leral.net | S'informer en temps réel

Arrivée de la dépouille de Cheikh Béthio : Le film d’une journée mouvementée

La dépouille du défunt guide des «thiantacônes», Cheikh Béthio Thioune, est finalement arrivée hier en début d’après-midi, à l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd). La discorde qui a prévalu sur la localité où devait reposer le Cheikh, a donné suite à une journée mouvementée. Récit d’une chaude journée.


Rédigé par leral.net le Samedi 11 Mai 2019 à 12:35 | | 0 commentaire(s)|

Arrivée de la dépouille de Cheikh Béthio : Le film d’une journée mouvementée

L’avion qui devait être immobilisé au niveau du fret, dérouté au hangar pèlerin

À l’arrivée de l’avion à l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd), la délégation qui accompagnait la dépouille mortelle du Cheikh était forte de 12 personnes. Au nombre de ceux-ci, figuraient l’une de ses épouses, Bator Thioune, son médecin traitant, entre autres. Initialement, il était question d’abord que l’avion s’immobilise au niveau du frêt.

La Gendarmerie compétente dans le secteur avait pris les devants en mettant en place un impressionnant dispositif de sécurité renforcé, pour parer à toute éventualité. Sous la houlette du Commandant Samb, les pandores étaient parvenus, par une méthodes d’isolement faite de piquets combinés à des barrières…, à contenir la foule (environ 200 personnes), à une distance réglementaire. Mais, au vu l’importance de la foule qui ne cessait de grossir et à l’analyse du renseignement faisant état de disciples farouchement opposés à l’inhumation du Cheikh à Touba, l’autorité a promptement réagi.

C’est en cela que, pour des raisons de sécurité, décision a été prise de dérouter l’avion au niveau du hangar des pèlerins, distant d’environ 7 Km. Une stratégie qui a permis de semer la foule de «thiantacônes».

Le Premier ministre bloqué au Salon d’honneur pour raison de sécurité

Mais pour autant, le problème n’était pas résolu, puisque, dès leur descente de l’avion, des membres de la délégation qui a accompagné la dépouille du Cheikh, ont annoncé la couleur en scandant des slogans hostiles : " Le Cheikh sera inhumé à Madinatou Salam et non à Touba…"

C’est dans cette ambiance déjà électrique qu’ils seront accueillis au hangar des pèlerins, par Serigne Saliou Thioune «Gueule Tapée» et autres proches du défunt Cheikh. Ce fut le début d’intenses négociations, dans une ambiance très tendue sur la piste de l’aéroport. Cette situation électrique a eu une autre conséquence. Le Premier Ministre, Mahamead Boun Abdallah Dionne qui attendait avec sa suite, dont le Préfet de Mbour, au Salon d’honneur, sera retenu sur place, pour des raisons de sécurité.

« Il n’était pas judicieux, au vu de la situation de plus en plus tendue et de la marée humaine qui grossissait, devenant davantage menaçante, de faire venir le Premier ministre. Surtout qu’au niveau du hangar des pèlerins, les «pro Madinatou Salam» et le camp du fils aîné du Cheikh peinaient à s’accorder sur la localité qui devait abriter la dépouille de Cheikh Béthio Thioune. Finalement, le Premier ministre recevra au Salon d’honneur, des proches du Cheikh », soufflent nos sources.

L’exfiltration du cortège par la Police de l’Aibd

Pendant ce temps, au niveau du hangar des pèlerins, des dispositions avaient été prises. Des ambulances appartenant aux sapeurs-pompiers et un motard de la Police qui devait servir de flèche pour convoyer le cortège en direction de Touba, étaient en place. La dépouille de Cheikh Béthio attendait toujours dans l’une des ambulances, prête à s’ébranler.

Le départ sera malheureusement retardé, à cause d’interminables négociations entre les deux camps à l’air libre : Ceux qui s’obstinaient à honorer, disent-ils, « les recommandations du Cheikh qui leur avait confié son souhait de reposer à Madinatou Salam » et le camp du fils aîné du défunt Cheikh, qui avait choisi de se conformer à la position du Khalife général des mourides, qui voulait que le Cheikh soit inhumé dans la cité religieuse de Touba. Des pourparlers qui vont tirer en longueur, sur environ quarante minutes, ponctués par un dialogue de sourds. Les nerfs chauffaient, laissant libre court à des propos soutenus, parfois déplacés et, dans la mêlée, certains scandés «Madinatou Salam», «kène dou ko robé Touba…» (Ndlr : personne ne l’inhumera à Touba).

Ce différend, tirant en longueur, va donner suite à une autre équation. La foule qui avait était jusque-là contenue par l’impressionnant dispositif de la Gendarmerie, dans l’espace frêt, va rappliquer en masse aux abords du hangar des pèlerins. Une situation qui posera un autre problème majeur de sécurité, surtout que la marée humaine, majoritairement composée de «pro Madinatou Salam», devenait plus menaçante, scandant des slogans hostiles : « Le Cheikh n’ira pas à Touba. Nous sommes prêts à y laisser notre vie, pour s’opposer à ce projet. Justice au Cheikh. Ce n’est pas normal…»

Analysant cette situation aux conséquences imprévisibles, la Police qui avait aussi déployé sur les lieux un important dispositif, renforcé par des éléments du Groupement mobile d’intervention (Gmi), a pris les devants pour parer à toute éventualité. Ce que confirme des sources concordantes : « La Police a, sous la houlette du Commissaire Djibril Camara, déployé son dispositif en ceinturant l’itinéraire que devait emprunter le cortège au départ de l’Aibd. Un jalonnement est ainsi mis en place, après quoi, la foule sera repoussée par les limiers qui ont allié fermeté et sérénité. Ce qui a fait que la Police n’a pas eu besoin de faire usage de grenades lacrymogènes ou de la force. Les récalcitrants seront ainsi maintenus à bonne distance, puis isolés.

De là, des groupuscules continuaient à exprimer leurs courroux, certains s’en sont pris à Serigne Saliou Thioune, fils aîné du défunt Cheikh, en le traitant de tous les noms d’oiseaux. C’est sur ces entrefaites que le Commissaire Camara et ses hommes ont mis en branle un cordon de la Police, qui a permis, dans un premier temps, à l’ambulance qui convoyait la dépouille et les autres ambulances réquisitionnées ainsi que le véhicule de la Police, de s’ébranler, en vidant les lieux en trombe. Il fallait ainsi annihiler toute velléité de groupuscules qui seraient tentés de s’illustrer inopinément.

Les autres membres de la délégation, dont le fils aîné du Cheikh
, Serigne Saliou Thioune, avaient alors été laissés en rade, à cause des conditions difficiles de l’exfiltration. Ils vont rejoindre, sous escorte, le premier convoi qui roulait déjà en direction de Touba. »

Le convoi sécurisé jusqu’à Touba par le Gmi

Là également, le cordon de la Police, dont des éléments du Gmi, va encadrer le convoi tout le long de l’itinéraire, jusqu’à Touba. Ce, «parce que nous avions des informations indiquant la présence probable de disciples ‘’pro Madinatou Salam’’ postés à des endroits, sur l’autoroute ‘’Ila Touba’’. Parallèlement, la Gendarmerie avait aussi étendu son dispositif sur l’axe Mbour, au cas où la décision d’inhumer le Cheikh à Madinatou Salam était retenue », révèlent nos interlocuteurs.

Par ailleurs, l’avion qui avait convoyé la dépouille du Cheikh à Dakar, a repris les airs dans l’après-midi, précisément à 17 heures, après une journée folle, à l’Aibd.






L'Observateur



Cliquez-ici pour regarder plus de videos