leral.net | S'informer en temps réel

Amadou Sylla, président de l’Association SOS Casamance: "Le Président a de bonnes cartes pour réussir le pari de la paix…"


Rédigé par leral.net le Vendredi 14 Mars 2014 à 17:29 | | 3 commentaire(s)|

Amadou Sylla, président de l’Association SOS Casamance: "Le Président a de bonnes cartes pour réussir le pari de la paix…"
Le Président effectue une visite de 3 jours en Casamance, n’est ce pas un signe d’espoir pour la paix en Casamance, dont vous êtes un militant avéré à travers votre association ?

Nous sommes heureux que le président se rende en Casamance, pour partager sa vision de la paix et décliner sa nouvelle politique envisagée pour le développement économique et territoriale de la Casamance ! Nous aurions aimé être associés à ce rendez –vous, en tant que diaspora casamançaise, qui est, il faut le reconnaître, très active dans tout ce qui est projet de développement en Casamance, et dans le processus de paix. Je pense qu’il est temps de tenir compte de façon très concrète à l’utilité de la diaspora dans les politiques de développement à la base.

Le Président va défendre son projet de pole de développement comme alternative à la question de l’indépendance, posée par le MFDC ! Quel est votre sentiment et votre lecture ?

Mon sentiment est que, nous sommes dans un processus, de dialogue, de négociation de paix, qui n’est pas encore arrivé à son terme, à ce que je sache ! Dans un tel contexte, je ne sais quoi dire par rapport, à un programme de développement économique de la région. A mon avis, on ne négocie avec le MFDC, pour un programme de développement. La question du développement ne peux pas faire l’objet de négociation ni la question de discontinuité territoriale dont souffre la Casamance. Ce sont des questions qui relèvent de notre souveraineté en tant que nation mais aussi du devoir de nos dirigeants à apporter les réponses attendues par les populations face à leurs préoccupations ! Donc je ne vois pas comment, on peut ainsi engager ces sujets comme base de négociation avec le MFDC.

Donc vous voulez dire que le projet de pole de développement territorial de la Casamance, préconisé par le gouvernement ne peut pas être sujet de négociation avec le MFDC?

Écoutez, je demeure convaincu, qu’il ya des questions essentielles qui méritent d’être inscrits sur la table de négociation, notamment la demande d’extinction juridique des poursuites qui visent certains responsables du MFDC, le statut du MFDC et de ces membres, l’avenir des combattants, la question du déminage… ! Ce sont des questions dont l’éclaircissement peut donner des garanties certaines à tout projet de développement, car le développement a besoin d’un environnement de sécurité ou les gens se font confiance !
A cela s’ajoute un autre élément fondamental qu’on évoque rarement ou presque pas, et qui mine considérablement, et qui peut handicaper tout projet de développement en Casamance, il s’agit de la mesure d’interdiction de certains ressortissants étrangers à se rendre en Casamance ! Une telle mesure n’incitera aucun bailleur étranger malgré les potentialités économique de la région, à venir investir en Casamance.
Aujourd’hui, tout le monde sait qu’ il est très difficile d’orienter des bailleurs de fond en Casamance, même les projets que nous montons au niveau de la diaspora pour appuyer les politiques de développement de la base en souffrent ! Car dans l’opinion internationale, la Casamance est une destination qui n’est pas sure ! Et ce sentiment est renforcé par certains de nos propres diplomates, qui détournent ces investisseurs pour d’autres régions du Pays ! Dans ces conditions, je me demande s’il n’y a pas urgence à créer un climat de sécurité et de confiance, avec un minimum d’accord avant toute action de développement ! Et à ce niveau, il ya beaucoup de communication à faire et de mesures concrètes à prendre au niveau de l’État, pour rendre la destination Casamance fiable et attractive !
Mais je reste optimiste pour l’avenir de la Casamance, et j’ai confiance aux autorités notamment au chef de l’État qui par ce voyage exprime encore tout l’intérêt qu’il accorde à la cohésion et à l’unité nationale. Nous serons toujours prêts, à les soutenir et les accompagner dans leurs charges, et dans l’intérêt des populations de la Casamance. Et Je prie Dieu de l’aider à réussir dans cette mission.

Si vous avez un message particulier à adresser au Président, que lui direz-vous ?

Je veux d’abord lui exprimer patriotiquement tout notre soutien et notre engagement pour la réussite de sa mission à la tête de l’État ! Nous sommes engagés pour la paix et le développement de la Casamance ! Parce que nous aimons cette région, parce que cette région nous a vu naître, parce que nous vivons pour et œuvrons inlassablement pour que la Casamance recouvre la paix, et se mette sur la voie de l’émergence économique, sociale, culturel, touristique ! C’est pourquoi je demande solennellement à son excellence Monsieur le président de peser de tout son poids pour réussir le pari de la paix en Casamance, et de la réconciliation nationale avant la fin de son mandat! Il faut qu’il soit au maximum à l’écoute, et ouvert à toutes et tous ceux qui peuvent nous faire avancer vers la paix et la réconciliation nationale ! Et je crois que le président à de bonnes cartes pour réussir de la paix. Je lui demande ainsi de créer la dynamique qui ferra naître la confiance, le respect et le désir de vivre ensemble entre les Casamançais et entre les Sénégalais de façon générale, car cette crise est une réalité de notre nation. Par conséquent nous devrons tirer de façon sans complaisance et lucide les enseignements utiles pour l’avenir de notre pays. Le défi qui nous interpelle est collectif, donc il faut agir avec toutes les forces vives de la nation sans exclusion, ainsi nous bâtiront une nation émergente, bâtie dans les richesses de sa diversité et un pays fort avec une place de choix dans le concert des nations!

www.leral.net



Cliquez-ici pour regarder plus de videos