leral.net | S'informer en temps réel

Caution pour les Locales fixée à 15 millions FCfa: La réaction des acteurs politiques


Rédigé par leral.net le Mardi 24 Août 2021 à 10:59 | | 0 commentaire(s)|

Suite à la publication de l’arrêté du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Antoine Félix Abdoulaye Diome, fixant le montant de la coalition pour les prochaines élections territoriales à 15 millions FCfa, différents acteurs de la classe politique ont réagi, relate leSoleil.sn.

CHEIKH SARR, BBY

« Le ministre a pris en considération les propositions des pôles »

Cheikh Sarr, plénipotentiaire de la coalition « Benno Bokk Yakaar » affirme que le ministre de l’intérieur s’est évertué à travers cet arrêté, à prendre en considération les suggestions émises par les différents pôles politiques. « L’arrêté ministériel coupe la poire en deux. La majorité présidentielle avait proposé 20 millions de FCfa pour chaque type d’élection. Le ministre de l’Intérieur a proposé 15 millions, tenant compte des propositions des différents camps. Les articles L247 et L 262, qui déterminent les conditions de remboursement octroient des facilités aux candidats », ajoute-t-il.

M. Sarr estime qu’il ne faut pas se voiler la face. « Lors des élections de 2014, nous avions enregistré plus de 2700 listes électorales. Pour éviter un tel schéma, nous avons mis en place deux filtres: le parrainage et la caution. Comme le parrainage a été supprimé de commun accord dans le cadre du Dialogue politique, pour ces élections locales, la caution permet de rationaliser le nombre de partis politiques, de préserver le système démocratique et de garantir la fiabilité du scrutin », a-t-il dit.

Selon M. Sarr, l’existence d’une multitude de listes créé, entre autres, des problèmes à différents niveaux, notamment à travers l’organisation matérielle des élections.

DETHIE FAYE, GROUPE DES NON-ALIGNES

« Cette décision va entraîner l’exclusion de candidats »

Pour Déthié Faye, coordonnateur du pôle des non-alignés, le montant fixé par le ministre de l’Intérieur risque de favoriser l’exclusion d’un nombre important de candidats à cette compétition électorale. Selon lui, les mouvements citoyens auront du mal à conquérir le suffrage des Sénégalais, faute de moyens financiers. « Chaque parti politique avait soumis sa proposition au Ministre de l’Intérieur lors de la réunion tenue la semaine dernière, conformément au code électoral. Le ministre a enregistré les propositions des uns et des autres. Il a fait son arbitrage. C’est de son pouvoir discrétionnaire de décider du montant », reconnaît-il. Mais M. Faye estime que cette décision ne sera pas sans conséquence. « Il est clair qu’il y aura un impact sur le nombre de candidatures. Il faut se demander quelle sera la portée de cet impact », s’interroge Déthié Faye.

Abdou Salam Bass, « Bokk Gis-Gis »

« Le montant est excessif »

Abdou Salam Bass, membre de l’opposition, trouve le montant fixé par le ministre de l’Intérieur excessif. « L’opposition avait proposé 5 millions pour la caution parce que le maximum de Sénégalais devrait pouvoir briguer le suffrage des citoyens. Cela ne doit pas être des élections censitaires pour ceux qui ont des moyens financiers. Si le ministre de l’Intérieur propose 15 millions par type d’élection, cela fait 30 millions pour les deux scrutins (municipal et départemental) et, est excessif », dénonce M. Bass, responsable politique de « Bokk Gis-Gis ». Pour lui, ces cautions cumulées font le montant de la caution pour l’élection présidentielle, ce qui n’est pas compréhensible. Il martèle que ce montant va faire l’affaire de la coalition au pouvoir et non de l’opposition, notamment les petits partis et les candidatures indépendantes.

MOUNDIAYE CISSE, SOCIETE CIVILE

« La caution est disproportionnée »

Le directeur exécutif de l’ONG 3D, Moundiaye Cissé estime que la somme de 15 millions fixée par le Ministre de l’intérieur pour les élections locales, est censitaire. Il est d’avis que ce montant n’est pas de nature à encourager les candidatures locales et note une contradiction entre le principe même des élections locales, qui se veut participatif, et une caution qui exclut d’office certaines candidatures. « Les candidats indépendants vont devoir faire face à une autre contrainte au-delà de la caution. Il s’agit de la collecte de signatures. Nous pensons que la caution devait être accessible, mais elle est disproportionnée », a-t-il affirmé. Moundiaye Cissé soutient que cette caution favorise les grands partis et coalitions. Il dénonce une iniquité qui devrait pousser à la réflexion pour dépasser ce type de débats. À ce propos, M. Cissé rappelle que le dialogue politique n’a pas pu résoudre cette question relative à la caution pour une participation à une élection. Ainsi, il appelle à une réflexion approfondie pour trouver une solution définitive.




Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page