leral.net | S'informer en temps réel

Bac technique : 59% d’admis sur l’ensemble du territoire national


Rédigé par leral.net le Jeudi 12 Juillet 2018 à 10:38 | | 0 commentaire(s)|

Bac technique : 59% d’admis sur l’ensemble du territoire national
Les premiers résultats déjà disponibles du baccalauréat technique 2018 sont jugés satisfaisants.

Pour le moment, en attendant le deuxième tour qui a démarré hier, pour se terminer aujourd’hui, pour les élèves admissibles. Selon les premières tendances données par le directeur de l’Office du Bac, 59% d’admis ont été enregistrés au premier tour (les admis d’office et ceux qui passent au deuxième tour) sur l’ensemble du territoire national.

Les premières tendances du Bac Technique sont tombées et elles sont plutôt satisfaisantes. L’assertion émane du tout nouveau Directeur de l’Office du Bac, Sosseh Ndiaye, qui affirme que le taux d’admissibilité pour le Bac Technique de cette année est de 59% sur l’ensemble du territoire national.

«Ce pourcentage concerne aussi bien les candidats qui sont passés au 1er tour que ceux qui sont admis à passer les épreuves du second tour», renseigne Sosseh Ndiaye. Ainsi, pour la série G, sur les 3279 candidats qui ses sont présentés, 761 ont été admis d’office.

Pour la série T1, sur 182 candidats, il y a eu 65 admis. Pour la série T2, sur 147, il y a eu 40 admis pour l’ensemble des régions de Dakar, Diourbel, Kaolack, Kédougou, Ziguinchor, Saint-Louis, Thiès et Bignona. «Je pense que c’est un bon taux, mais comme je viens de prendre les rênes de l’Office du Bac, je ne peux pas faire de comparaison avec les années précédentes. Il me faut d’abord avoir des références», poursuit-il.

Pour ce qui est des mentions, deux candidats ont obtenu la mention «Très Bien», 21 ont la mention «Bien» et 156 la mention «Assez Bien». Quid du déroulement des épreuves? «Des absences ont été notées et elles ont été relativement élevées», confie Sosseh Ndiaye, qui justifie cela par le fait que les candidats au Bac Technique passent souvent en même temps le BT et dans la plupart des cas, ils font un arbitrage et choisissent de passer le diplôme professionnel plutôt que celui universitaire.

A signaler qu’à l’exception de quelques étudiants qui ont été exclus pour avoir utilisé leurs téléphones portables, aucune perturbation n’a été notée pour cette édition 2018. Les épreuves du second tour, démarrées hier, se poursuivent aujourd’hui.

Auteur : L’Observateur