leral.net | S'informer en temps réel

Caisse d'avance: Khalifa Sall s’agrippe sur l’appellation "fonds politique" et se défausse sur Mbaye Touré


Rédigé par leral.net le Mercredi 7 Février 2018 à 18:55 | | 0 commentaire(s)|

Caisse d'avance: Khalifa Sall s’agrippe sur l’appellation "fonds politique" et se défausse sur Mbaye Touré

Cliquez-ici pour regarder plus de videos
La nature des fonds qui alimente la caisse d’avance continue d'opposer Khalifa Sall aux avocats de l’Etat. En effet, d’après ces derniers, un arrêté de 2003 portant création de la caisse d’avance, répond à une exigence de justification des dépenses exécutées.

Interpellé à la barre à ce sujet par l’un des conseils de l’Etat Moussa Felix Sow, Khalifa Sall s'est défaussé sur son directeur administratif et financier, par ailleurs le régisseur de la caisse Mbaye Touré, en soutenant que c’est ce dernier qui l'a informé de l’existence des « fonds politiques » dans la mairie.

« C’est Mbaye Touré qui m’a informé de l’existence des fonds politiques dans la mairie dès mon élection en 2009 », confie Khalifa Sall sous le feu roulant des questions de Me Thiam qui lui a demandé, s’il était au courant de l’existence de l’arrêté de 2003, après son élection à la tête de la mairie. Car cette loi ne prévoit pas de « fonds politiques».

« On peut savoir que des fonds politiques existent dans la mairie sans pour autant savoir comment ça fonctionne et le montant. Entre 1984 et 2001, j’étais adjoint au maire, et les fonds politiques existaient toujours dans la ville. Car le maire de l’époque répondait à des sollicitations de tous bords comme je le faisais avec les « fonds » de la caisse. Mais lorsque je suis élu maire en 2009, c’est le régisseur de la caisse depuis 2003, Mbaye Touré qui m’a informé de l’existence des fonds et il ne m’a jamais parlé de cet arrêté de 2003. Si j’avais eu connaissance de l’existence de ce texte, je n’allais jamais toucher aux fonds », sert-il.

Et Me Moussa Felix Sow de lui demander: « Pourquoi vous n’avez pas pris le soin de vérifier l’arrêté de 2003 après votre élection en 2009 ? ». « J’ai toujours eu une confiance aveugle envers mes collaborateurs. Ni Mbaye Touré ni mes conseillers ne m’ont suggéré que les « fonds politiques » n’existent plus dans la mairie avec cet arrêté de 2003. C’est le percepteur qui mettait toujours l’argent à la disposition du régisseur Mbaye Touré », s’est-il défendu.






Kady FATY, Leral.net