leral.net | S'informer en temps réel

Blocage de leurs pensions au niveau de Postfinances: Les retraités de Pikine tirent sur l’Ipres

Les personnes du troisième âge ne décolèrent pas contre l’Institution de Prévoyance Retraite du Sénégal (Ipres) et Postfinances. A l’origine de cette colère: ils ne parviennent pas à percevoir leurs pensions. Criant leur détresse, les retraités invitent le chef de l’Etat à prendre des mesures contre l’Ipres.


Rédigé par leral.net le Samedi 25 Septembre 2021 à 09:41 | | 0 commentaire(s)|

Blocage de leurs pensions au niveau de Postfinances: Les retraités de Pikine tirent sur l’Ipres
C’est un véritable calvaire que les retraités rencontrent à Pikine pour rentrer en possession de leurs pensions. Au niveau de la Postfinances située à Tally Bou Mag, les personnes du troisième âge qui ne savent plus où donner de la tête, ont déversé leur colère sur l’Ipres. Ils n’ont pas manqué de tirer à boulets rouges sur Postfinances. Absa Diakhaté, retraitée rencontrée à Tally Bou Mag, laisse exploser sa colère: « Pour nous, l’Ipres et Postfinances se moquent des retraités. Pour percevoir nos pensions, c’est la croix et la bannière. Nous faisons des aller-retour incessants. Vraiment, nous en avons marre de vivre cette situation ».

Venue de Golf, Khady Diagne s’offusque de cette situation qui, selon elle, commence à se répéter. «Nous sommes confrontés très souvent à des retards de pensions. Si on te remboursait le transport au moins, ça allait t’alléger les charges. De plus, il y a le problème de la maladie avec la vieillesse. Pour nous, l’Ipres et Postfinances n’ont aucun respect pour les retraités. »

Membre de l’Association des retraités, Salif Ndiaye crie sa déception : « On fait subir aux personnes du troisième âge, un traitement inhumain. Ce qu’on a constaté à Pikine est déplorable. Des pères et mères de familles restent jusqu’au 23 septembre, sans toucher leurs pensions de retraite. C’est triste et lamentable sous ce chaud soleil.

Malheureusement, ces retraités ne pourront pas être servis. On va leur demander ensuite de rentrer et de revenir demain. C’est un spectacle apocalyptique de personnes âgées en file indienne sans fin, bravant le chaud soleil, pour percevoir la pension mensuelle
».

Fustigeant les préjudices causés à ses camarades, Salif Ndiaye s’attaque au Conseil d’administration de l’Ipres : « C’est ça la gestion catastrophique et le top management de l’Ipres. Honnêtement, le top management de l’Ipres doit disparaître, car il est nul. Ces gens ne se soucient pas de la situation des retraités du Sénégal. La racine du mal des retraités, c’est Racine Sy et son équipe, qui n’hésitent pas à rester jusqu’au 23 du mois sans payer les pensions des retraités. Alors que nous sommes à la fin du mois.

L’Etat du Sénégal a déjà payé ses travailleurs et ses retraités. Les retraités de l’Ipres vont devoir encore attendre une vingtaine de jours, avant de percevoir leurs pensions. Et aujourd’hui, la pension des retraités n’est pas payée au mois de septembre. Nous sommes le 23, à quelques jours du Grand Magal de Touba. Et on continue de laisser faire
».

Face à cette situation déplorable, Salif Ndiaye, qui s’attend au pire, demande au Chef de l’Etat Macky Sall d’intervenir pour éviter l’irréparable. « Il faudrait que le président de la République prenne ses responsabilités, en faisant dégager ces gens-là. Parce que demain, ce qui va se passer ici, risque d’être pénible.

Un jour, un retraité va mourir devant Postfinances. Et la responsabilité en incombera à Racine Sy et à son équipe. Déjà, la convention avec Postfinances est illégale. Depuis deux ans, on nous parle de cartes biométriques qu’on ne parvient pas à avoir. Ils avaient commencé par Pikine, en disant qu’ils vont appeler par 100 personnes. Mais maintenant, ils nous font déplacer jusqu’à la Foire. Pendant 2 ans, on nous faut valser. C’est anormal. Nous demandons donc au Président de réagir, car les retraités sont exténués
».








L’As


Titre de votre page Titre de votre page