leral.net | S'informer en temps réel

Caractère privé ou non des discussions en groupe: Les juristes dissertent sur WhatsApp


Rédigé par leral.net le Vendredi 11 Août 2017 à 13:45 | | 0 commentaire(s)|

Après Oulèye Mané, c’est Amy Collé Dieng qui est victime de Whatsapp. Tout comme la journaliste, la chanteuse est victime d’un contenu publié dans un groupe de discussion qui a fini sur la place publique. Toutes les deux se retrouvent en prison. Ce qui relance le débat sur le caractère public ou privé des groupes de discussion. Les positions des praticiens du droit divergent.

«Mur des cons ». Cela pourrait être l’affiche d’un film de cinéma. Mais c‘est mieux que cela. Il s’agit d’un tableau du syndicat des magistrats français sur lequel étaient affichées des dizaines de photos de personnalité dont la quasi-totalité est de la droite française, avec des annotations insultantes.

Jusque-là privée, l’affaire est devenue publique, lorsque l’existence de ce tableau a été révélée par Atlantico, en avril 2013, par le truchement d’une vidéo tournée par un journaliste en visite dans les locaux du syndicat.

Au finish, Françoise Martres, la présidente du syndicat à l’époque, a été mise en examen. D’ailleurs, malgré qu’elle ait évoqué le caractère privé du mur, son jugement est prévu du 4 au 7 décembre 2018 pour injures publiques.

Cette affaire ressemble, à bien des égards, à l’affaire Amy Colle Dieng. La chanteuse s’est retrouvée en prison, depuis mardi dernier, pour des propos malveillants tenus  à l’endroit du président de la République. Les propos incriminés sont contenus dans un message audio qu’elle a diffusé dans un groupe WhatsApp.

Mais l’un des membres du groupe « Sopey Karim », l’a sorti du cercle privé. Ce qui, tout comme en France, a relancé le débat sur le caractère public ou privé des propos tenus par la chanteuse.

Pour certains praticiens du droit, Amy Colle ne peut pas être poursuivie, parce qu’elle a agi dans un cadre purement privé. Parmi ceux-ci, il y a Me Bamba Cissé qui, d’emblée donne une définition de la vie privée. « La vie privée (du latin privatus séparé de dépourvue de) c’est le fait, pour une personne ou pour un groupe de personnes, de s’isoler, afin de protéger leur intimité » explique-t-il.

En effet d’après son analyse, « il faut distinguer la publicité d’une infraction commise en privé, c’est-à-dire d’un enregistrement privé d’un enregistrement public ? J’estime que non ».

Très catégorique, il soutient que «les groupes d’échange WhatsApp fermés entre amis, ne peuvent être considérés comme publics. C’est plutôt un enregistrement destiné à un groupe de personnes dans un cadre purement privé ».

Par contre, poursuit-il, «ce qui est condamnable, c’est le fait de sortir cet enregistrement et de le rendre public».

Car dit-il «la loi protège l’intimité de la vie privée et réprime la publicité qui a été faite par la personne qui est l’auteur de cette publicité (…) En pareille circonstance, le diffuseur pourrait être poursuivi pour avoir distillé l’enregistrement auprès du public et non, l’auteur des propos, qui est au contraire victime, puisqu’ayant tenu des propos dans un lieu privé et non pas dans une voie destinée à atteindre le public".

Un avis que partage Me Amadou Aly Kane. De son point de vue, les écrits contenus dans un groupe sont du domaine privé et que le critère de publicité est requis à l’encontre de la personne qui a diffusé la publication à l’insu de son auteur.

Interrogé sur la question, un juge du siège abonde dans le même sens que les deux avocats. Il considère les groupes de discussion comme des espaces privés ou les membres bénéficient d’une liberté d’expression.

Toutefois, il s’empresse d’ajouter que la liberté d’expression à ses limites, puisqu’il faut éviter de tenir des propos qui peuvent heurter l’honorabilité de son destinataire. Ce qui l’amène à dire que, dans le cas d’Amy Colle Dieng, c’est un problème moral plutôt que pénal.

« Elle a plutôt fait de la médisance, puisqu’elle a parlé dans le dos d’une personne et été trahie à son insu. C’est la personne qui divulgue, qui a l’intention de nuire », soutient notre interlocuteur, qui a préféré s’exprimer sous couvert de l’anonymat.

« Même si c’est normal que cela porte atteinte à l’honorabilité d’une institution, l’affaire devient pénale car on ne s’adresse pas au président de la République avec des injures», rectifie un autre magistrat détaché dans un service de l’Etat.

Ce qui fait dire à l’un de leur collègue parquetier que «l’artiste a été plutôt sanctionné pour le contenu de son message audio ».

"Si une discussion d’un groupe privé sort, c’est parce que l’un des membres a été déloyal, mais le fait est qu’elle soit publique ou privée, lorsque le contenu se trouve sur la place publique, c’est celui-ci qui est incriminé, même si la diffusion n’est pas volontaire", avance le magistrat.

Contrairement aux autres intervenants, Me Baba Diop réfute l’argument selon laquelle les groupes fermés sont des espaces privés. «Il y a un caractère public dans un groupe WhatsApp. Vous êtes exposé, car Internet est un outil mondial et une fois que vous êtes dedans, il y a une éventualité que tout le monde puisse savoir ce que vous avez fait ou dit.

Quoi que vous faisiez pour la confidentialité, en y entant, du moment où on a décidé d’entrer dans un groupe qui peut s’adresser à tout le monde, il n’y a plus de caractère privé
», soutient la robe noire.

Encore que, poursuit un autre magistrat, le caractère privé est relatif dans un groupe, car tu peux avoir 10 personnes et si chacun à la possibilité de le partager, c’est public.

Face à cette divergence de points de vue, un juge d’instruction croit savoir que la jurisprudence française a déjà tranché la question. D’après les explications du magistrat, «celle-ci considère que si une personne envoie un mail à un groupe d’individus qui ne sont pas liés par une communauté d’intérêt, c’est public ».

Par exemple, si un magistrat envoie un message diffamatoire à un groupe de maçons, c’est public. « C’est de cette façon que le problème a été réglé », souligne-t-il avec insistance. Avant d’ajouter : « ce n’est pas parce que c’est un groupe d’individus que c’est privé, car ce sont des personnes issues d’horizons divers, dons, l’objectif de publicité est atteint ».

Etant donné que dans un groupe, les membres sont venus dans des horizons divers, ces différents acteurs de la justice recommandent la prudence. « Quand vous écrivez, il faut prévoir que les écrits peuvent être divulgués. C’est pareil pour les propos, vous pouvez critiquer mais éviter les injures et porter atteinte à l’honneur de quelqu’un », conseiller Me Kane.

Au-delà prudence, Me Cisse plaide pour une démarche davantage accentuée sur la sensibilisation. Cela d’autant plus que, se désole Me Diop, « notre société a des problèmes comportementaux ». Pis, relève-t-il « il est difficile de circonscrire une conversation privé des gens, car l’Etat ne peut pas être derrière chaque citoyen pour parer à toute dérive ».

Donc, aux yeux de Me Cissé, même si « la répression doit être de mise, elle doit rester exceptionnelle ». Car à son avis, la loi ne s’adapte toujours pas aux contingences et aux faits. « Il n’est pas admissible que notre mauvais usage des réseaux sociaux ne soit pas puni, mais de la même manière, il y a un impératif de respect de la liberté individuelle et de la vie privée, ainsi que de l’intimité des conversations qui est opposable à tous».

Source: EnQuête










Hebergeur d'image