leral.net | S'informer en temps réel

Abdoulaye Daouda Diallo: "On loue la capacité d'anticipation de Macky Sall, les secteurs ont fait des bonds..."

La communication du Ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, s'est articulé autour des quatre (04) grands axes, à savoir l’évolution récente de l’économie mondiale et nationale, l’exécution budgétaire de l’année 2020, la situation d’exécution du budget de l’année en cours et enfin, les perspectives macro-budgétaires ainsi que les objectifs d’équilibre budgétaire et financier.


Rédigé par leral.net le Jeudi 1 Juillet 2021 à 06:44 | | 0 commentaire(s)|

Abdoulaye Daouda Diallo: "On loue la capacité d'anticipation de Macky Sall, les secteurs ont fait des bonds..."
"Sur le plan international, l’environnement économique et financier a été singulièrement marqué en 2020, par un bilan négatif avec la propagation du Coronavirus dans le monde, car la pandémie de la Covid-19 s’est avérée être la plus grande crise majeure que l’économie mondiale ait connue depuis celle des années 1930. Cette crise sanitaire a eu de graves répercussions sur l’activité économique mondiale, laquelle s’est terminée en 2020 avec une contraction de 3,3%.

Sur le plan interne, l’économie nationale a été durement affectée en raison des mesures d’endiguement prises telles que la fermeture des frontières, la suspension des enseignements dans les écoles et universités, la limitation du transport interurbain et l’instauration d’un couvre-feu
", a-t-il rappelé lors du débat budgétaire du 30 juin 2021.

Anticipation du président de la République, Macky Sall

"On se réjouit de la capacité d’anticipation de Monsieur le Président de la République, son Excellence Macky Sall, qui a permis de mettre en œuvre en 2020, à travers un recadrage budgétaire, le Programme de Résilience économique et sociale (PRES) d’un coût de mille (1000) milliards de FCFA et d’atténuer, ainsi, les effets néfastes de cette pandémie.

Toutefois, la croissance du PIB a atteint 1,5% en 2020 contre 4,4% en 2019, après une prévision de 6,8%. Les services du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration et du transport ont été les plus durement affectés par la pandémie, et notamment l’emploi et les revenus dans le secteur informel en milieu urbain
", encense-t-il le Chef de l'Etat.

Il souligne que la gestion budgétaire 2020 a été clôturée avec succès grâce notamment, à "la mobilisation satisfaisante des recettes budgétaires avec un niveau de recouvrements de 3 003,77 milliards FCfa sur des prévisions de 3 144,36 milliards FCfa, soit un taux d’exécution de 96%; l’exécution soutenue des dépenses du budget : sur des prévisions de 4 071,77 milliards FCfa, les réalisations ont porté sur 3 935,60 milliards FCfa, soit un taux d’exécution satisfaisant de 97% ; l’atteinte de tous les objectifs quantitatifs du programme économique et financier. Il s’agit notamment (i) de la cible de déficit budgétaire, (ii) du plancher des recettes fiscales, (iii) du plafond des instances de paiements, (iv) du niveau des dépenses sociales (qui a atteint 46%) contre un plancher établi à 35% et (v) du respect du plafond d’endettement".

Rappel bilan des secteurs névralgiques

"Sur la base des résultats économiques et sociaux de l’année 2020, à jeter un bref coup d’œil sur le rétroviseur de notre véhicule économique et social que sont nos politiques publiques, pour scruter ensemble les performances engrangées depuis 2012 dans les différents secteurs et qui ont permis la résilience de l’économie sénégalaise et de nos compatriotes face aux effets néfastes de la pandémie de la COVID-19.

Dans le domaine de l’agriculture, ce sont des productions record qui ont été enregistrées permettant de couvrir nos besoins en céréales de 85%. En effet, de 480 759 tonnes de riz paddy en 2012, la production est passée à 1 349 723 tonnes à fin 2020. La production de fruits et légumes a atteint 1 624 456 tonnes en 2020 tandis que la production arachidière a été multipliée par 2,7. Il en est de même pour les productions animales (lait, viande, aquaculture) qui ont connu une augmentation satisfaisante.

Au niveau des mines, la production de phosphate, qui a été doublée entre 2012 et 2020, place le Sénégal parmi les 10 premiers producteurs au monde ; la production d’or est désormais de 12,37 tonnes en 2020 avec l’entrée en production des mines de Mako et de Massawa.

Dans le secteur de l’énergie, la puissance électrique installée a triplé passant de 573 MW en 2012 à 1 569 MW en 2020 favorisant ainsi l’amélioration de l’accès et de la qualité de l’électricité en zone urbaine, tandis qu’en zone rurale, ce sont 2 679 nouveaux villages qui ont été électrifiés, soit une moyenne annuelle de 432 villages électrifiés par an contre 84 villages par an sur la période antérieure, c’est dire qu’il a été réalisé 5 fois plus de villages électrifiés par an. Ainsi, le taux d’électrification rurale est passé de 24% en 2012 à 54% en 2020.

En matière d’infrastructures routières, ce sont 2 526 km de routes qui ont été construites, soit 280,7 km par an, ce qui fait plus qu’un doublement par rapport aux 12 ans ayant précédé l’accession à la magistrature suprême de Monsieur le Président de la République, son Excellence Macky SALL. Ce sont 189 km d’autoroutes qui ont été construits alors que jusqu’ici le Sénégal ne disposait que de 35 km d’autoroutes.

C’est également la construction de 7 415 km de pistes de désenclavement soit 823 km/an.

Relativement à l’hydraulique, l’accès à l’eau pour tous a été atteint en milieu urbain tandis que le pays est à 6 points de l’accès à l’eau potable de toutes les populations rurales en vue d’atteindre l’accès universel.
Quant à l’assainissement, des bonds de 10 points et de 20 points ont été réalisés respectivement dans l’assainissement urbain et rural, avec des taux respectifs de 75% et 50%.

Pour ce qui est de l’éducation et de la formation, les réalisations ont porté sur la construction de 12 088 salles de classes, dont 1 850 dans le cadre du remplacement des abris provisoires, 47 Daaras modernes, 5 Instituts supérieurs d’Enseignement professionnel (ISEP) et 14 Espaces numériques ouverts (ENO).

Le secteur de la santé n’a pas également été en reste avec la construction de 20 nouveaux hôpitaux, 28 centres de santé, 281 postes de santé et 13 centres de dialyse.

Quant à la protection sociale, elle a occupé une place de choix dans les réalisations grâce aux marqueurs sociaux qui ont rythmé jusqu’ici le magistère de Monsieur le Président de la République, je veux parler de la Couverture Maladie Universelle et des Bourses de Sécurité Familiales.

En effet, ce sont plus de 64 728 cartes d’égalité des chances qui ont été produites de 2013 à 2021. Ces cartes permettent aux personnes handicapées d’accéder aux services essentiels relatifs à la santé, à la réadaptation, aux transports, aux finances, à l’éducation, à l’emploi et à la formation. Ce sont également plus de 2,5 millions d’enfants de moins de 5 ans qui ont bénéficié de la gratuité des soins tandis que les bourses de sécurité familiale ont bénéficié à 316 941 familles vulnérables", révèle-t-il.




Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page