Leral.net - S'informer en temps réel

9 mauvaises habitudes qui augmentent votre risque de cancer de l’estomac

Rédigé par leral.net le Jeudi 26 Janvier 2017 à 12:01 | | 0 commentaire(s)|

Si la plupart des cancers de l’estomac sont dus à la bactérie Helicobacter pylori et à des facteurs génétiques, certaines pratiques quotidiennes peuvent aussi jouer un rôle dans le développement de cette maladie. Aliments, boissons, hygiène de vie… Découvrez les mauvaises habitudes qui malmènent votre estomac, avec les explications du Dr Alain Landivier, gastro-entérologue.


9 mauvaises habitudes qui augmentent votre risque de cancer de l’estomac
Boire trop chaud

Pourquoi ? "Les boissons chaudes causent une agression thermique de la muqueuse de l’œsophage et de la partie haute de l’estomac", explique le docteur Landivier.

"Certaines régions du monde sont plus touchées que d’autres par le cancer de l’estomac, en raison de coutumes alimentaires : en Amérique du Sud et notamment en Argentine, la grande consommation de maté, boisson aspirée bouillante, peut expliquer pour partie la plus forte incidence de ce cancer", rapporte le gastro-entérologue.

Abuser du jambon

Pourquoi ? Les viandes transformées (jambon, saucisses et charcuteries) tout comme les viandes et les poissons fumés, sont accusés de favoriser le développement du cancer de l’estomac, dès 50 grammes par jour, selon le Fonds mondial de recherche contre le cancer.

L’explication du gastro-entérologue : "Les viandes fumées ou transformées contiennent des substances cancérogènes : des nitrites pour la conservation et l'aspect rosé du produit ou des hydrocarbures aromatiques pour les viandes fumées.''

Etre friand de cornichons

Pourquoi ? Selon plusieurs études scientifiques, dont une étude menée par des chercheurs sud-coréens, la consommation d’aliments conservés dans le vinaigre tels que les cornichons augmenterait le risque de cancer de l’estomac et de l’œsophage.

L’avis du gastro-entérologue : "Le cornichon n'est pas en cause! Et le vinaigre seul ne semble pas représenter un risque en terme de cancer de l’estomac. Tout vient du mode de préparation de ces légumes, par essence protecteurs du cancer gastrique… En Asie du Sud-Est, il était de tradition de consommer des légumes fermentés. Pour cela, on déposait les légumes dans des bocaux avant de les remplir d’eau salée, il en résultait une macération avec formation de composés désormais identifiés comme cancérogènes. De plus, l'acide acétique formé (vinaigre) altère les qualités protectrices des légumes contre le cancer. Mais les cornichons des grandes surfaces sont rarement fermentés et sont directement mis dans le vinaigre."

Avoir la main lourde sur le sel

Pourquoi ? Poissons de mer, chips, cacahuètes, charcuteries, fromages… Les aliments très salés altèrent la muqueuse de l’estomac et jouent un rôle dans le développement de cancers.

L’explication du gastro-entérologue : "On ne sait pas si le sel suffit à lui seul à provoquer des lésions cancéreuses au niveau de l’estomac ou s’il y participe en tant que co-facteur associé à la présence de la bactérie Helicobacter pylori (responsable à elle seule de 80% des cancers de l’estomac). Le sel semblerait favoriser la prolifération de cette bactérie", révèle le docteur Landivier.
Bon à savoir : "Il existe bien une corrélation entre sel et cancer de l’estomac: une augmentation de la consommation de sel de 5 grammes par jour augmente de plus de 10% le risque de cancer de l’estomac", nous apprend le spécialiste. "Au Japon par exemple, où l’alimentation contient beaucoup de saumure et de sel, les taux de cancer de l’estomac sont très élevés. Et on sait qu’il ne s’agit pas uniquement d’un facteur génétique car dans les populations de Japonais émigrés aux Etats-Unis, le taux de cancer de l’estomac est beaucoup plus faible" ajoute le docteur Landivier.

Pour réduire le risque : Limitez les produits vendus déjà salés (chips, cacahuètes, biscuits apéritifs, plats préparés…). Et lorsque vous cuisinez, goûtez les plats avant d’y ajouter systématiquement du sel.

Etre un adepte des barbecues

Pourquoi ? Lorsqu’ils grillent, les aliments sont le lieu d’une réaction chimique qui entraîne la formation d’une teinte brune et qui génère des composés probablement cancérigènes pour l’estomac.

Pour réduire le risque : "Au barbecue, ne placez pas les aliments directement sur la flamme car la cuisson à très haute température favorise la formation de substances cancérigènes", avertit le docteur Landivier.
Le conseil du gastro-entérologue : "Favorisez les barbecues à cuisson verticale. De cette manière, la graisse des aliments ne tombe pas dans les flammes, ce qui limite le risque d’émanation d'hydrocarbures cancérogènes. Ces précautions vous permettront de perpétuer quelques journées d'été festives autour d'une grillade."

Bouder les fruits et légumes frais

Pourquoi ? Une alimentation pauvre en fruits et légumes frais est liée à un risque plus élevé de cancer de l’estomac.
L’explication du gastro-entérologue : "Il semble que les fruits et légumes frais possèdent un effet protecteur vis-à-vis du cancer de l’estomac, en particulier les légumes blancs tels que le chou-fleur, le radis, les oignons, l'ail, les endives… probablement grâce à leur teneur en vitamine C", précise le docteur Landivier.

Boire de l’alcool sans modération

Pourquoi ? L’alcool a tendance à altérer le revêtement des muqueuses digestives, notamment de l’œsophage et de l’estomac. Sans cette protection naturelle, les sucs digestifs peuvent irriter, voire endommager les tissus.
Ainsi, "au-delà de trois verres par jour, il y a une nette augmentation du risque de cancer de l’estomac", révèle le docteur Landivier.

Délaisser les activités physiques

Pourquoi ? "Le manque d’activité physique joue un rôle certain dans le développement de nombreux cancers", rappelle le docteur Landivier. Le sport possède donc un effet protecteur contre le cancer, à condition de le pratiquer en accompagnement d’une alimentation saine, riche en fruits et légumes frais.

Bon à savoir : "L’activité physique permet par ailleurs de combattre l’obésité, qui constitue un facteur supplémentaire de risque de cancer", explicite le gastro-entérologue. Mais attention : "si la chirurgie gastrique (gastrectomie) expose à un risque supplémentaire de cancer de l’estomac en facilitant un reflux de bile dans la partie restante de l'estomac, il n'en est pas de même pour la chirurgie bariatrique utilisée pour lutter contre l'obésité", précise le docteur Landivier.

Etre fumeur

Pourquoi ? Le tabac endommage les cellules de l’estomac, "à cause d’un effet toxique local lors de l’ingestion de la fumée (goudron, pyrène) et d’un dérèglement global moins bien connu de la nicotine sur la sécrétion gastrique et la vascularisation de la muqueuse de l'estomac", précise le docteur Landivier. "Ce risque est encore plus important en cas d'association tabac-alcool", ajoute le gastro-entérologue.

Merci au docteur Alain Landivier, gastro-entérologue à Aix-en-Provence, auteur du livre L’estomac : du mal aux mots (Editions Alpen, 2016).





 


Titre de votre page