leral.net | S'informer en temps réel

Coalition « Yewwi Askan Wi »: Immersion dans les coulisses des pré-investitures

Mise sur pied la semaine dernière, la coalition « Yewwi Askan wi » ne veut pas perdre du temps. Déjà, les tractations de pré-investitures ont commencé entre ses différentes composantes. Chaque parti ou mouvement y va de ses propres manœuvres, pour tenter d’arracher une tête de liste ou une bonne place éligibles sur les futures listes. Autrement dit, les places seront âprement disputées ! « Le Témoin » a fait une immersion dans les coulisses des pré-investitures à haut risque de clash, au sein de la dernière en date des coalitions de l’opposition !


Rédigé par leral.net le Mercredi 8 Septembre 2021 à 11:40 | | 0 commentaire(s)|

Coalition « Yewwi Askan Wi »: Immersion dans les coulisses des pré-investitures
Jeudi 02 septembre 2021, la grande coalition « Yewi Askanwi » de l’opposition a été officiellement lancée. Ce bataillon de mêlée regroupant des poids lourds comme le Pastef d’Ousmane Sonko, le Taxawu Senegal de Khalifa Sall, ou encore le Parti de l’unité et du Rassemblement (PUR) du marabout Serigne Moustapha Sy, a été officiellement lancé. Ayant à sa tête le principal opposant du moment, Ousmane Sonko, cette machine de guerre compte se déployer sur l’étendue du territoire national, pour la conquête ou reconquête des bastions de la majorité présidentielle. En ligne de mire : les élections locales de janvier prochain.

Des élections qui se jouent le plus souvent au niveau des investitures de la réussite ou de l’échec desquelles dépendent en général les résultats des urnes. D’où l’urgence, pour « Yewwi Askan wi » de s’atteler dès à présent, aux pré-investitures. Les tractations en ce sens ont déjà commencé. Malheureusement, nous dit-on, le processus d’élaboration des listes laisse place à toutes sortes de pratiques déloyales et manœuvres souterraines. Ce, même si la représentativité, l’implantation géographique et la diversité sociale font partie des critères pour départager les postulants dans chaque département. En faisant une immersion dans les coulisses des pré-investitures de « Yewi Askanwi », "Le Témoin" a acquis la conviction que le processus va provoquer des clashes, pouvant déboucher purement et simplement sur une implosion de ce grand cadre.

Pour preuve, Bougane Guèye Dany, le leader du mouvement Gueum Sa Bop, s’est retiré, hier, de la coalition suite à la décision de la Conférence des leaders de « Yewi Askanwi » de rejeter ses réserves formulées lors de la signature de la charte de cette entité. En dehors du Pur, embarqué dans l’aventure par Khalifa Sall, que Serigne Moustapha Sy pourrait à tout moment lâcher en rase campagne pour rejoindre le camp présidentiel et Gueum Sa Bop, qui a déjà « déserté », les autres grandes formations leaders poursuivent les consultations en direction des « petits partis » et wagons alliés.

Selon certaines indiscrétions, Khalifa Sall aurait promis à Malick Gackou, la ville de Guédiawaye. Pendant ce temps, le turbulent Ameth Aïdara est en embuscade avec son mouvement « Guédiawaye Laa Bokk », après avoir déclaré sa candidature. Sous la bannière d’une opposition crédible, Ameth Aïdara a en effet de fortes chances de ressusciter l’espoir chez les jeunes de cette grande ville de banlieue, du fait que Malick Gackou pourrait rattrapé par son erreur (volontaire ?) du passé, ayant consisté à baliser le chemin à Aliou Sall aux élections locales de 2014. Toujours dans la coalition, Aïda Mbodj qui, soit dit en passant, n’est pas très loin des époux Sall, réclame la ville et le département de Bambey.

Elle avait été démise de ses fonctions de présidente du Conseil départemental pour cumul de fonctions en 2016 par le ministre en charge des Collectivités territoriales de l’époque. Quand au maire libéral de Bambey qu’elle avait promu et parrainé, Gana Mbaye, il a finalement transhumé vers l’Apr. Donc, Aïda Mbodj a de quoi faire valoir sa demande de candidature puisque Pastef et Taxawu Senegaal ne sont pas bien implantés dans ce département, où le Pds affûte déjà ses armes dans les différentes communes.

Ousmane Sonko à la conquête de la mairie de Ziguinchor

Sauf changement de dernière minute, nous souffle-t-on, Kédougou est réservé à Moustapha Guirassy, allié fidèle à Ousmane Sonko depuis les événements de mars 2021. D’ailleurs, c’est lui qui fera les propositions d’investitures dans cette partie du pays. L’ancienne ministre libérale, Mme Aminata Lô ex-Dieng, a fait son irruption politique à l’occasion de la cérémonie de lancement de la coalition « Yewi Askanwi ». Sans se faire prier, elle s’impose comme candidate légitime à la ville de Pikine, où ses partisans se mobilisent en direction des élections. Une vraie portée disparue qui fait son retour à « Guinaw Rail » par intérêt et par circonstance. Un boulevard s’ouvre devant elle, mais qui risque de déboucher sur une impasse constituée par un certain Daour Niang Ndiaye.

Après avoir récemment rejoint Gueum Sa Bop, l’ancien maire de Pikine n’a pas encore affiché ses ambitions pour la ville dont il avait été l’édile. Naturellement, la ville la plus convoitée, c’est Dakar, puisque disposant d’un budget de plus de huit (8) milliards de francs Cfa. Entre Soham Wardini (militante de l’Afp en rupture de ban) et Barthélémy Dias, Khalifa Sall voterait pour Soham pour diriger la liste de la ville, nous renseigne-t-on.

Et depuis bien avant sa « démission » de la coalition « Yewi Askan wi », Bougane Guèye est, lui aussi, intéressé par la ville de Dakar. Mais attention, le célèbre et tonitruant maire de Sicap Mermoz Barthélémy Dias n’a pas encore dit son dernier mot sur cette collectivité locale stratégique qu’est Dakar. Toujours dans les coulisses des tractations, le président du Pastef, Ousmane Sonko, pourrait se lancer dans la bataille pour la mairie de Ziguinchor.

En tout cas, ses partisans dans cette ville l’ont déjà investi pour qu’il brigue cette collectivité. Tout le problème est de savoir s’il acceptera cet honneur qui lui est fait, lequel pourrait se révéler être un piège pour lui. En effet, en cas de défaite au niveau local à Ziguinchor comme Malick Gackou jadis à Guédiawaye, il pourrait dire adieu à ses ambitions présidentielles. Ousmane Sonko cherche également un poulain à placer à la tête de la ville de Bignona que n’a pas voulu briguer Mme Aminata Assome Diatta, qui s’est refugiée à Keur Massar (Dakar). Le Pur de Moustapha Sy convoite la commune et le département de Tivaouane, où il compte beaucoup de membres et talibés. Cette localité est très stratégique pour le Pur. Les prochains jours nous en diront plus à propos de ces grandes manœuvres et tractations de positionnement.



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page