leral.net | S'informer en temps réel

Wade, tête de liste de "Wattu Sénégal: "j'ai 91 ans, je me porte bien et j'arrive"

Me Abdoulaye Wade, selon sa propre confidence faite à des partisans qui lui ont rendu visite pour le féliciter en tant que tête de liste de la coalition Manko Wattu Sénégal, soutient qu'il se porte très bien. A ceux qui le mettent sur une chaise roulante, il répond qu'il se porte comme un charme et prépare ses bagages pour un retour au Sénégal.


Rédigé par leral.net le Mercredi 31 Mai 2017 à 11:45 | | 0 commentaire(s)|

Wade, tête de liste de "Wattu Sénégal: "j'ai 91 ans, je me porte bien et j'arrive"
En fait, si Me Abdoulaye Wade n'a pas hésité à son âge à troquer son repos d'ancien Président pour des activités politiques, c'est pour défaire le camp de Macky Sall et obtenir l'amnistie pour son fils Karim Wade. Pour donner la preuve qu'il jouit pleinement de ses capacités, Me Wade explique à ses hôtes qu'il revient de la Oumra avec un excellent état de santé.

Mieux, le prédécesseur du Président Macky Sall prévient que ceux qui l'ont annoncé sur une chaise roulante, vont déchanter sous peu. Me Wade est ainsi le premier Président du Sénégal à rester en politique après son départ du pouvoir. A sa place de leader de la coalition qu'il dirige, était pourtant annoncé son fils Karim Wade. Mais ce dernier malgré les assurances qui avaient été données qu'il serait à Dakar pour sa participation effective aux Législatives du 30 juillet prochain, en "exil" au Qatar, est toujours attendu au Sénégal où le doute plane sur sa venue.

En trônant à la tête de la coalition Manko, Me Wade semble avoir pris la place de son fils. S'il rentre pour diriger ses troupes, ce n'est donc pas par son corps mais avec la tête de Karim Wade qu'il représente dans Manko. Si ce dernier qui a été élargi de prison à la suite d'une grâce présidentielle, hésite à rentrer au Sénégal, c'est parce que la mesure n'efface pas les peines fermes.

Pour les peines subsidiaires telles que les amendes, la grâce ne peut pas les faire disparaître, exposant Karim Wade à une procédure de contrainte par corps qui peut le remettre en prison.
Ce n'est pas la première fois que Me Wade évoque son état de santé en réponse à des supputations. Déjà, lors d'une rencontre avec des partisans en France, l'ancien Président de la République dont la mort avait été plusieurs fois annoncée sur Internet, l'avait démentie, en prévenant qu'il se "penchera sur la tombe" de ceux qui souhaitent sa disparition.

source: la tribune










Hebergeur d'image