leral.net | S'informer en temps réel

Zéro déchet sur le littoral : 50 jeunes recrutés à Joal-Fadiouth pour relever le défi

Aissatou Sophie Gladima Siby, Ministre du Pétrole et des Energie, a annoncé hier le recrutement de 50 jeunes qui seront formés, dès la semaine prochaine, pour assurer la salubrité des fonds marins dans l’aire marine protégée de Joal Fadiouth. Cette action, dont le but est de maintenir sain l’écosystème marin, entre dans le cadre de la politique du Président de la République qui avait émis le souhait de voir un Sénégal sans déchet, aussi bien sur la terre ferme que dans les zones marines.


Rédigé par leral.net le Jeudi 4 Février 2021 à 08:48 | | 0 commentaire(s)|

Zéro déchet sur le littoral : 50 jeunes recrutés  à Joal-Fadiouth pour relever le défi
« Le président de la République a dit ‘‘Zéro déchet’’ : mais c’est aussi bien sur la terre ferme que sur le littoral. Et comme notre littoral est menacé avec ces déchets qui menacent la mangrove, on a profité de cette journée pour faire le lancement. La formation commence la semaine prochaine et on a une cohorte de 50 jeunes qui vont, à leur tour, former d’autres jeunes. Périodiquement, on espère qu’ils vont pouvoir venir prendre les déchets, mais également, récupérer tout ce qui est plastique pour le ramener vers les usines qui, aujourd’hui, font le traitement pour en faire de l’énergie », a informé le Ministre qui se prononçait lors de la journée mondiale des zones humides célébrée avant hier dans la Commune de Joal Fadiouth.

Dans ce sens, elle explique : « Donc, avec le ministère, nous allons signer un partenariat avec des sociétés pétrolières qui veulent les accompagner pour la protection. Parce que, quand vous regardez ces zones, elles sont très polluées et il faut les nettoyer ».

Poursuivant sur cette même lancée, Mme Siby précise : « nous avons choisi Joal-Fadiouth, parce qu’elle fait partie des zones humides, mais aussi, on a une aire marine protégée dans la zone. Laquelle va jusqu’aux Iles du Saloum où on protège et on utilise la conservation. De plus en plus, ce sont les populations qui protègent et qui utilisent. Il y a des moments où on ouvre pour la pêche; que ce soit pour le poisson ou le coquillage. Mais également, il y a des moments où on ferme pour permettre la reproduction des espèces ».

D’ailleurs, « les services du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable se sont mobilisés à nos côtés et aux côtés de l’Oceanium qui nous accompagne par rapport à la protection de l’environnement mais aussi, pour la formation des jeunes ».
Enquete



Cliquez-ici pour regarder plus de videos