leral.net | S'informer en temps réel

Assainissement : Les localités intermédiaires du pays, diagnostiquées

La restitution de deux études, portant sur la problématique de l’assainissement, la cartographie, la capitalisation et les initiatives dans les centres ruraux du Sénégal a fait ce jeudi, l’objet d’échanges entre experts. L’initiative, consiste à valider des études scientifiques, produites, devant être utilisées par les organisations de la société civile afin d’améliorer les politiques publiques.


Rédigé par leral.net le Jeudi 4 Octobre 2018 à 18:54 | | 0 commentaire(s)|

L’assainissement des centres ruraux du pays préoccupe tant des chercheurs de la société civile sénégalaise. En partenariat avec des entités de recherche, les experts de ladite société civile, ont restitué le contenu d’une 1ere étude sur le diagnostic de la problématique de l’assainissement au Sénégal. Ainsi, il a été envisagé au même moment, de présenter une seconde étude, portant sur la cartographie, la capitalisation et les initiatives de l’assainissement.

L’étude, mise en œuvre par le programme solidarité Eau, disent-ils, rentre dans le cadre du programme de recherche et de l’assainissement des localités intermédiaires. C’est un programme financé, suite à un appel à projet sur une option action-recherche entre les Os, organisation de la société civile et les Universités. « L’objectif est d’arriver à produire des études scientifiques qui doivent être utilisées par les organisations de la société civile pour améliorer les politiques publiques. Il faut dire dans ce cadre que 4 projets ont été sélectionnés.

Le premier est un projet qui porte sur la planification du secteur de l’assainissement. Le second, fait intervenir l’Université Gaston Berger de St Louis et l’association des usagers de l’eau du Nord, située dans la commune de Gorom Lamsard. La 3e est un projet expérimental. Et enfin ce programme de recherche-action qui est un projet de recherche d’appui au développement dans les secteurs intermédiaires », a expliqué le coordonnateur du programme d’accompagnement des initiatives citoyennes de la société civile (Paisc), Cheikh Tidiane Ly.

La problématique de l’assainissement dans les secteurs intermédiaires apparaît cruciale. D’après les experts, l’assainissement en milieu rural, nécessite des stratégies assez claires, toute une politique à développer. « Nous avons découvert que certaines zones sont soit, rurale ou urbaine ou entre les deux, avec des pratiques et des modes de consommation d’eau, non identiques. Donc, l’approche développée en milieu rural n’est plus la même. Il faut d’autres nouvelles approches pour améliorer l’utilisation des toilettes et l’accès des populations à un assainissement de base.

Sur ce, il est impératif de prendre en compte, les boues de vidange, les eaux usées qui peuvent avoir des impacts très graves dans la santé des populations et son environnement », a exhorté le Directeur adjoint du programme solidarité-eau, chargé du projet recherche-développement, Christophe Le Jallé.

La dynamique relevée dans l’étude prouve qu’il y a dans ces localités intermédiaires des villes, enregistrant des populations de 5 000 à 30 000 habitants. Ces mêmes villes, retient-il, ont une croissance démographique et économique en pleine transformation. « Ce sont des localités qui vont devenir à l’avenir des villes encore plus grandes. Justement, il y a déjà, des pratiques de vidange qui se développent dans ces localités. Seulement, avec les boues de vidanges qui sont souvent, versées dans les périmètres agricoles. Et, il y a des risques sanitaires avec ces rejets », craint-il.

Tout ce travail, estime-t-il, consiste à voir comment mettre en pratique des sites de dépotage, de traitement et éventuellement d’évacuation des eaux usées appropriées. « C’est un ensemble de réflexion que l’on a en cours. L’échelle de ces petites villes, est-elle, suffisante, ou faudrait-il, mutualiser ou développer des technologies plus adaptées », s’est interrogé Christophe Le Jallé.

Sous ce registre, le représentant du Ministère de l’hydraulique et de l’Assainissement, Ndiaga Ndong a trouvé que l’activité développée, épouse bien le besoin de l’Etat en matière d’assainissement. Récemment, évoque-t-il, le Ministère de l’assainissement a adopté la politique de lettre sectorielle de l’hydraulique et de l’assainissement 2016-2025. Dans ce document, renseigne-t-il, il est prévu de manière globale le développement de l’assainissement dans toutes les localités du pays. Seulement, certaines zones, constate-t-on, ont été laissées en rade, face à ces exigences de développement durable.

O WADE Leral