te donner des pourboires, jamais pour manger d'égal à égal avec lui. Ca fait 5 siècles qu'ils nous jouent la même musique, mais tu préfères faire semblant de ne pas comprendre.

Tu voudrais nous faire passer (moi et les centaines de milliers d'Africains qui me suivent) auprès des moutons RFIsés, pour des brutes épaisses africaines et antillaises incapables de diplomatie. Tu mélanges tout volontairement car cela te permet d'essayer de prolonger l'illusion provoquée par ta science de la duperie auprès de ceux qui ne te connaissent pas dans la vraie vie.

Toujours plus loin toujours plus fort, tu oses aussi te dépeindre en Malcolm X (que Dieu te pardonne pour aller aussi loin dans ton escroquerie), et me décrire tel un raciste qui ne pardonnerait pas que tu t'ouvres aux autres.

Sauf que Malcolm appelait à l'alliance avec les révolutionnaires anti-impérialistes de toutes les couleurs (ce que nous faisons, et tout le monde le sait), pas à une alliance avec un gouvernement américain qu'il savait par essence être impérialiste et assassin. Tu t'allies avec Macron, le même qui dirige les forces d'occupation au MALI, le même qui n'a en rien changé la politique de spoliation des matières premières de nos pays. Personne n'a jamais interdit de s'allier avec des prolétaires blancs. Nous les premiers le faisons. Toi, tu t'allies avec le gouvernement francais. Les gens ont un cerveau, tu ne pourras les escroquer éternellement monsieur le Che Guevarra de RFI.

Continue à te faire passer pour le Noir responsable, prêt au dialogue, et à me présenter comme le bandit Noir raciste et réactionnaire, alors que l'on te dit simplement que la jeunesse africaine ne veut plus, majoritairement, chercher palabre avec les autorités françaises.

Continue à cracher sur l'incompréhension de tas de gens qui ne comprennent pas qu'après avoir marché avec nous, tu ailles à contre-courant d'une grosse partie de la jeunesse africaine (sans même nous avertir de ta stratégie au préalable), quand même l'ecrivain Alain Mambanckou (loin d'être un opposant à la France) a dit que par solidarité avec la jeunesse africaine, il ne pouvait plus accepter les propositions de collaborer avec Macron.

Je t'ai proposé de discuter sur Africa 24 en frère. Tu préfères aller faire ton monologue chez tes amis de France Inter.
Ainsi soit-il.

L'Histoire jugera Claudy. Je n'ai jamais été aussi serein de ma vie concernant cette certitude. L’Histoire jugera. J'en fait le serment devant les ancêtres.

Cette affaire est pour moi terminée. Je commence la tournée de notre ONG Urgences Panafricanistes dans 48H par la digne terre de Guadeloupe. Plus le temps pour ta mythomanie convulsive.



Cliquez-ici pour regarder plus de videos