leral.net | S'informer en temps réel

Accord avec Tosyali - Ibrahima Sène, Pit : « Ousmane Sonko a voulu choquer les Sénégalais, pour les inciter à manifester »

Le leader de Pastef, Ousmane Sonko a exploité les termes du M.O.U, qui, en vertu de l’article 4, n’engage pas de manière définitive le Sénégal et Tosyali. Il a juste voulu faire de la politique politicienne. L’idéal, était pour lui, de choquer les Sénégalais et les inciter à manifester massivement, pour s’opposer à la signature de cet accord avec Tosyali.


Rédigé par leral.net le Dimanche 1 Septembre 2019 à 13:06 | | 0 commentaire(s)|

Accord avec Tosyali - Ibrahima Sène, Pit : « Ousmane Sonko a voulu choquer les Sénégalais, pour les inciter à manifester »
Le politicien Ibrahima Sène de Pit, a trouvé déconcertant, le fait que les détracteurs du pouvoir ne se soient même pas rendu compte du « faux » commis par Sonko. Le leader de Pastef, a soutenu que dans cet accord, Tosyali va bénéficier sur le dos du Sénégal de 1.065.000 milliards sur 25 ans. Seulement, en multipliant la production attendue de Tosyali durant la période par le cours mondial de la tonne du fer et en déduisant le montant de son investissement total.

« Curieux, aucun des détracteurs n’a compris que Sonko confond chiffre d’affaires avec bénéfice, comme un vulgaire petit entrepreneur. Les coûts opérationnels sont ignorés par Sonko, et les dispositions du nouveau Code minier qui instituent le partage de production entre l’Etat et le partenaire stratégique, ne sont pas prises en compte dans le partage des résultats », regrette Ibrahima Sène.

Pis encore, dénonce-t-il, il prend le M.O.U qui concerne une partie du Projet Falémé, comme étant les dispositions qui doivent régir tout le reste. Alors qu’il reste encore à MIFERSO de négocier la suite avec Tosyali.

« Cependant, il faudrait comprendre que Sonko n’est pas naïf. Il a un projet clair dans ce dossier qui vise à empêcher tout accord avec Tosyali, dans la droite ligne des candidats à la Présidence de Février 2019, dont son mentor Atépa, menaçait de résiliation tout accord avec les Turcs, si le Président Macky Sall n’était pas réélu », rappelle-t-il.

D’après Ibrahima Sène, les Turcs voulaient un accord définitif avant les élections. Mais, dans les négociations du M.O.U, il subsistait encore des points importants de divergence qui n’ont pas permis de sceller l’accord comme prévu avant les élections. D’où le report de la date de signature que l’opposition avait présentée comme sa victoire.

Dans la mobilisation contre l’accord avec les Turcs, un prétendant à la candidature à la Présidentielle s’était particulièrement, signalé en la personne de Atépa qui a un partenaire Sud-Africain, débouté par Wade au profit de Kumba Ressources. Et il faisait pression pour son retour dans le dossier, à la faveur des nouvelles initiatives de recherche de partenaire, après le dépassement de tous les contentieux dans le Projet Falémé.

« Ce qui est curieux c’est qu’Atépa n’ait pris part, ni au « tour de Table », ni aux SIM organisés par le Ministre en charge des Mines, pour présenter le dossier de son partenaire. Mais, il comptait sur les coulisses pour parvenir à ses fins.

Ce fut peine perdue et désespoir depuis l’information sur les pourparlers avec les Turcs
», insiste-t-il.

Etant callé par le parrainage, il jeta son dévolu sur Sonko qui promettait, en cas de victoire, de résilier tous les contrats conclus par les régimes précédents. D’où son parrainage financier, matériel, du candidat Sonko et son engagement physique dans sa campagne électorale.

Ibrahima Sène prévient qu’il faudrait prendre la sortie incongrue de Sonko contre les accords avec Tosyali, comme un acte de reconnaissance à son mentor Atépa qui a trouvé une nouvelle formule pour se retrouver dans le Projet Falémé, avec son fameux projet de « Route du Fer et de l’Acier ». Un projet que l’accord avec Tosyali va compromettre définitivement.





Leral

 



Cliquez-ici pour regarder plus de videos