leral.net | S'informer en temps réel

Amadou Ba : « Au-delà de nos dogmes, nous sommes aussi une administration »


Rédigé par leral.net le Vendredi 20 Juillet 2018 à 10:52 | | 0 commentaire(s)|

Apportant des réponses aux préoccupations des collectivités territoriales, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba, a rappelé qu’à travers l’Acte III de la décentralisation, le chef de l’Etat visait, entre autres, la refondation de l’action de l’Etat au niveau local, à travers notamment la modernisation de la gestion publique avec une réforme des finances locales et la promotion soutenue de la qualité des ressources humaines.

Pour l’argentier de l’Etat, la modernisation de la gestion publique nécessitait une adaptation, une amélioration et une refondation des relations entre l’Etat, ses démembrements et les citoyens. Et d’ajouter que cette volonté est fortement présente dans le plan Sénégal émergent à travers ces axes I et II. Car, explique –t-il, si l’axe I s’inscrit dans une option de développement plus équilibré, de promotion des terroirs et des pôles économiques viables afin de stimuler le potentiel de développement sur l’ensemble du territoire, l’axe II prône une amélioration significative des conditions de vie des populations, l’éradication des inégalités sociales, en préservant la base des ressources et en favorisant l’émergence des territoires viables.

« Au-delà de nos dogmes, nous sommes aussi une administration réputée assez conservatrice. C’est quand même bien parce qu’elle permet de bien préserver les deniers de l’Etat. Il est quand même important d’engager le dialogue au niveau de la base », a incité le ministre des Finances. Qui soutient que dans les relations entre les deux parties prenantes, des difficultés sont parfois notées. D’ailleurs, il souligne que c’est pour prévenir ces difficultés qu’il a été décidé de mettre en place un système d’informations rénové, basé sur des logiciels innovants , souples, flexibles et dynamiques à même de permettre une meilleure exécution  des opérations comptables et financières des collectivités territoriales. Mais également, ajoute-t-il, d’instituer un cadre de dialogue entre l’Etat et les collectivités.

« Nous savons aussi que les départements ont des problèmes parce qu’aujourd’hui, du point de vue de la légalité pure, on ne devrait pas donner d’avance aux départements. Mais là aussi, les dispositions seront prises pour modifier les textes pour permettre aux services du Trésor aussi d’être à l’aise, pour pouvoir vous donner des avances conformément aux textes en vigueur. Je comprends vraiment la réticence de nos comptables mais dès que nous avons été informés, nous avons pris des dispositions. Le texte va être proposé à modification au chef de l’Etat », a promis le ministre. Qui en outre, a annoncé la mise en place d’un module ordonnateur des échanges d’informations entre les services du Trésor et ceux de l’ordonnateur mais également, un moyen de facilitation de la reddition des comptes.






Walf-Quotidien