leral.net | S'informer en temps réel

[Audio] Déclarations récentes de Wade sur la question de la dévolution monarchique du pouvoir : « Ce n’est pas inédit », selon El Hadj Hamidou Kassé

Analysant sur les ondes de la radio RFM la récente sortie du chef de l’Etat précisant qu’il n’a pas l’ambition de se faire succéder par son fils, le journaliste, écrivain et philosophe, El Hadji Hamidou Kassé se dit étonné qu’on « élève ces déclarations comme inédites ». Puisque, explique-t-il, « c’est dans l’ordre de l’évidence qu’on arrive au schéma Senghor – Diouf par le tripatouillage de la Constitution afin de permettre au dauphin d’accéder au pouvoir. » « Le fond du problème, dit-il, est de savoir s’il est souhaitable qu’un père soit succédé par son fils politiquement et économiquement. »


Rédigé par leral.net le Lundi 19 Juillet 2010 à 06:19 | | 0 commentaire(s)|

[Audio] Déclarations récentes de Wade sur la question de la dévolution monarchique du pouvoir : « Ce n’est pas inédit », selon El Hadj Hamidou Kassé





Cela, ajoute-t-il, « au risque de préparer une saga familiale. » Et dans cas, enchaine-t-il, « l’idée d’alternance politique sera épuisée. Puisqu’un frère peut préparer le pouvoir à son tour à son frère ou sa sœur. Et au plan économique, il ouvre, également, l’ère de la gestion opaque des ressources. Car le père aura du mal à traduire son fils devant les tribunaux. » « Si j’étais à la place de Me Wade et de son fils Karim Wade, j’aurais tiré la leçon à l’issue des élections locales de mars 2009. Et d’autant plus que les Assises nationales avaient donné l’occasion à des gens qui ne se sont jamais rencontrés de se parler. », a déclaré l’ancien Directeur général du Soleil. Il conseille à « ceux qui portent ce projet de dévolution monarchique du pouvoir de faire attention au forcing. » Par ailleurs, El Hadj Hamidou Kassé soutient que la Présidentielle de 2012 présente un tableau intéressant. Dans le 1er pôle qu’incarne l’Alliance Sopi pour Toujours (Ast), El Hadji Hamidou Kassé s’est demandé si le président Wade va se présenter. Si tel est le cas, pourra-t-il battre campagne à son âge ? Est-ce que cette coalition n’est-elle pas en train de préparer une autre candidature ? A ces hypothèses, Kassé ajoute les frustrations qui sévissent dans ladite coalition et aussi, le cas de Idrissa Seck qui n’a pas encore dit son dernier mot, contrairement à ceux qui le déclarent mort politiquement. Selon lui, le maire de Thiès a toujours la possibilité de surfer sur les frustrations du Pds et de l’Ast. Tandis que dans le camp de l’opposition qu’incarne Bennoo Siggil Senegaal (Bss), El Hadji Hamidou Kassé semble convaincu qu’il y aura forcément une candidature plurielle. « On tend indéniablement vers des candidatures multiples » dit-il. Il explique qu’on peut avoir un pôle des forces émergentes avec Cheikh Tidiane Gadio, Mamadou Lamine Diallo, Macky Sall, Cheikh Bamba Dièye, un pôle de l’Afp, un autre du Ps et les forces de gauche qui pourront s’allier avec les uns et les autres. Ferloo.com



Cliquez-ici pour regarder plus de videos