leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Petro Tim : La vérité contée par Aliou Sall

Plus tenace que Wade, tu meurs. Malgré les dénégations du frère du Président, le pape du Sopi maintient ses accusations sur les 30% détenus par Aliou Sall dans le contrat qui lie l'Etat du Sénégal et Petro Tim Limited. Certainement à bout, Aliou Sall a décidé de porter l'affaire devant de la justice pour laver une bonne fois pour toute son nom. Il a également convié la presse pour éclairer la lanterne des Sénégalais dans cette affaire. EnQuête a livré, dans sa parution du jour, les déclarations du maire de Guédiawaye. Extrait.


Rédigé par leral.net le Vendredi 28 Novembre 2014 à 12:36 | | 0 commentaire(s)|

Affaire Petro Tim : La vérité contée par Aliou Sall
"L'histoire qu'ils ont créée de toutes pièces avec de faux documents, c'est cette histoire que je veux rétablir aujourd'hui pour que les Sénégalais soient édifiés. En 2011, j'étais ministre conseiller, chef du bureau économique à l'Ambassade du Sénégal en Chine. C'est là-bas que j'ai rencontré et connu beaucoup d'hommes d'affaires chinois qui ont voulu venir investir au Sénégal. C'est ainsi que j'ai rencontré Eddy Wong dont le vrai nom est Wong Jong Kong. Ce dernier m'a dit qu'il a un ami du nom de Frank Timis qui a investi au Sénégal dans deux blocs de pétrole que lui a alloué l'Etat du Sénégal et qu'il nourrissait l'ambition de venir investir au Sénégal. C'est ainsi qu'il a voulu passer par Frank Timis pour entrer en contact avec les autorités sénégalaises pour voir comment lui aussi peut avoir des blocs pour chercher du pétrole au Sénégal. Alors, il est venu me voir à l'Ambassade pour avoir des informations sur le Sénégal, sur son économie, sa politique, etc. Je lui ai donné les renseignements avant qu'il ne commence à négocier avec le gouvernement du Sénégal. Au mois de décembre 2011, il a signé un mémorandum avec le gouvernement du Sénégal, le 8 décembre 2011 précisément. Le document a été signé entre lui, Ibrahima Mbodji, directeur général de Petrosen et Karim Wade alors ministre de l'Energie. Ils ont signé le mémorandum qui pose les conditions de négociations pour l'exploitation des blocs de Saint-Louis et de Kayar. Ils ont contiué les négociations jusqu'au 17 janvier 2012, date à laquelle ils ont signé le contrat qui stipule que l'Etat du Sénégal a attribué l'exploitation des blocs de Saint-Louis et de Kayar à la société Petro Tim Limited. Le contrat a été signé entre Wong Jong Kong, Ibrahima Mbodji, directeur général de Petrosen, Karim Wade, ministre de l'Energie et Abdoulaye Wade, alors, président de la République. Mais, celui qui a signé ce contrat avec son fils, comment il peut se retourner et dire que Macky Sall m'a attribué 30% de l'exploitation du pétrole alors que quand on signait le contrat, j'étais encore fonctionnaire en Chine ? Cela prouve qu'Abdoualye Wade est de mauvaise foi.

Maintenant, les clauses du contrat, en son article 4, alinéa 8, disent que Petro Tim Limited est obligé par l'Etat du Sénégal de créer au Sénégal un bureau de représentation ou de société filiale qui le représente pour faciliter la collaboration avec le gouvernement. C'est ainsi qu'Eddy Wong m'a contacté pour m'annoncer que les blocs lui ont été attribués par l'Etat du Sénégal et qu'il veut ouvrir une société de représentation au Sénégal. Il a voulu confier la direction de la filiale de représentation de Petro Tim Sénégal à Samuel Sarr, mais ce dernier travaillait déjà avec Frank Timis. Alors il m'a demandé si je pouvais le représenter au Sénégal. J'ai accepté, mais je lui ai dit que nous étions dans un contexte d'élection présidentielle et que mon frère était candidat. Et que, s'il gagne, tant mieux, mais s'il ne gagne pas et qu'il soit dans l'opposition, je ne pourrais pas représenter ses intérêts. Il m'a dit d'attendre de voir l'évolution de la situation.

Abdoulaye Wade, après avoir signé le contrat, a pris un décret pour l'approuver

Le code pétrolier exige qu'un contrat comme celui signé entre l'Etat du Sénégal et Petro Tim soit suivi de décret d'approbation. C'est pourquoi Abdoulaye Wade, après avoir signé le contrat a pris un décret pour l'approuver. Mais, à ce moment, nous étions dans la campagne électorale. Le décret est là, même s'il n'est pas daté, il a été signé. Mais, les fonctionnaires ont préféré jouer la carte de la prudence, ils ne l'ont pas exécuté. Après les élections, Petro Tim a relancé l'Etat du Sénégal. Eddy Wong m'a même approché à l'époque pour me demander d'intervenir auprès de Macky Sall. J'ai refusé parce qu'avec l'histoire Karim Wade, je ne voulais pas intervenir dans les affaires du gouvernement. D'ailleurs, c'est pour sortir du système gouvernemental que j'ai accepté de travailler avec lui. Le dossier a été repris fin mai par Macky Sall qui a accepté de reprendre le même décret qu'Abdoulaye Wade. En tant que nouveau chef de l'Etat, il n'avait pas le choix parce que la continuité de l'Etat lui exigeait de sortir le décret. S'il avait rompu le contrat Petro Tim Limited allait traduire le Sénégal devant le tribunal international.

C'est quand le décret d'application a été sorti que Eddy Wong m'a demandé de venir le représenter au Sénégal. J'en avais déjà parlé à Macky Sall avant de venir et il m'a dit : "Si tu continues d'être dans le gouvernement, cela va me créer des problèmes. Donc, si tu as une opportunité dans le privé, je t'encourage à y aller". Mais, je précise que Macky Sall ne connaît pas Eddy Wong et ne l'a jamais vu de sa vie. Après cela, Eddy Wong m'a fait une délégation de pouvoir signée par un notaire et par le consul honoraire de Hong Kong le 23 mai 2012.

A part mon salaire, je n'ai aucun franc dans ce marché

Abdoulaye Wade a tout signé. Les sociétés vivent et cherchent des opportunités, mais, ont aussi des obligations qu'elles doivent remplir. Dans le contrat que le patron de Petro Tim a signé avec le Sénégal, l'Etat lui a donné des délais pour rechercher le pétrole. Alors, quand les délais se sont approchés et que Eddy Wong a su que Petro Tim ne pourrait pas satisfaire à ses obligations, et qu'il avait d'autres opportunités ailleurs, il a tout simplement passé le marché à une société américaine dénommée Cosmos Energie. Cette dernière a acheté les 90% d'actions de Petro Tim sur les blocs de Saint-Louis et Kayar. Car, le contrat signé par l'Etat du Sénégal octroyait 90% de part de marché à Petro Tim Limited et gardait 10%. Alors, Petro Tim Limited, ne pouvant pas vendre directement sa part aux Américains, il l'a vendue à Frank Timis à travers sa société Timis corporation. C'est après tout cela que Frank Timis a vendu les actions aux Américains qui ont posé une condition : être majoritaire. Alors Frank Timis leur a vendu 60% des actions et s'est retrouvé au finish avec 30% de part de marché. Ce sont ces 30% que le Président Abdoulaye Wade m'attribue. Mais, à part le salaire qu'on me paie comme administrateur de Petro Tim Sénégal et qui transite par Ecobank, je n'ai aucun franc dans toute cette affaire".



Cliquez-ici pour regarder plus de videos