leral.net | S'informer en temps réel

Autosuffisance en riz Bocar Samba Diéwou indique la voie.


Rédigé par leral.net le Lundi 31 Août 2015 à 09:01 | | 0 commentaire(s)|

C’est l’un des plus célèbres importateurs de riz du Sénégal. A plus de 80 ans révolus, Bocar Samba Diew continue d’être très actif dans le commerce de cette denrée très prisée des Sénégalais. Il est l’un des premiers sénégalais à investir ce créneau en 1985, sous le régime du président Abdou Diouf, lorsque l’Etat s’est désengagé de cette filière, en faisant venir 11 bateaux de riz d’une valeur de 500 millions de FCfa. Doté d’un sens des affaires peu communs, cet analphabète a pu être actionnaires d’une des plus célèbres banques du Sénégal et a longtemps été le Pca de l’Unacois dont il est l’un des membres fondateurs. Pour ce self-made man parti de rien, le Sénégal peut bel et bien atteindre l’objectif d’autosuffisance en riz en 2017 que s’est fixé comme objectif prioritaire le gouvernement du Président Macky Sall. « C’est plus que réalisable car les Sénégalais commencent à beaucoup consommer le riz local et les stocks s’écoulent facilement contrairement à ce que certains pensaient. Le riz local se vend presque aussi bien que le riz importé maintenant », se félicite le vieil homme qui affirme écouler 8 sacs de riz local sur 10.
Un des plus grands consommateurs de riz de la planète, le Sénégal importe chaque année près de 700. 000 tonnes qui coûtent très cher à l’Etat. Pour sortir de ce cercle vicieux qui grève fortement les finances publiques, le Gouvernement du Sénégal, sous la houlette du Président Macky Sall a mis en place programme Programme de relance et d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS) doté de 425 milliards de FCFA. Une initiative qui a rencontré beaucoup de scepticisme chez certains experts mais saluée par Bocar Samba Diew. Toutefois, pour atteindre cet objectif, il pense qu’il faut un certain nombre de préalables : « Il faut d’abord aider les agriculteurs à produire suffisamment pour couvrir les besoins du marché. Or, à ce niveau, il y a encore quelques efforts à faire ». Pour lui, l’autosuffisance doit être accompagnée d’une volonté politique ferme de soutenir les producteurs nationaux et de résister aux pressions extérieures. Ainsi, la plus grosse crainte de l’homme d’affaires, qui a affronté beaucoup d’obstacles dans sa vie, est que les pays occidentaux, qui n’ont pas intérêt à voir les pays africains briser le cycle vicieux de la dépendance, « inventent des maladies imaginaires pour plomber le développement de la filière locale ».

Mamadou Ly Paris



Bocar Samba Diew victime d’une cabale de la mafia du riz !

Autosuffisance en riz Bocar Samba Diéwou  indique la voie.
Bocar Samba Diew traverse actuellement de grandes difficultés. Le célèbre importateur de riz est actuellement sous la pression de certaines banques et certaines qui lui réclament une créance de 7 milliards qu'il avait contractées auprès d'eux pour faire venir des bateaux de riz. Les faits remontent en 2008 et le régime du Président Wade qui ne savait où donner de la tête avec la tension sur le marché du riz, denrée très stratégique, avait fait appel à Bocar Samba Diew, un des meilleurs experts dans ce domaine. Invité et reçu par l'ancien chef de l'Etat puis à plusieurs reprises par son Premier ministre Hadjibou Soumaré, l’importateur leur avait suggéré de rétablir les droits de douane normaux mais surtout de supprimer les fameuses subventions qui coûtaient à l'époque la bagatelle de 7 à 10 milliards par mois, grevant particulièrement les finances publiques. Pour apporter sa contribution et soulager ainsi l'Etat,
Le baron du riz au Sénégal avait pris sur lui de faire acheminer à Dakar 11 bateaux de riz affrétés par son fournisseur Ascot, d'une valeur de 46 milliards de Fcfa. Mais malheureusement pour lui, la puissante mafia du riz, qui ne voyait pas d'un bon œil la suppression de la subvention qui était un juteux business pour elle, va comploter contre lui pour casser les prix et plomber ainsi ses cargaisons. Du coup , le vieil homme s'est retrouvé avec un important stock d'invendu alors que l'Etat se mettait aux abonnés absents. Après l'accession au pouvoir de Macky Sall, les autorités avait promis à l'homme d'affaires de l'aider à vider son contentieux avec ses créanciers mais jusqu'à présent ces promesses n'ont pas été suivi d'effet. Agé de 80 ans, Bocar Samba Diew, pur self-made man parti de rien, est le premier sénégalais à importer du riz au Sénégal depuis le régime d'Abdou Diouf, son premier navire ayant débarqué au Sénégal en 1985. Après une dure vie de labeur c’est le fruit du travail d’un des entrepreneurs les originaux du pays qui risque ainsi de partir en fumée.




Cliquez-ici pour regarder plus de videos