leral.net | S'informer en temps réel

Basket - Coach Cheikh Sarr : « On travaille sur les secteurs sensibles »


Rédigé par leral.net le Mercredi 11 Avril 2018 à 10:03 | | 0 commentaire(s)|

En stage depuis ce mardi, avec 15 joueuses, le sélectionneur national des « Lionnes » du basket, Cheikh Sarr a affirmé que l’animation et les arrières sont les secteurs les plus sensibles de l’équipe.

« On travaille sur les secteurs sensibles. On a constaté que ce sont des secteurs qui ont été très émaillés lors des différentes sorties de l’équipe aux Jeux Olympiques et à l’Afrobasket. Si on revoit les statistiques, on peut dire qu’il y a eu beaucoup de difficultés à ce niveau. Je pense que Tapha Gaye a fait des pieds et des mains pour stabiliser son jeu. On ne veut pas vivre la même situation et c’est pourquoi on prend les devants », a-t-il relevé, à la fin de la séance d’entraînement effectué au stadium Marius Ndiaye.

« On essaiera de voir dans ces secteurs, quel est le potentiel du Sénégal sur le plan local », a-t-il expliqué, rappelant que : « on sait d’abord ce qu’on a sur le plan international avec les binationales et c’est toujours compliqué. On a vu des meneuses qui ont eu des difficultés pour poser le jeu de l’équipe, on ne sait pas les raisons (blessures, manque de compétition) et c’est ce qui explique la spécificité de ce stage », a souligné le technicien qui a pris fonction ce jour. « On les a regardées dans le championnat local et on a une idée sur le niveau. C’est important d’être à leurs côtés, de les voir à l’œuvre et de les mettre dans des situations, évaluer leur capacité technique, leur comportement, la vision périphérique », a-t-il soutenu.

L’entraîneur national est également revenu sur les choix. « On a répertorié 22 meneuses –arrières, mais on a décidé de prendre 16 pour faire un bon tri. Elles vont connaître leurs forces et faiblesses pour s’améliorer », a-t-il dit, indiquant que la sélection est « le baromètre » de tout ce qui a été fait durant la saison. « Pour le suivi, il faut des moyens car les stages coûtent cher et les coaches n’accepteront pas de libérer leurs joueuses tout le temps », a-t-il conclu.

A noter que ce premier stage ne concerne que les joueuses locales dure trois jours. Il entre dans le cadre des préparatifs de la Coupe du monde 2018, prévue du 22 au 30 septembre en Espagne. D’autres stages sont prévus.






IGFM



Cliquez-ici pour regarder plus de videos