leral.net | S'informer en temps réel

Vol au préjudice de son employeuse : Un vigile soupçonné d’avoir subtilisé des bijoux d’une valeur de 6 millions FCfa, à sa patronne

Le vigile M. Sène a dépouillé sa patronne de ses bijoux en or d’une valeur de 6 millions FCfa. A son retour du bureau, ce jour-là, Ndèye Bintou Faye a failli tomber à la renverse. En effet, les boîtes qui contenaient ses bijoux en or et des pièces précieuses, avaient disparu du coffre où elles étaient soigneusement gardées.


Rédigé par leral.net le Mercredi 22 Juin 2022 à 10:54 | | 0 commentaire(s)|

Vol au préjudice de son employeuse : Un vigile soupçonné d’avoir subtilisé des bijoux d’une valeur de 6 millions FCfa, à sa patronne
« Une fois à l’intérieur de ma chambre, j’ai constaté des meubles renversés, les tiroirs et les battants des armoires, ouverts. Les deux boites qui contenaient les bijoux avaient également été ouvertes et vidées de leur contenu », raconte la victime.

Affolée, elle appelle son mari qui rapplique dare-dare. Face au décor de la chambre, ils descendent pour voir le vigile qui n’était plus sur place et qui aurait quitté son poste, avec l’alibi qu’il était soufrant. Ce qui a mis la puce à l’oreille du couple, qui a porté leur soupçon sur lui.

C’est ainsi que les époux ont tenté en vain de le joindre. Ils se rendus à la police pour porter plainte. Les enquêteurs ont vite fait de localiser le mis en cause, avant de procéder à son interpellation.

Face aux enquêteurs, il a contesté avec véhémence les faits de vol avec effraction, en restant catégorique sur le fait qu’il n’a jamais vu l’or de sa patronne.

« Je n’ai pas vu son or et je n’ai jamais eu accès aux appartements des locataires. Donc, comment pourrais-je savoir qu’il y avait des bijoux en or gardés dans son appartement ?», s’est-il défendu. A l’en croire, le jour du vol, il est venu travailler pour assurer la sécurité des personnes et des biens des locataires de l’immeuble. Mais à un moment donné, deux individus à l’allure suspecte sont venus le saluer en lui demandant si un certain Abdourahmane Guèye n’habitait pas les lieux. Et avant même qu’il ne réponde, il avait commencé à avoir des vertiges avant de somnoler.

« J’avais l’impression qu’ils m’ont aspergé un liquide sur le visage qui m’a fait perdre connaissance. C’est peut-être ces deux individus qui ont procédé au cambriolage de l’appartement », s’est défendu le vigile.

Son moyen de défense n’ayant pas convaincu les enquêteurs, il a été placé en garde-à-vue tandis que l’enquête sur ce cambriolage suit son cours.







Le Témoin


Titre de votre page Titre de votre page